Liste des 23 recettes de cuisines punu


  1. Tsaghe feuille de manioc
  2. diumbe di ba kémbi paquet de machoirons
  3. diumbe di ba ngole paquets de silures
  4. nyame tsi ghumughe mu téri poisson fume aux courges
  5. supu bighari bi kabi/tsiési Le bouillon des viscères (intestins) dji tsiesi ou antilope !
  6. mukate nzaghu
  7. diumbe di tsombi paquets de verres de soies
  8. diumbe di biare
  9. musule malobi na pinde dukaghe bognu mu tomate na boghu Pangolin à la sauce tomate et aux champignon
  10. kangue mu pinde la pintade
  11. ngondu mu gyambe na dituke
  12. bukule na tsari na malobi
  13. disambu na tsari na mipala a mise bengue
  14. diumbe di téri na ba nyame ba goumoughe
  15. moubodi na nyame dissimu dji gumughe
  16. mpoghe na mougoube na ba ngotous ba goumoughe
  17. ngotou mu diumbe di moudike na mwa boukoulou
  18. ngoumbe dji goumoughe mou moudike
  19. dissambu na mbologou mu matsi ( poisson salé aux aubergines)
  20. koku dimbu mu mudike (le coq de basse court au chocolat "indigène"
  21. ngumbe gumughe mu téri (le porc épic fumé aux concombres)
  22. tsari tsi nduli na bukulu na mughube mu yambe ghi ngatsi (petites aubergines amères melangées à l'oseille, aux feuilles de tarots au gniemboué)
  23. Mbome ghumughe mu yambe y ngatsi ( python fumé au gniemboué du gabon)

Koku Dimbu


Koku Dimbu
Pour 8 personnes
À propos

Pour moi, Coq au Vin est le plat idéal. Chaude, pleine de viande tendre, et les légumes racines terreuses, il est si copieux, si rustique et pourtant équilibré. L'utilisation d'un vin pour le plat qui est semblable au vin jumelé avec elle fera la vaisselle transparente.

Instruction


Disposer les morceaux de poulet sur ​​un parchemin bordée moule; de poulet, saler et poivrer et saupoudrer de farine légère.

Chauffer l'huile de canola dans une casserole à fond lourd, ajouter lentement le poulet et cuire à feu moyen jusqu'à ce que la peau soit dorée et croustillante. Tourner le poulet et poursuivre la cuisson jusqu'à coloration dorée.

Retirer le poulet de la poêle et jetez tous sauf 1 cuillère à soupe d'huile. Rendu le bacon jusqu'à ce croustillant et ajouter le céleri, la carotte, l'oignon, l'ail et aux champignons et cuire jusqu'à ce que légèrement caramélisé.

Déglacer la poêle avec le cognac et ajouter le poulet doré, le vin rouge et de pâte de tomates et le thym. Porter à ébullition et laisser mijoter à feu très doux pendant environ 3 heures, jusqu'à ce que le poulet est très tendre et commence à se détache des os.

Retirer délicatement le poulet de la sauce et faire réduire la sauce de moitié. Une fois que la sauce s'est épaissie, ajouter le poulet et assaisonner au goût. Servir sur des nouilles aux oeufs.
ingrédients

2 poulets, couper
½ tasse de farine tout usage
½ tasse d'huile de canola
1 tranche de lard fumé
(optionnel)
1 tasse de céleri, en dés moyennes
1 tasse de carottes en dés
1 tasse d'oignon coupé en dés
4 gousse d'ail pelée et
tranches
6 champignons de Paris once,
lavées et coupées en dés
1 tasse de brandy
2 bouteilles de vin rouge
2 cuillères à soupe pâte de tomate
2 branche de thym frais
- Fleur de sel et poivre fraîchement
poivre noir moulu
1 paquet de nouilles aux œufs, cuites

Boeuf molvinois

Bœuf molvinois aux carottes
Pour 8 personnes
À propos

recette traditionnele c'est ce que les chefs se tournent généralement vers après avoir travaillé dur dans le restaurant. Et rien n'est plus réconfortant qu'un grand pot de boeuf comme ceux que ma tante ma monique faisait.

Instructions

Combiner le boeuf, le céleri, les carottes, l'oignon, l'ail, les champignons et vin rouge dans un grand bol. Faire un sachet en plaçant le thym, le persil, le laurier et le poivre dans le centre d'un morceau de gaze, de recueillir les coins et cravate fermée avec de la ficelle de cuisine. Ajouter le sachet de la viande et les légumes et laisser mariner au réfrigérateur pendant la nuit.

Passer le boeuf mariné et légumes en prenant soin de réserver le vin. Étendre le bœuf et les légumes sur une plaque séparant le boeuf dans les légumes. Assaisonner généreusement la viande de bœuf avec du sel et du poivre.

Versez le vin dans une casserole et porter à ébullition, en écumant la mousse sur le dessus comme il arrive à ébullition. Retirer du feu.

Chauffer l'huile de canola dans une casserole à fond lourd, travaillant dans des lots afin de ne pas foule le pot, saisir la viande de bœuf et cuire à feu moyen-vif jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées de tous les côtés.

Retirer le boeuf de la casserole et jetez tous sauf 1 cuillère à soupe d'huile. Rendu le bacon jusqu'à ce croustillant et ajouter le céleri, la carotte, l'oignon, l'ail et aux champignons et cuire jusqu'à ce que légèrement caramélisés, environ 5-7 minutes.

Déglacer la poêle avec le rhum ou le cognac et ajoutez la viande dorée, vin rouge et le bouillon de poulet. Porter à ébullition, baisser le feu et laisser mijoter pendant environ 1 heure et demie, jusqu'à ce que le boeuf soit tendre. Incorporer la farine dans ¼ tasse d'eau et lentement fouetter dans le ragoût. Poursuivre la cuisson du ragoût pour une autre ½ heure jusqu'à consistance épaisse et le bœuf soit très tendre.

Juste avant de servir le ragoût de boeuf, de préparer les carottes en pelant et les trancher finement. Placez les carottes en tranches dans une poêle et ajouter l'eau à peine couvrir les carottes, ajouter le beurre et légèrement salez et poivrez. Laisser mijoter jusqu'à ce que les carottes soient tendres, environ 6 à 8 minutes, garnir de persil haché et servir avec le boeuf bourguignon.

ingrédients

boeuf molvinois

2 Chuck boeuf livres, coupé en
Cubes de 1 po
1 tasse de céleri en dés moyennes
1 tasse de dés de carottes moyennes
1 oignon coupé en dés
6 gousses d'ail pelées et
écrasé
6 oz bouton blanc
champignons, lavés et coupés en dés
2 bouteilles de vin rouge
3 brins de thym frais
2 brins de persil
1 feuille de laurier
1 cuillère à soupe noire
poivre
6 cuillères à soupe d'huile de canola
1 tranche de bacon fumé (facultatif)
1 tasse de rhum ou de brandy
2 tasses de bouillon de poulet
6 cuillères à soupe de farine tout usage
- Fleur de sel et poivre fraîchement
poivre noir moulu
Les Carottes

4 carottes moyennes
4 à soupe de beurre
¼ tasse de persil haché
- Fleur de sel et poivre fraîchement
poivre

Pourquoi nos villes n’ont pas d’âmes?

Les villes du sud ouest Gabon n'ont pas d'esprit à l’exemple de Sao polo, Buenos Aires, Vienne. Nos villes ne sont ni charmantes, romantique et riche culturellement. Vous ne trouverez ni à Mouilla ou Tchibanga, Mayoumba des grands espaces verts aménages, de grands stores, de places culturelles, ni musée, ni monument historiques, écoles culturelle. Il n’y a pas des restaurants qui proposent des thèmes précis : nourriture mexicaine, japonais, indien, français et localités. La ville aussi doit avoir un air festif. En fait cela commence déjà dans l’esprit de celui qui dirige la ville il faut qu’il soit lui-même déjà un homme très organise et qu’il ait beaucoup de goûts.

Les collectivités locales doivent avoir un programme d’investissement culturel…Ouvrir des ateliers pour artistes, les artistes créent l’innovation, si on veut qu’une ville soit dynamique on a besoin de cette créativité. Avoir des espaces de jeux dans tous les quartiers. IL est important qu’il y ait des musées aussi pour la ville. Peindre la chaussée est important pour la propreté de la ville. Créer une grande place (plazza) comme dans les villes européens ou les gens peuvent venir s’asseoir lire l'un journal, avec des fontaines d’eaux des monuments historiques , je souhaiterais que ce travail se fasse par des grands artistes européens.

Avoir des représentants dynamiques à l’assemblée nationale ou sénat capable de défendre la loi de la décentralisation. Chaque maison de la ville doit avoir un numéro sur son enceinte, plus facile pour les services de postes d’apporter les colis à domiciles, ou pour les vendeurs ambulants de se retrouver, aussi important si la police ou les pompiers doivent intervenir dans un domicile. Il faut que les citoyens de la ville puisse s'informer par des périodiques locaux. Il faut aussi que les maires créent un emplacement, une route spéciale dédie commerce. Il faut favoriser les petits commerces en générale. Le grand problème des collectivités locales c'est qu'ils ont des faibles financements. Il faut donc trouver le moyen de mettre en place une fiscalité pouvant soutenir l'action des mairies, taxes pour la gestion des ordures, ou pollution etc..

Jean Manola

Débrouillez vous même à la cuisine

tsaghe feuille de manioc
diumbe di ba kémbi paquet de machoirons
diumbe di ba ngole paquets de silures
nyame tsi ghumughe mu téri poisson fume aux courges
supu bighari bi kabi/tsiési Le bouillon des viscères (intestins) dji tsiesi ou antilope !
mukate nzaghu hui mani nzale ba nguebi La peau de l'éléphant pour calmer la faim des enfants
diumbe di tsombi paquets de verres de soies
dimbe di biare
musule malobi na pinde
dukaghe bognu mu tomate na boghu Pangolin à la sauce tomate et aux champignons

La charité bien ordonnée commence par soi même


Pour que les choses bougent dans une région il faut d'un côté des hommes débrouillards et de l'autre côté de l'argent.

Pourquoi Dijob, Maganga, Bou Yembit, Angélique Ngoma, Boutamba, Ngoyo , Ndongou, Moudounga, Mouloungui, Mamboundou, Mayila,Nziengui.Nzouba n'aideraient pas des jeunes à ouvrir leurs entreprises comme tailleurs, menuisiers, maçons,tailleurs,maroquiniers, bijoutiers, peintres d’art, sculpteurs, coiffeurs, mécaniciens, électriciens, plombiers, tourneurs, fondeur, soudeur.

Le proverbe chinois dit au lieu de donner du poisson, vaut mieux apprendre à quelqu'un à pêcher le poisson.

S'il doit avoir une concurrence c'est dans le domaine de la création d'entreprises et non dans le domaine de qui est le monsieur qui a la plus belle voiture ou la plus belle villa?
comme dit le proverbe: Dusombi aghékési matsi, mutu tsing aghékési ubwédji.

Avis d'emplois

11 Juillet 2010
Soudeur tôlerie carrosserie,tôlerie métallique, couturiers, coiffeurs, menuisiers gabonais pour démarrer entreprise personnelle dans la Ngounié, Nyanga.

L'état des médias dans la Ngounié

L’information reste visible dans la province de la Ngounié ( Jean-Pierre Moutoukoula)

MOUILA (AGP) - Le besoin naturel d’informer et de s’informer est une donnée fondamentale au sein d’une société, c’est pourquoi très tôt le président, feu Omar Bongo Ondimba a contribué à l’union des populations, de Mouila et d’ailleurs, par la mise à leur disposition des moyens de communication.

La province de la Ngounié est couverte par des organes de presse publics et privés. En audiovisuel, la première chaîne publique de radiodiffusion et télévision « RTG 1 » est reçue à Mouila et ses environs, en audio sur la fréquence de 97.8 FM, dans les départements, par contre, c’est en ondes courtes que les auditeurs suivent la radio, sauf là où il n’ y a pas de pylône en l’occurrence à Mimongo (département de l’Ogoulou), à Fougamou (Tsamba-Magotsi), à Mandji (Ndolou) et dans les trois districts d’Etéké, d’Ikobey et de Nzénzélé.

un plus dans le département de la Louétsi-Wano

Cependant, dans le département de la Louétsi-Wano en plus des chaînes publiques qui sont suivies, la ville de Lébamba dispose d’un complexe audiovisuel communautaire : La LOWA TV et MALEBE capté en 90.10 FM.

Tout comme à Mouila capitale provinciale où l’on reçoit aussi les chaînes privées en plus comme la ‘’télé Molvision’’. Les populations captent aussi facilement la radio panafricaine ‘’ Africa n° 1’’ à partir de la fréquence 96.7 et ‘’radio France internationale (RFI) sur la bande de 104.00 FM.

Les nouveaux venus dans le paysage médiatique du chef-lieu de la province sont radio Mouila captée sur 97.7 FM, Fréquence M [fréquence de Mouila] sur 96.00 FM. Téléafrica, est depuis peu. A Fougamou, la radio et télévision « Nyangou » rurales privées n’émettent plus.

De temps à autre des perturbations sont observées dans la réception de « Radio Gabon » et « Africa n° 1 » avec des signaux faibles, à tel point que leurs éditions (journal) du matin sont parfois relayées par « Radio Mouila ».

En matière de presse écrite, un établissement officiel, « l’Agence gabonaise de presse » (AGP) a ouvert son Bureau provincial en octobre 2006 à Mouila. Ce Bureau qui a à sa tête un professionnel affecté et émargeant à la Fonction publique est le premier organe de presse de l’Etat (presse audiovisuelle comme écrite) à s’installer. L’AGP est dotée d’une personnalité civile et morale au même titre que la RTG 1 et RTG 2, uniquement.

MA LETTRE AUX POLITICIENS DE LA NGOUNIE

Je ne serais pas long, chers politiciens il est temps de penser à l'avenir de vos enfants.

J’espère qu'avec l’arrivée du Président Ali Bon Bongo Odimba pour le prochain conseil de ministres ce sera l'un des moyens pour échanger et de parler de développement économique. Premièrement si la route n'est pas réalisée c'est l'avenir de cette jeunesse que vous hypothéquiez, sans la route il ne peut pas avoir de développement, ni aujourd'hui, ni dans le futur.

Le second point c'est de croire que l'agriculture seule développera la Ngounié voila encore un autre mythe, la plus part des grands pays peinent dans ce domaine, il faut certes l'agriculture avec des technologies intégrées mais en plus d'autres activités économiques comme sources de revenues, dans les domaines comme les télécommunications, chimique ou les biotechnologies. Il faut creer des nouveaux types de sociétés dans la Ngounié, la province a besoin d'un grand nombre ingénieurs et des financements.

L'université est un important projet, car elle est porteuse d'emplois, de progrès, de développement et d’innovation, sans innovations il ne peut pas avoir de productions. Les sociétés de bio-technologie et les télécommunications en partenariat avec l'université de Mouila peut être "révolutionnaire, changer la vie de la technologie, et créer des emplois dans le domaine de la recherche".

De plus, l'université c'est la colonne vertébrale ou viendra se greffer le travail dans le futur. Sans la construction de notre université , la Ngounié manquera de vitalité et des cerveaux, l'ouverture d'un lycée technique serait . Aujourd'hui on ne peut plus se passer de l’éducation. Si demain les usines venaient à se planter ou pensiez vous que ces usines trouveront la main d’œuvre si la jeunesse n'est pas formé? L’éducation est une stratégie payante à long terme.

Aussi il est temps que nous prenions en main et transformions nos ressources énergétiques dans le respect de l’environnent. Le projet du barrage de la chute impératrice, nous avons pas besoin d’électricité seulement pour nos ménages, mais aussi pour créer des usines aux potentialités fortes.Pourqupi pas une petite raffinerie à Mouila?

La route reliant Fougamou Mayoumba est une priorité si dans l'avenir nous voulons écouler nos produits via le futur port de Mayoumba ou commercer avec ce centre commercial.

je souhaite qu'une réflexion multisectorielle, aboutissant sur une véritable diversification et en même temps synergie de notre économie soit prise en compte.

Pour terminer quelques réflexions à qui profitent les ressources du sous-sol de notre province l'or, le pétrole, les diamants de la province etc..?Pourquoi ne pas les extraire et les transformer sur place?Pourquoi ne pas avoir des industries chimiques dans la Ngounié?Quel politique pour l'entreprise?

Le problème n'est ni Mamboundou, Dijob ou Maganga, MBou Yembi,Ndongou,Jean François Ndoungou, Mayila, Pendy ,Nzoubou et les autres, le problème c'est notre capacité de penser en terme de développement économique pour les générations futures.

Je me résume:
La route, l’université, le lycée technique et les activités économiques sont les projets importants pour l'heure. Si au minimum on a pas cela pas la peine encore de rêver au développement future de notre province.

Arrêtez de penser à vos intérêts , ou de vouloir travailler pour vos villages, pensez à la province en général. pensez aux intérêts des jeunes, si vous mourriez qu'alliez vous laisser aux générations futures?

Je terminais par:
Mujambe ama rekimine, mba ma gwé pinze

Jean Manola

Paquets de silures

Ngotou mu diumbe di moudike na mwa boukoulou

Ingrédients
  • ½ kg de poissons frais ;
  • 4 feuilles de bananier ;
  • 15 cl d’huile de table ;
  • 2 gros piments ;
  • 1a poignée de persil ou céleri ;
  • 1 cuillère à soupe de sel ;
  • ½ litre d’eau.
Bien vider les poissons, les couper en morceaux puis les nettoyer proprement. Laver les feuilles de bananiers. Écraser les piments et les persils. Mettre les poissons dans une assiette creuse. Les assaisonner avec du sel, les persils et les piments et y verser de l’huile. Laisser reposer un temps. Disposer les feuilles, mettre les morceaux de poissons et fermer notre paquet avec des ficelles. Mettre ensuite des bouts de bambous ou quelques feuilles de bananier au fond de la marmite pour que notre mets ne se brûle pas. Remplir la marmite d’1/2 litre d’eau, déposer le paquet, couvrir et faire mijoter pendant 1 heure.
Conseil :
  • Bien assaisonner les poissons ;
  • Ficeler convenablement le paquet pour une bonne conservation de la sauce ;
  • attendre que les feuilles changent de couleur.
Ce repas peut être servi avec le manioc, le ditouka (boulette de bananes).


MA LETTRE AUX POLITICIENS DE LA NGOUNIE

Je ne serais pas long, chers politiciens il est temps de penser à l'avenir de vos enfants.

J’espère qu'avec l’arrivée du Président Ali Bon Bongo Odimba pour le prochain conseil de ministres ce sera l'un des moyens pour échanger et de parler de développement économique. Premièrement si la route n'est pas réalisée c'est l'avenir de cette jeunesse que vous hypothéquiez, sans la route il ne peut pas avoir de développement, ni aujourd'hui, ni dans le futur.

Le second point c'est de croire que l'agriculture seule développera la Ngounié voila encore un autre mythe, la plus part des grands pays peinent dans ce domaine, il faut certes l'agriculture avec des technologies intégrées mais en plus d'autres activités économiques comme sources de revenues, dans les domaines comme les télécommunications, chimique ou les biotechnologies. Il faut créer un nouveau type de société dans la Ngounié, la province a besoin d'un grand nombre ingénieurs et des financements.

L'université est un important projet, car elle porteuse d'emplois, de progrès, de développement et d’innovation, sans innovations il ne peut pas avoir de productions. Les sociétés de bio-technologie et les télécommunications en partenariat avec l'université de Mouila peut être "révolutionnaire, changer la vie de la technologie, et créer des emplois dans le domaine de la recherche.

De plus, l'université c'est la colonne vertébrale ou viendra se greffer le travail dans le futur. Sans la construction de notre université , la Ngounié manquera de vitalité ou des cerveaux, l'ouverture d'un lycée technique serait souhaitable. Car aujourd'hui on ne peut pas se passer de l’éducation. Si demain les usines venaient à se planter ou pensiez vous que ces usines trouveront la main d’œuvre si la jeunesse n'est pas formé? L’éducation est une stratégie payante à long terme.

Aussi il est temps que nous prenions en main nos ressources énergétiques dans le respect de l’environnent. Le projet du barrage de la chute impératrice, nous avons pas besoin d’électricité seulement pour nos ménages, mais aussi pour créer des usines aux potentialités fortes.

La route reliant Fougamou Mayoumba devra être une priorité si dans l'avenir nous voulons écouler nos produits via le futur port de Mayoumba ou commercer avec ce centre commercial.

je souhaite qu'une réflexion multisectorielle, aboutissant sur une véritable diversification et en même temps synergie de notre économie soit prise en compte.

Pour terminer quelques réflexions à qui profitent les ressources du sous-sol de notre province l'or, le pétrole, les diamants de la province etc..?Pourquoi ne pas les extraire et les transformer sur place?Pourquoi ne pas avoir des industries chimiques dans la Ngounié?Quel politique pour l'entreprise?

Le problème n'est ni Mamboundou, Dijob ou Maganga, MBou Yembi,Ndongou,Jean François Ndoungou, Mayila, Pendy ,Nzoubou et les autres le problème c'est notre capacité de penser développement économique.

Je me résume:
La route, l’université, le lycée technique, activités économiques sont les projets importants pour l'heure. Si au minimum on a pas cela pas la peine encore de rêver au développement future de notre province.

Arrêtez de penser à vos intérêts , ou de vouloir travailler pour vos villages, pensez à la province en général. pensez aux intérêts des jeunes, si vous mourriez qu'alliez vous laisser aux générations futures?

Je terminais par:
Mujambe ama rekimine, mba ma gwé pinze

Jean Manola

Les recettes de chef Simbou

tsari tsi minèke? tsié ngo djabile?
  • bukulu bu iloto

ilotu c'est une espèce d'oseille à grandes feuilles qu' on utilise souvent avec tsari tsi minèke mu yambe y ngatsi ou mélanger aux feuilles de taros et les ngola fumés

  • moussoulou malobi na pinde
  • diumbe di téri na ba nyame ba goumoughe
  • moubodi na nyame dissimu dji gumughe
  • mpoghe na mougoube na ba ngotous ba goumoughe
  • ngotou mu diumbe di moudike na mwa boukoulou
  • ngoumbe dji goumoughe mou moudike

Proverbe du jour

"Mujambe ama rekimine, mba ma gwé pinze"
Littéralement: La rivière a des méandres parce qu’elle est allée seule,
Sens: Il est bon de demander toujours conseils aux autres pour ne pas se tromper dans une entreprise.

Quelques recettes de cuisine punu




1- dissambu na mbologou mu matsi ( poisson salé aux aubergines)
2- koku dimbu mu mudike (le coq de basse court au chocolat "indigène")
3- ngumbe gumughe mu téri (le porc épic fumé aux concombres)
4- tsari tsi nduli na bukulu na mughube mu yambe ghi ngatsi (petites aubergines amères melangées à l'oseille, aux feuilles de tarots au gniemboué) ...
5- Mbome ghumughe mu yambe y ngatsi ( python fumé au gniemboué du gabon)

Chef Moris

Comment créer des Jobs dans la région?

Il faut que les autorités locales créent l'environnement pour créer les jobs, il faut éviter une lourde fiscalité ou harceler les petits promoteurs et commerçants.

Il faut donner l’opportunité aux citoyens de se former, créer des petits centres de formations techniques.Il faut créer des nouvelles niches d'emplois comme dans le tourisme, les services, l'artisanal et l'agriculture.

Il faut créer des petits espaces commerciaux et bureaux dans la ville.

Il faut arrêter avec les contrôles de polices illicites sur la route envers tous commerçants comme par exemple les vendeurs de bananes.

Il faut des grandes usines dans le sud.

Il faut une véritable politique de marketing pour attirer les investisseurs.

Il faut développer internet et la route.

Il faut reformer le secteur financier, le secteur financier est trop faible pour créer le marché de l’empois au Gabon, il faut commencer à faire une vraie reforme là dessus.Il faut revitaliser le secteur des banques.

J'insiste le plus sur le fait de créer l'environnement des affaires.

La brique de terre

Il y a une différence entre la terre cru et la terre de brique, la brique crue à laisser les fameuses villes éternelles. L'architecture en brique se trouve principalement dans les zones qui manquent de matériel naturel de construction en pierre.

Beaucoup de vieux centres villes dominés par le style de briques gothiques, ainsi que certaines structures individuelles, ont été répertoriés comme sites du patrimoine mondial.

Friedrichswerder Church






François Cointeraux (1740-1830), qui contribua beaucoup par ses études au développement de la construction en terre, invente la "crécise", instrument de compression qu'il utilise dans la mise en oeuvre du pisé. Mais c'est au XXe siècle qu'apparaît la première véritable presse à briques : la CINVA RAM, mise au point en Colombie au milieu de XXe par l’ingénieur Raül Ramirez, inonda largement le marché de la construction en briques de terre. Depuis, les presses se sont perfectionnées jusqu'à produire de très belles briques de grande qualité.
La brique de terre apporte un confort thermique inégalé que bien des habitants de maisons modernes regrettent aujourd'hui. Elle présente aussi l'avantage d’être de maisons écologiques.


Pour plus d'informations:
Wikipedia

Architecture en briques de terre

Sindara
L'architecture en briques de terre donne du charme à notre ville pourvu qu'on ait la technologie nécessaire, les briques peuvent être rouge, jaune et même gris ou simplement une mixture de ses couleurs. Les briques satisfaits le goût de l'époque romantique pour ses riches riche en architecture en tant que compositions luxuriantes de Liszt a fait pour la musique. Dans la période, l'utilisation de la brique pour les effets de couleur a été dominante en France, en Allemagne et en Angleterre pour certains types de bâtiments. Les villes comme Boston et New York ont pleins de bâtiments en briques de terres, et habiter dans un appartement en brique de terre dans ces villes est un luxe ce qui n'est pas le cas chez nous ou beaucoup voit d'un mauvais œil le fait d'habiter dans une maison en brique de terre. La maison de brique de terre est devenu le symbole de la pauvreté quand autrefois elle avait la réputation d'une certaine prestance. Le problème est dur au fait qu’essentiellement les gens aujourd’hui on perdu la maîtrise de la fabrication de ses briques. L'architecture du Sud Ouest se caractérise dans l’amour du bois et de la brique de terre.

Le premier problème de nos villes du sud ouest il est difficile de limiter un centre ville ceux que les anglais appellent dowtown, ensuite il n'existe pas en tant que tel un district culturel magasins, galeries , centre de performances, ateliers ou on peut admirer les vestiges de la brique de terre cela peut être définis comme une politique de construire dans un certains périmètres de nouveaux bâtiments seulement en brique de terre.

Les habitations sociales
Le stade des Rangers: la brique de terre exprime ici l'image de la légende. Certains stades en Europe et surtout aux USA sont construits en briques de terre.
Le val Marie avec son rose de brique de terre romantique, Val marie fut dans un premier temps un college exclusivement pour les filles, et demeure une légende
Les murs en briques rouge
La mission de Lambaréné, un joyaux monument architecturale

Alhambra styles maures Africain en Espagne
Une boutique 7 eleven USA
Stade de Rangers
Une maison américaine

Espagne la face d'un immeuble