Mumbwanga

L’épopée du Mumbwanga….

Mumbwanga raconte l'histoire d'un héros extraordinaire, héros éponyme allant à la recherche de sa sœur Maroundou ma de Nzambi, mariée à Dybourou Kasse le monstre. Après une longue pérégrination à la quête de sa sœur, après des combats dont il sort toujours victorieux. Mumbwanga ramène sa sœur au village à la grande joie de ses parents.

Critique

Le nouveau texte épique vient enrichir la bibliographie déjà abondante du genre dans la littérature gabonaise après le mvet de Tsira Ndong Ntoutoume, Olende de J.P Leyimangoye, Olende d'Okoumba Nkoghé, et Mulombi de V.P Nyonda.Le texte relate de manière implicite les rapports interhumains et le fondement matrilinéaire chez les punu du Sud du Gabon. Kwenzi Mickala a su rendre dans une langue simple l'oralisation du texte originel en reformulant de manière habile dans sa traduction la mise en scène du performeur de la parole, les chants, les répétitions, l'action dialoguée et les répons traditionnels.Dans le but de préserver notre mémoire collectivective, s'il vous plait envoyez nous par émail les textes que vous aviez. Merci pour votre collaboration. Monsard Siegu.


Ainsi le Mumbwanga procède de digression en digression, littéralement de fourche en fourche (dipaku) Kwenzi mikala 1997. Si bien qu’il est réputé ne jamais finir : « jusqu’a la mort le Mubwanga ne finira jamais >>. Le conteur s’arrête avec le chant du coq le matin (la récitation est toujours nocturne). Sans avoir véritablement achevé son histoire a tiroirs. Le terme de récitation es donc en même temps une promesse puisque les raisons circonstancielles d sont extérieures a la logique interne du récit je m’arrête là, mais le Mumbwanga ne finira pas>>. Julien Bonhomme .

Spiritualité

Comment savons-nous que la Bible est vraie?

Les contradictions de la Bible - Si la Bible est la Parole de Dieu, comment expliquez-vous les contradictions de la Bible?

Quel est "le péché impardonnable?" Comment le péché devient-il "impardonnable?"

Que cachent vos noms?

Que cachent vos noms?

Il est bien rare qu’on prénomme aujourd’hui un enfant , Mamengui, Mouetsi, Madjina. Pourtant les noms ont leurs significations. Les noms français que nous portions sont souvent une forme d’assimilation silencieuse qu’on ne l’imagine souvent.

Voici certains noms punu réservés aux femmes, tels que par exemple :Badjinu, Baluki, Bukandu, Dimengi, Ibondu, Issangi, Madjina, Marundu, Massolu, Masombi, Matsanga, Mubouanga, Nyangi, Ulabu, Pemba, Tsone.
De même, certains noms sont exclusivement réservés aux hommes. Il s’agit par exemple de :Buasse,Bubale, Buka, Diramba, Ndjembi, Kassa, Mabundu, Ibouanga, Mabunda, Mungala, Munguengi, Mundanga, Mombo, Moanda, Nduka, Mundanga, Mudounga, Mundjiegu, Mussiru, Mussodu, Muyama, Nding, Nzamba, Nziengui, Nzatsi, Mangala, Mapessi.
Voici quelques exemples de noms mixtes : Bakita, Bibalu, Bignounba, Burobu, Ditengu, Ibinga, Kumba, Mambundu, Mamfumbi, Maroga, Matamba, Mbumba, Moussunda, Matsanga.
Les jumeaux recoivent des couples de noms inséparables tels que les suivants:Irondu na Yenza, Marundu na Mbumba, Mfubu na Nzagu, Mubamba na Muduma, Musiali nà Mwenzi, Tenda nà Nymbù, Tsona nà Mudungu.
Des noms spécifiques sont aussi attribués aux enfants qui naissent après des jumeaux. Le premier s'appelle Kumba, et le deuxième Ibinga. Cette règle s'applique chaque fois que des jumeaux sont nés vivants, viables ou non.
Certains considèrent le nom propre personnel comme dépourvu de signification. Une telle attitude ne convient pas aux anthroponymes des Bapunu qui présentent au moins un sens littéral (parfois perdu de vue) et un sens symbolique.
Les champs sémantiques dans lesquels les Bapunu ont puisé leurs anthroponymes relèvent des domaines suivants:
  • faune : Nyama, “gibier ou poisson”; Mfubu, “hippopotame”; maguena, “léopard”; Nzagu, “éléphant”; Nzutsi, “serval”; Mumbamba et Muduma, “serpents très venimeux”
  • flore : Bibalu, “écorces”; Musiru, “brousse”; Mutsinga, “var.d’arbre; nganzi, “racines”
  • surnaturel : Ditengu, “revenant”; Mughiss, “fée, génie”; Mwiri, “société secrète nécromancienne masculine”- météorologie : Dimengi ou Mamengi, “aurore”; Mwetsi, “clair de lune”; Tangu, “crépuscule”; Wisi, “jour, temps”
  • mort : Burobu, “boue”; Mbina, “tombe”;Potutu, “boue”
  • vie quotidiennne : Ugulu,”entendre”; udji “manger”; Ulabu, “voir”; Umine, “avaler”

  • Voici le sens symbolique qui s’attache au nom concerne le plus souvent une caractéristique de l’enfant, ou de sa famille, ou du groupe social tout entier au moment de la naissance. Musunda est, par exemple, le nom que l’on donne à un enfant qui à l’accouchement s’est présenté par les pieds (du verbe usunda, “descendre”). Bakita, est le nom que l’on donne à un enfant qui présente une malformation à la naissance.
    Bien sûr, les noms de jumeaux indiquent qu’un enfant est né d’une grossesse multiple, mais en outre il est couramment admis que ces noms ont une influence sur la personnalité à venir de leurs porteurs. Ainsi, des jumeaux nommés Mubamba et Muduma, seront sans doute des être malfaisants parce que ces mots désignent deux espèces de serpents très venimeux. S’ils s’appellent Mfubu et Nzagu, ils seront doués d’une force exceptionnelle, parce que ces mots signifient “hippopotame” et “éléphant”. Enfin s’ils se nomment Irondu et Yenza, c’est à dire “amour” et “gentillesse”, ce seront des gens de caractère facile.
    Lorsqu’une famille a connu une forte mortalité infantile, les enfant survivants reçoivent des noms évoquant la mort : Mbina, signifie “tombe” et est suffisamment explicite. Buling, sur ulinga, “voyager”, indique que l’enfant ne vivra sans doute pas et qu’il est seulement de passage chez les vivants. Musiru, “brousse”, suggère de même que son séjour au village sera de courte durée et qu’il faudra bientôt l’emmener en brousse, c’est à dire l’enterrer. Butamba, signifie “terre”, Burobu , “boue”, Mafumbi “cadavre”: tous évoquent la mort.

    Inversement, Yesi signifie “chance”. C’est un nom que l’on donne à un enfant dont la mère a craint pendant longtemps d’être stérile et eu finalement la chance, considérée comme une grâce des ancêtres, de concevoir. Il arrive aussi que le nom commémore un événement qui a marqué la vie de tout une communauté, comme par exemple Mantsala, nom donné à un enfant né en période de disette et formé sur Ntsala “faim”.
    Source: Pholia Jérome T. KWENZI-MIKALA

    Dialectique

    YTSIA-MOON, lui, est un intellectuel qui se passe facilement de ce support. Mais ce narrateur, nous l’avons montré dans le chapitre consacré à la narration, est une instance qui se dédouble et son langage est particulièrement ironique et flou. La véritable pensée du locuteur de MOUSSIROU MOUYAMA n’est pas explicitement traduite. Cette ironie devient en filigrane un masque. Un masque efficace dans la dénonciation du narrateur. Ses effets ont pour objectif ici de choquer, de faire réagir, mais aussi d’amener à faire prendre conscience des anomalies et des incohérences dans son environnement.
    En outre, l’œuvre elle-même est le produit d’une société . Cependant, le contexte n’autorise pas le narrateur à déployer un regard critique sans se fondre dans le corps d’un narrateur non identifiable. Un narrateur-témoin qui forme un voile et permet à l’auteur de s’exprimer. Ainsi, dans son article , Fortunat OBIANG ESSONO, nous fait dire que « l’un des traits particuliers ici est la possibilité d’utiliser les mots dans un sens inconnu de la communauté linguistique »3 Ainsi, appert- il que l’ironie d’Ytsia-MOON est quelque chose entre la fourberie et la dissimulation. La dissimulation à ce niveau, suppose moins l’appel à une inversion directe du sens, qu’une participation de l’interlocuteur à un jeu complexe de reconstruction des intentions.

    Désiré Clitandre DZONTEU







    Le rêve punu.



    Les punu à l’image d’autres peuples,américain ou européen ont un reve . Le rêve punu peut être définit comme la réalisation du bien être, ainsi que celles de leurs familles. Le rêve punu peut se résumer en une seule phrase : la famille heureuse. Mais se rêve est confronté à plusieurs facteurs comme la pauvreté, le manque d’éduction et la pandémie du Sida. Le Sida touche profondément le Gabon et les punu ne sont pas épargnés mes frères agissant maintenant pour les générations futures.

    L'art de l'argumentation



    Voici quelques étapes qui fondent l’argumentation.


    1. La coherance du discours c'est à dire aller étape par étape« Dikak dimosi digheghangi maghembi mabedji».Litt. Une seule main ne peut saisir deux grosses boules a la fois. Sens : II faut agir methodiquement en choisissant une seule chose a la fois. Evitons de mener deux actions a la fois. « Ditudji agha inombu » Lift. L'oreille n'admet pas de compagnon.Sens ; L'oreille ne peut apprecier correctement deux sons differents a la fois.
    2. L'organisation« Peru na musing beboki ibulu masub na ngondi beburi mwane »Litteralement La conjugaison de Tare et de la Corde permet de pieger le gibier comme la conjugaison du spermatozoide et de I'ovule permet de former I'oeuf.Sens: C'est la complementarity des elements qui donne un resultat positif. Un seul element ne peut rien donner.La conjugaison de la substance et de la structure qui permet d’arrriver a un bon resultat. « Ave bondugili kari ave besunsili mondi »Lift. Le chien de chasse doit etre poste au point de chute du singe.Sens : Dans une entreprise, la coordination des actions est un gage de la reussite.21 « Iname misu iname matudji »« Kari na divoghi aghe komi »Litt. Le singe qui a un fruit clans la bouche ne crie pas.Sens: II n'est pas bon de parler avec une bouche pleine. II faut attendre la fin d'un acte avant de poser le suivant.
    3. La Substance fait intervenir les proverbes et contes.« Masi ma tsiesi magwelimine na muru »Litt. Les cornes de la gazelle sont a la taille de sa tete. Sens : La taille d'un attribut doit etre fonction de la taille de celui qui le porte. La correspondance de tailles est un critere de base.
    4. Le Brainstorming« Dike di koku ama longe ngudji duvangu »Litt. L'ceuf de poule a souvent conseille la mere poule. Sens : Un bon conseil peut venir d'un plus petit que soi ou de son enfant. Les arguments adverse« Minu ma mondi makale veme medji mambi »Lift. Si les crocs d'un chien sont d'apparence propre, ils consomment cependant de la merde.Sens : L'apparence est trompeuse.« Gnoghe na musob ghinsi ghi ? imosi! »Litt. Le serpent et le ver de terre ont le meme visage ou la meme apparence. Sens : Deux elements de meme apparence peuvent etre assimiles a des elements de meme nature. Mais il faut s'en mefier car leurs moeurs peuvent etre tres differentes.
    5. La Compensation « Uke bike muiri urasune mundung »Litt. Quand muiri est absent, mundung est present.Sens; Pour des jumeaux ou un couple quelconque de personnes, I'absence d'un membre est compensee parfaitement par la presence de I'autre.
    6. La participation: Ensemble d'expressions prévues uniquement pour réveiller I’ attention de I’ assistance. Elles peuvent être employées à différents niveaux d'un discours.La première partie de chaque expression est lancée par I’ orateur tandis que la seconde est reprise en chœur par I’ assistance initiée au lexique du débat. Cette seconde partie est constitué, en général, du dernier mot employé par I’ orateur. L'orateur pose une espèce de question a laquelle I’ assistance répond vivement.
      Ces expressions sont les suivantes

    - Na kodu na kodu tsangu mwa ? mwa
    -Bighulu mambu matudji limba ? limba
    -Gwisi ek gwende matsande mbo ? mbo
    - Maghene ek mumwande mulende mia ? mia
    -Diambu di mbatsi kingu nde ? nde
    - Mbili mbili makande mbo ? mbo
    - Babal lembo ? lembo I
    - Baghetu lembo ? lembo
    - Na kodu na kodu bunzombu ? yeke
    - Ba djaba ? ba djab kala
    - Gwivula ibondu ? ibondu dja ngensa
    - Ngumbe ek kot tsia mughaghe ? mughagha
    - Ngumbe ek pal tsia mughaghe ? mughagha

    Les concepts punu

    La Mambulogie: l'art de la palabre et de l’éloquence .

    Le Tsakidisme: Tsakidi serait une petite insecte difficile à avaler dans la bouche du coq. Le tsakidisme est l'art de résister à ses adversaires.

    Morangisme: Bellarmin Moutsinga est le porte-parole Le morangise est le symbole de toute lutte, de la soif de justice qui habite les peuples opprimés, qu’ils soient « d’ici ou d’ailleurs ». Pierre Claver Ackendengue constitue la principale figure.

    L’ancien stoïcisme punu: Attitude morale caractérisée par une grande fermeté d'âme dans la douleur ou le malheur; attitude, caractère d'une personne stoïque. Elle avait tant souffert sans se plaindre, d'abord (...)! Puis l'orgueil s'était révolté. Alors elle s'était tue, avalant sa rage dans un stoïcisme muet, qu'elle garda jusqu'à sa mort (Flaub., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 5).

    Le neoplatonicisme punu: Pierre Edgard Muddjieugou Ainsi parlait les Anciens −Philosophie de Platon et de ses disciples. Platonisme de Platon. Le platonisme se plaît à souligner l'indépendance radicale de l'âme, qui donne la vie, à l'égard du corps, qui la reçoit d'elle (Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p.178). Car le platonisme éternel, c'est la confiance de l'homme dans le pouvoir de la pensée, le «mythe» indispensable d'une Vérité éternelle à chercher par-delà les inexactitudes et les imperfections de toute science déjà atteinte (R. Lenoble, Hist. de l'idée de nature, 1969, p.70)

    Le Bourbierisme: bebgayement d' Armel guimbi doctrine qui consiste a mettre les gens ou les choses dans un chaos BOURBIER, subst. masc. A.− Lieu en creux dont le sol est recouvert de bourbe. S'engager, entrer, tomber dans un bourbier :1. Les chemins d'alors n'étaient pas ferrés et unis comme ceux de maintenant : des bourbiers où l'on enfonçait jusqu'au moyeu et des pointes de rochers à s'y rompre le col.Pourrat, Gaspard des montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 160.2. ... le cimetière était situé au bas d'une assez forte pente, de sorte qu'aux jours de grandes pluies ce n'était plus qu'un bourbier, ...Ambrière, Les Grandes vacances, 1946, p. 176.

    Le naturalisme punu: Jean divassa Nyama est le porte parole Représentation exacte de la nature, du réel. Synon. réalisme, naturisme (rare). [Léonard] arrive sans erreurs, sans défaillances, sans exagérations et comme d'un seul bond, à ce naturalisme judicieux et savant, également éloigné de l'imitation servile et d'un idéal vide et chimérique (Delacroix, Journal, 1860, p.285): Doctrine dont le principal porte-parole a été Zola, caractérisée par la volonté de peindre la réalité sociale dans tous ses aspects (notamment les milieux prolétaires), le recours aux méthodes de la science, le rejet du style, de l'intrigue, des personnages. J'ai lu, comme vous, quelques fragments de l'Assommoir. Ils m'ont déplu. Zola devient une précieuse, à l'inverse. Il croit qu'il y a des mots énergiques, comme Cathos et Madelon croyaient qu'il en existait de nobles. Le système l'égare. Il a des principes qui lui rétrécissent la cervelle. Lisez ses feuilletons du lundi, vous verrez comme il croit avoir découvert «le naturalisme»! (Flaub., Corresp., 1876, p.369): P.ext. Caractère crû d'un personnage, d'une expression. On pense [à propos de Claudel] à Shakespeare. Il en a la brutalité, le «naturalisme» voulu, les immenses laïus sans raison apparente, les images très précises, brutales toujours (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1906, p.250).

    L'enchanterisme: Nding Dyatelm est le père de cette doctrine . "Qui agit à la manière, avec la force d'un enchantement". Eloquence dans le language.Je connaissais enfin la beauté sans prétextes, que j'attendais sans le savoir. Tout, ici, ne reposait que sur la vertu enchanteresse du langage (Valéry, Variété III, 1936, p. 15).

    Les gabonièseries: Pierre Monsard Siegu est le père des gabonièseries que l’on définit comme la possibilité de « dire la bêtise gabonaise » et de « tourner en dérision tout ce qui existe et auquel on accorde une certaine importance ».

    Le monsardisme: Pierre Monsard Siegu est le père du monsardisme« cette attitude philosophique qui consiste, avec l'humour, à simplifier, voire banaliser les choses les plus graves dans le but de tordre les difficultés de la vie ».

    Fule nange ou fulangisme: philosophie du groupe rabbon, feeling et le spirit du hip hop.

    La fringologie dont le maitre est Jean Jcaques Boucavel le plus geand sapeur punu de tous les temps, du surnom Boucalinge. Le suffixe –logue désigne normalement le scientifique spécialiste de la science qui porte le suffixe -logie : Le psychologue spécialiste en psychologie, le géologue en géologie, le radiologue en radiologie, l'astrologue en astrologie, etc ...

    Porposez nous des nouveaux concepts que vous affectionniez bien...et leurs significations.

    Epopée,mythes,contes

    Les punu ont plusieurs épopées tels que Moumbouanga, la guerre de mocabe, la formation des punu par la mère Ndeyi. La mère Ndeyi aurait fait neuf enfants qui constituent les principaux clans punu. Les neufs mythes fondateurs des punu.

    L’épopée du Mumbwanga….


    Ce nouveau texte épique vient enrichir la bibliographie déjà abondante du genre dans la littérature gabonaise après le mvet de Tsira Ndong Ntoutoume, Olende de J.P Leyimangoye, Olende d'Okoumba Nkoghé, et Mulombi de V.P Nyonda.


    Mubwanga raconte l'histoire d'un héros extraordinaire, héros éponyme allant à la recherche de sa sœur Maroundou ma de Nzambi, mariée à Dybourou Kasse le monstre. Après une longue pérégrination à la quête de sa sœur, après des combats dont il sort toujours victorieux. Mubwanga ramène sa sœur au village à la grande joie de ses parents. Le texte relate de manière implicite les rapports interhumains et le fondement matrilinéaire chez les punu du Sud du Gabon. Kwenzi Mickala a su rendre dans une langue simple l'oralisation du texte originel en reformulant de manière habile dans sa traduction la mise en scène du performeur de la parole, les chants, les répétitions, l'action dialoguée et les répons traditionnels.

    Dans le but de préserver notre mémoire collectivective, s'il vous plait envoyez nous par émail les textes que vous aviez. Merci pour votre collaboration.

    La querelle des oiseaux diurnes et des oiseaux nocturnes.

    II était une fois, des oiseaux diurnes et des oiseaux nocturnes qui se disputaient au sujet d'un atangatier.
    - Les uns et les autres réclamaient la propriété de cet atangatier.
    - Un médiateur vint s'interposer pour tenter de régler ce litige.
    - Le médiateur demanda à tout le monde de se calmer et il dit à l’un des oiseaux d'aller cueillir des antangas pour tous afin de mettre un terme à la querelle.
    - L'envoyé grimpa sur l’arbre, mais s'arrêta net en plein milieu.
    - II avait, en effet, trouve un gros serpent qui lui barrait le passage.
    - A la question de ceux qui lui demandaient pourquoi il s'était arrête, il répondit : les tangas sont bien murs, mais il ya un petit "gwaghegna", autrement dit un obstacle.
    - L'envoyé sur l’arbre s'appelle Moukouelingui, il ne cesse de répéter encore ce terme "gwaghegna"
    Remarque:
    - C'est la découverte de l’obstacle qui a vraiment mis un terme a la querelle parce que les uns et les autres s'accusaient de cueillir tous les atangas en I'absence de l'une des parties.
    - Ici, les oiseaux ne volent pas pour se poser directement sur les branches. Us grimpent sur le tronc de l’arbre comme tous les autres animaux.


    Poésie

    Le Crépuscule des silences(1975)...
    Je suis venu cultiver d'autres chants parmi les morts...
    Mission inachevée
    Des poètes itinérants chantant
    La gloire lointaine de nos combattants
    Histoire fermée comme un poing
    Ma révolte pressoir des jours tris­tes.. .

    Pierre- Edgar Moudjiegou.

    Expression littérature punu.

    Liste des ouvrages


    La calebasse, trilogie (Afripoche), 2008;
    La calebasse
    Jean Divassa Nyama
    Grand prix littéraire de l'Afrique Noire 2008
    Parution : juin 2008
    Prix public conseillé : 30 €
    3 volumes dans un élégant coffret cartonné
    Format poche 12,5 x 19
    ISBN : 9 78 2 91146440 3




    Le voyage de l'Oncle Mâ, roman (La pensée universelle),
    Editions Ndzé
    Le voyage d'Oncle Mâ
    Jean Divassa Nyama
    Parution : juin 2008
    Prix public conseillé : 16 €
    192 pages
    Format broché 15x 21
    ISBN : 9 78 2 91146442 3



    La vocation de Dignité, roman (Editions Ndzé), 2009 ;
    Editions Ndzé
    La vocation de Dignité
    Jean Divassa Nyama
    Parution : janvier 2009
    Prix public conseillé : 16 €
    192 pages
    Format broché 15x 21
    ISBN : 9 78 2 91146446 1



    Le Bruit de l'héritage, roman (Afripoche), 2008 ;
    Afripoche
    Le bruit de l'héritage
    Jean Divassa Nyama
    Parution : février 2008
    Prix public conseillé : 10 €
    272 pages
    Format 12 x 19
    ISBN : 9 78 2 91146433 1 (la version brochée 2-911464-11-7 est épuisée)




    Le Nganga blanc, nouvelle, in Je suis vraiment de bonne foi (Editions Ndze), 2001 ; Le jour se lève sur Ossengué, nouvelle, in LA CASE (Editions Ndze), 1998 ;


  • Mabik-Ma-Kombil, né le 15-01-1966 à Mouila
    Œuvres : Ni vosi Yipunu (Je parle l’Ipunu), 1995
    Ngongo des initiés en hommage aux pleureuses du Gabon, (étude) L’Harmattan, Paris, 2003, 216 p.




  • Magang-Ma-Mbuju Wisi et Mbumb Bwas Florent, né le
    Œuvres : Les Bajag du Gabon, Essai d’Etude Historique et Linguistique, Paris, Imprimerie Saint-Michel, 1974









  • Nding Dyatelm, né le 27 août 1940 à Port-Gentil (
    Œuvres : Il pleut dans la Vallée Tome I, La Pensée Universelle, Paris, 1994
    L'enchanteresse





  • Mbadinga-Moundounga Joseph, né le 16-01-1946 à Mouila
    Œuvres : Veillée au Village,
    Imprimerie Saint-Joseph, Libreville, 1999




  • Monsard Yves-Nicolas, né en 1958 à Mimongo
    Œuvres : Le Film de l’Echec (nouvelle) in Kilomètre 30, 1990
    Œuvre : Le malaise gabonais, élites et sociétés au Gabon, co-auteur : Messi Me Nang Clotaire, L’Harmattan, 2005, 152 p.








  • MOUDZIEGOU MOUSSAVOU Aimé

    Moundjegou P.E., alias Magang-Ma-Mbuju Wisi, né le 29-06-1943 à Yidoumi, Mouila
    Œuvres : Le Crépuscule des Silences, 1975
    Ainsi parlaient les Anciens, 1987






  • Moussirou Mouyama A., né le 14-07-1958 à Mouila
    Œuvres : La langue française au µGabon. Contribution sociolinguistique, thèse de doctorat de 3e cycle, Université René Descartes-Paris V, 1984
    Parole de Vivant, L’Harmattan, Paris, 1992, 119 p.
    France-Afrique et Parfait Silence. Essai sur les enjeux africains de la Francophonie, Editions du Silence, Libreville, 1999, 193 p.






  • Nguimbi Bissielou A., né le 12-04-62 à Moabi
    Œuvre : Le Bourbier, Nouvelles éditions Debresse, Paris, 1993, 113 p.




  • Œuvres : Pratiques culturelles chez les Punu, Ed. Raponda-Walker, Libreville
    Pratiques culturelles au village, Ed. Raponda-Walker, Libreville, 2005, 95 p., ISBN 2-912776-56-2




















  • MATSAHANGA Hugues Gatien
    Œuvre : La chanson gabonaise d’hier et d’aujourd’hui
    (cinquante ans de musique moderne gabonaise), Ed. Raponda-Walker, Libreville, 2002, 158 p.



  • KWENZI MIKALA J. (1976) Contes punu


















































    « L’inscription de la palabre traditionnelle dans le théâtre francophone d’Afrique Centrale. Le cas des Punu du Gabon.