Stimuler l'esprit d'entreprise.


Qu'entend-on au juste par esprit d'entreprise ? Affronter la concurrence et prendre le risque de créer sa propre entreprise ? Certes, mais cela va beaucoup plus loin. Les entreprises créent emplois et richesse. Elles insufflent aussi à l'économie un dynamisme essentiel pour relever les défis de la mondialisation et du changement structurel. Stimuler l’esprit d’entreprise revient à mobiliser l’énergie entreprenariale pour en faire un processus dynamique utilisant toutes les opportunités qu’offre l’économie. Cet ouvrage analyse les facteurs qui facilitent entrepreneuriat et les obstacles qui le freinent. Il offre, et c'est une première, une synthèse globale des politiques de entrepreneuriat menées dans des pays aussi divers que l'Australie, l'Espagne, les Etats-Unis, les Pays-Bas ou la Suède. Si les situations varient sensiblement d'un pays à l'autre, les comparaisons internationales montrent que l’esprit d’entreprise repose toujours sur la conjonction d'un environnement institutionnel favorable, de programmes publics bien conçus et de facteurs culturels propices.
Pour se développer, entrepreneuriat doit pouvoir s’appuyer sur des marchés financiers efficaces, un marché du travail souple, une fiscalité des entreprises plus simple et plus transparente, et une réglementation des faillites mieux adaptée à la réalité des entreprises. Cet ouvrage analyse les politiques menées dans ces domaines, tout en s’intéressant au rôle de plus en plus important joué par les autorités locales et régionales, à la contribution que l’esprit d’entreprise peut apporter au secteur à but non lucratif, ainsi qu’à l’émergence de l’esprit d’entreprise dans les économies en transition. Une alchimie à l'évidence délicate à réaliser, mais d'autant plus essentielle que stimuler l'esprit d'entreprise n'est pas seulement une ambition économique majeure : c'est aussi un défi impérieux à relever pour réconcilier croissance économique et cohésion sociale. Cet ouvrage est le dernier titre en date de la Stratégie de l’OCDE pour l’emploi. Il répond à la mission plus large de l’OCDE de concevoir des politiques publiques aidant nos économies à s’adapter à la mondialisation et au changement structurel. Cet ouvrage a été réalisé sous la direction du Service du développement territorial de l’OCDE.

Avis des lecteurs sur les 10 propositions de la Nyangou

Frank M.

" L 'agriculture projet far, nous ne voulons pas que cela ressemble des paroles en l'air raison pour laquelle nous travaillons de sorte qu'il y ait du palpabe .Nous voulons impliqués cette catégorie ds la création de micro projet. Nous voulons si les conditions adéquates y sont favorables leur inciter à la création de leur propre entreprise. La création des CDI ds les provinces. La mise en place d'une société de transport Sud, vous devrez être nos facilitateur pour trouver des bailleurs. Nous attendons le retour de tout les Nyangou pour mettre en place une ONG qui aura pour mission de bâtir des maisons sociaux."

Propositions de Cedric M.
"Voici 4 propositions 1-L'ouverture effective de grandes écoles et facultés comme annoncé par le Gouvernement, 2-l'injection des capitaux privées nationaux en vue de la construction d'infrastructures d'utilité collective, 3- la mise en place véritable d'un fonds spéciale d'aide à la jeunesse en vue de la création de micro entreprise,4 - L'adhésion des populations aux nouvelles donnes notamment les identifications sur fichiers biométriques."

 Propositions de Marcelino M.N
"1 , union des jeunes dynamiques 2 université ( culturel et scientifique), 3 Agriculture , 4 Santé , 5 routes ,6 tourismes, 7 centre sportifs , 8 industries des transformation des aliments , 9 construire des grenier alimentaire, 10 centre d’études environnemental ancestrale et scientifique". 

 Propositions Steacy. P.
"je dirais tout d'abord que Nyangou est une bonne initiative pour nos provinces la Ngounié et la Nyanga précisément et surtout la Nyanga.car depuis des nombreuses année nous avions eu des représentant dans le gouvernement mais ce derniers n'ont pensé qu'a leur propre intérêt tout en oubliant ceux et celle qu'ils représentaient ou qu'ils représentent.c'est avec amertume et une grande douleur que je m'exprime souvent devant les autres lorsqu'il s'agit de parler de ma pro ma province.le soleil c'est bien , mais est ce que nous allons vraiment brillé et éclairer la population rural qui est complètement dans le désarroi. règles: viser les intérêts de la population éviter de singulariser les activité ; DIBOTI

Autres propositions:
"1.la route 2. la mise en place des PME,3.internet 4.tourisme 5.Agriculture, 6.universités 7Amenagement urbains"

Le développement durable: notre cheval de bataille

Le développement durable tient une place de plus en plus importante dans notre vie, il est nécessaire d’en connaître les gestes les plus simples grâce auxquels nous pouvons améliorer notre respect de la nature comme nos parents le faisaient.
Afin d'inciter chaque habitant du Grand Nyangou à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, Dungandzi propose une série d'astuces :
  • J'évite de jetter les papiers plastiques dans la nature
  • Je ne jette pas mes ordures sur la route
  • J'aménage  mon cadre de vie
  • J'economise l'eau
  • Je fais du compost avec mes ordures
  • Je contribue à la biodiversité
  • Je sensibilise mes enfants, ma famille et mes voisins
  • J'évite de gaspiller le bois, les arbres.

Réinventer Nyangou.

"Réinventer le grand Nyangou par les petites et moyennes entreprises".
"Nous avons besoin de votre aide et de vos propositions".
Nous essaierons ensemble de répondre à ses questions:

Comment agir au quotidien? Dans les organes de concertations?
Comment investir dans Nyangou?
Comment s'implanter dans Nyangou?
Comment ceder et reprendre une entreprise?
Comment investir dans les nouvelles technologies?
Comment investir dans l'amenagement urbains?
Comment investir dans le tourisme?
Le projet du campus Universitaire.

Objectif: 50 nouvelles entreprises pour 2020

Ouvrir 50 nouvelles petites et moyennes entreprises dans la NYANGOU dans les 10 prochaines année es-ce possible?

Ou sont les Steve Job, les Larry Page, Pierre Omidyar, Louis Vuitton de la Nyangou? 

Collection tenues mariages

Créateur Chou Chou Lazare dans le style mixte, tendance raphia.Clique sur la photo pour voir détails.                                                    

Le vrai bajag

"Batu di badi"qui veut dire les  bajag hommes de guerres, toujours volontaires, ils ne désarment devant rien, Ils aiment l’esprit de challenge, ce qui caractérise le bajag c'est le fait de vivre du fruit des ses propres efforts, son désir c'est être son propre chef. Les compagnons du bajag sont le douk douk et lampe de torche. Il aime tout ce qui est ancien, c'est un collectionneur. Il aime écouter les communiqués  radio, quand il ne porte pas ses plastiques au village, alors il porte ses bottes ou boot-camp. Il n'aime pas l’injustice. Le bajag aime porter les chapeaux de pailles, le chapeau 5 gallon Texas, le fedora et les grosses boucles de ceinture. Il a une irréductible passion pour la nature et les travaux champêtres. Il porter le jeans cargo barbier, au jeans cerezo au pantalon Patrice Nziengui pattes d’éléphants. Sa philosophie le goût du travail, la persévérance dans l'effort et le travail bien fait. C'est un bricoleur, il aime arranger les mécaniques. L'esprit du bajag meme c'est le muteti, son style de vie une vie respectable, son style porter ce qui est rare voire unsual. Il aime se ranger du cote de la vérité. Il aime les débats c'est un Ibulu i Mitsundu, il n'a pas peur de rien, même l’obscurité. Il se respecte lui même et respecte les autres. Il aime conjuguer le verbe fixer au présent de l'indicatif. Ses plats préférés bukulu bu babongu oseilles pygmées au tubercules douces de mouila. Sa richesse est le ngombou. Il aime jouer le damier et le mubedi, sa chanson préférée  bukulu de Mackjoss 1976.

L’habillement traditionnel d’un mariage à la coutume

 Il serait difficile de déterminer un style proprement parler d’habillement traditionnel , parce que la créativité en Afrique est illimitée et le style dépend etdu goût et de la personnalité de chacun. L’habit distingue aussi bien du statut que du rang de l’individu dans la société.

La société punu a une organisation sociale, d’où il est impossible de parler de mariage sans l’évoquer, il existe en effet quatre différentes classes celle des notables, riches, étrangers, citoyens (fumu) et esclaves. Même si le contenue culturel du mariage est le même la forme qu’elle revête se différencie que l'on soit riche ou pauvre , les mudumbe par exemple possédaient un grand nombre des ngombu( pagnes en raphia) qui étaientt aussi une forme de monnaies d’échanges.

On peut ranger de manière stylistique les différentes modes: le style minimaliste naturel, le maximaliste, le moderne.le mixte et le royal

Le style naturel ou primitive.
Le primitif serait un style élaboré essentiellement d’éléments traditionnels et rustiques, c'est un  style qui se veut ancien, authentique, l non falsifié si on pourrait parler ainsi.
Dans cette situation la mariée ne porte pas des chaussures, elle porte un petit pagne ndengui , mudike , ou mugaru, pagne nouée autour du rein, la ceinture est ornée de franges de pandanus, de grelots ou de sonnailles graines. Les textiles qui sont faits essentiellement de fibres naturels  tels que le  raphia, l’ananas, le coton sauvage ou de coco ou des fibres d'animaux. Mais originalement nos mamans portaient des tenues basses à cause de la température.Elles n'avaient rien à cacher car elles étaient élégantes. Les tresses sont celles qui sont traditionnelles les grosses tresses appelées autrefois bakimbi, les bipunu, les mindassa ou les queues de cheval mitsogho.

Pour les accessoires, elles sont toutes naturelles, boucles avec les noix de coco, ou coque de fruits, os,ivoires, arrêtes de poissons. Les colliers avec les graines de fruits, cœurs de bambous, cauris.  Autrefois les tresses étaient aussi un signe distinctif dans la société par exemple les femmes mariées se tressaient  différemment des enfants, les femmes de notables avaient aussi des tresses particulières.

Les  bijoux constituaient les bracelets sonnants autour des chevilles, des bras , des colliers autours des reins.

Le naturel règne dans ce style. La mariée devra se déplacer sur les nattes. La mariée si elle veut bien peut porter des sandales.

Le style moderne

Le style moderne c’est le style raphia, tissus africain cousu à la manière Européenne. Les chaussures des sandales en raphia orne avec des cauris, ou belles paire de chaussure basse. Tissus avec des fringues, boutons, ensemble avec bracelets. Les colliers autour de la taille. Les  accessoires  sont les : paniers, bijoux modernes, Les tresses sont celles qui sont traditionnelles, ou civiles avec extensions.
Maquillages moderne et légers, épilation des sourcils, point blanc sur le village.


Le style mixte



Le style mixte c’est une fusion de style entre le moderne et le traditionnel, bracelets, bijoux, colliers, mélange du moderne et du mixte.
Les accessoires sont : Le petit panier, bracelets traditionnels mélangés avec les européens, boucles d’oreilles. Les tresses sont celles qui sont traditionnelles, ou civiles avec extensions. Les chaussures mélangés avec du raphia.
Maquillages moderne et traditionnel.






Le style royal
N’oublions pas que l’institution royale punu se trouve dans le clan Bumweli, et dont l’insigne royale est l’aigle.Le style royal peut se composer en deux styles le sobre et le complexe, la princesse porte une perruque en plume d’aigles. Le rouge est la couleur de la royauté tandis que le noir la justice.
Les vêtements traditionnels en raphia sont artistement travaillés, pierre précieuse, cauris qui est le symbole des richesses. C’est le sophistiquée traditionnel et pompeux. Les chevelures tresses à coques, ou civiles.
Accessoires : le bâton chasse mouche (mwanzu) : chasse-mouche utilisé par les orateurs il est fait d'une queue d'éléphant ou d'antilope ou de ce qui reste d'un régime de noix de palme une fois que l'on a détaché.



Colliers, bracelets, jambières, maquillage sobre, point de beauté.



Quant à l’homme


Il peut porter une perruque de peau de bête, ou chapeau, l’accoutrement du marie doit refléter un accoutrement de guerrier à l’image des chefs de guerre de punu et de notre ancêtre chasseur. La marie doit refléter les allures d’un mutu dibadi. Il porte des peaux de bêtes, ou tissus autour du rein ou un pagne.

La coiffure soit tresses en civil, soit la tête rasée, ou une coiffure avec raie. Ou une chapeau fedora.
Le pagne attache autour du rein, ou le pagne attache sur l’épaule mode chiton.

 


Le style classique, 
Le style classique est celui européen, ou un albacost cousu avec du pagne  wax ou bazin et raphia, ou un ministre en congé.
.



Le style chiton




Pagne autour des épaules. Chiton Toge romaine était portés comme symboles de statut dans l’Empire romain et variaient en couleur, la longueur et le style basé sur la richesse du porteur. L’équivalent grec de la toge était le chiton, qui était porté durant l’âge dorique de la civilisation grecque. Le drap peut aussi être porte avec une veste dessus et un tricot..





Les produits cosmétiques sont :


L'huile du fruit du moabi était utilisée dans certains soins pour soigner les gales, les teignes ou encore fractures ou foulures.

Les punu utilisaient pour la savonnerie de l'huile de noix des palmiers mélangée avec les cendres des végétaux épluchés tels que la banane, cannes à sucre sauvage ou la coque du fruit dipanzi.

Le maningou cette huile est obtenue après avoir bouilli les noix de palmes dans une marmite jusqu'à évaporation de l'eau, très utile pour les soins cosmétiques. La marié Bien parfumée avec le mujombu.

Tenues de mariage coutumier punu

On trouve aussi bien des robes courtes ou longues, des jupes et des bustiers en pagne ou en raphia. le maître-mot est la simplicité. Les coiffes queue de chevaux, mitsogho, bipunu aux simples maboude rehaussent la tenue. La tenue en générale une chemise cousue en pagne wax ou bazin,col v ou col mao, quelque fois en raphia, ou simplement un pagne attache autour d'un tricot ou polo.Je n'ai pas encore vu une tenue comme autrefois avec le ndengui l’étoffe préférée des punu que portaient les femmes , plusieurs différents types de rafia réunis en une seule coupe.

La tenue de sortie de la mariée accompagnée par ses soeurs.
Tenue taille basse ou empire, ou pagne attaché au niveau de la poitrine.

Moubamba sauvera-t-il l'UPG du naufrage?

Quand deux personnes se discutent il est toujours préférable qu'une troisième personne intervienne. Les atouts de Moubamba sont: il a appris de son expérience politique; Il a gagner en stature politique; il est plus réfléchi; plus humble et rassembleur.Mais la tache s'annonce difficile car entre celle de rassembler le clan Matthieu Moubamba et le clan Ibinga Nziengui et celle de conduire le parti vers un congres national c'est un travail gigantesque. De plus il faut réorganiser le projet économique et de communication de l'UPG qui a du mal de plus en plus a se faire entendre. Innover en organiser des primaires transparentes comme aux Etats-Unis, en Italie, en Grèce pour dégager des vrais cadres du parti et le candidat qui représentera le mieux L'UPG à l'élection présidentielle. Moubamba presente des atouts indéniables, mais sans un esprit d'humilité,de dialogue infatigable et de reconciliation, la tache sera difficile à atteindre.

Comment nos parents faisaient le savon?

On prenait de l'huile de noix de palme mélangé avec la cendre des végétaux ,épluchures de banane, canne a sucre sauvage, la coque du fruit dipanzi de l'arbre tsele.
Le tout malaxé , devenu liquide, était bouilli dans une marmite, a forte température. On obtenait une pâte noire refroidie et on façonnait les morceaux de savon.

Comment faire les vases en argiles?

Cliquez sur les photos si vous souhaitez les agrandir
La matière première de la terre glaise que la potière récolte dans des terrains humides ou marécageux. Djeneba pile la terre glaise pour la rendre homogène.
Elle malaxe ensuite la terre glaise avec ses mains. Elle forme une grosse boule.
La boule de terre glaise est déposée dans une grande assiette placée entre les jambes de la potière. Avec son poing elle commence à donner une forme à la terre.
Petit à petit la terre se modèle.
Djeneba façonne des boudins de terre qui lui permettent de monter sa poterie.
La potière fait tourner l'assiette entre ses jambes, cela remplace le mouvement d'un tour.
Avec un chiffon mouillé elle lisse la poterie.
L'interieur comme l'extérieur doit être lissé. Djeneba façonne de petits boudins de terre qu'elle place tout autour de la poterie pour la décorer.
Puis à l'aide d'un vieux ressort elle dessine un motif sur la poterie.
Elle trace le décor final  avec ses doigts. La potière renforce le fond de la poterie en y tassant de la terre glaise.
La poterie doit maintenant sécher deux à trois jour. Une fois sèche elle devient plus aisée à manipuler. A ce moment Djeneba pofine ses décorations.
Elle enlève un peu de matière à l'interieur de la poterie. Puis elle refait les décors à l'aide d'un ressort.
Djeneba humidifie le fond de la poterie afin d'y placer un socle.
Elle pétrie entre ses mains un boudin de terre glaise et le dépose sur le fond de la poterie.
Tout en faisant tourner la poterie déposée dans une grande assiette, elle lisse le socle.
Et voila le travail ! Maintenant la poterie doit encore sécher un jour ou deux.
Djeneba  enlève de la matière à l'interieur de sa poterie afin de la rendre plus  fine. Puis à l'aide d'un noyau de mangue elle la lisse parfaitement.
Elle passe un peu de terre glaise rouge afin de décorer un peu plus son travail. La corvée de bois pour préparer la cuisson.
Djeneba fait un petit feu et dépose les poteries tout autour.
Puis elle construit un foyer plus important.
A l'aide d'une pelle elle dispose un peu de braise dans ses poteries pour accélérer la cuisson.
Une heure plus tard elle dépose ses poteries dans d'anciennes poteries afin de créer un four.
Elle dispose alors ses poteries sur le foyer.
Djeneba fini de construire son feu de cuisson.
A l'aide des braises du premier feu elle allume son foyer.
La cuisson prend deux à trois heures.
La surveillance du feu est constante.
La  cuisson terminée, Djeneba dépose ses poteries sur un lit d'herbes  sèches afin de les fumer pour leur donner une couleur sombre.
Cette dernière étape est rapide mais les poteries brulantes doivent être manipulées avec précaution.
les poteries sont terminées après plusieurs jours de travail.