La Musique Ancienne des punu

La musique dans le culte du beau muboti.

 Il y avait chez les punu une très grande relation entre la beauté et le bien. La culture punu est au sujet de la beauté, de la perfection et de la grandeur d'esprit. Le concept de l'union de la beauté et de la vertu est exprimé littéralement dans les termes muboti  qui veut dire en yipunu beauté, bundumbe grandeur d'esprit. De ce culte exalté du beau muboti,  nous pouvons avoir une idée claire en ce qui concerne la littérature et les beaux-arts punu.

1. Musique punu dans la Mythologie et la période du Mumbuanga .

Le chant guide le héros dans l’épopée du mumbuanga. Le héros utilise le chant pour franchir les obstacles. Les punu étaient engagés constamment à améliorer  leurs arts. La musique n’était pas une exception à cette règle. La première évidence du génie musical chez les punu était l'union du chant et de la poésie. La première grande période de la musique punu embrasse l’antiquité préhistorique et historique. La seconde période est la période archaïque tsi-punu hors de leurs frontières natives. Comme les autres arts punu, il y avait une forte fondation théorique dans leurs musiques.  Le Mumbuanga au cours du siècle a souvent été mentionné avec admiration. Bien que le Mumbuanga était un récit ad infinitum, il était souvent joué avec la sanza inguidi. Il y avait cinq parties, cinq sonates mouvements dans cette démonstration du combat de Mumbuanga avec le monstre Diyéverekèsa. Les mouvements individuels avaient les différents titres :
-la préparation
-le challenge
-le combat
-le chant de victoire 
-la danse de la victoire.

Les différentes scènes sont :
- la naissance de Marundu ;
- le mariage de Marundu avec Diyéverekèsa ;
- la naissance de Mumbuanga ;
 -le combat entre Mumbuanga et Diyéverekèsa et la victoire de Mumbwanga ;
- le retour au village.

2. Poésie , chant et instruments de musique.

Les instruments étaient des dons des ancêtres. Dans la hiérarchie musicale punu , il y a différent  type de style minongu. La sanza avant le mugongu, l'arc musical monocorde le mugongu (la voie sacrée) avant la cithare ngomfi Bwang, L'ancetre Bwang serait celle qui a ramassé la cithare. Le ngomfi avant le tam-tam. Le sens du mot loi migaga, comme nyimbu, désigne une composition une chanson ou une pièce instrumentale suivant strictement les lois de l’esthétique classique. Mais on aurait tort de conclure que les anciens punu traitaient, dans leurs poétiques, les lois organiques du mètre, que leurs travaux contenaient les directives que le poète devrait suivre, ainsi que des instructions sur la nature des différents types de poésie, épique, dramatique et lyrique. Dans les temps anciens, la prosodie et la métrique n’appartenaient pas au domaine de la linguistique et de la poésie d'autrefois. L’origine musicale de la poésie punu semble être un fait établi. Mais depuis cette époque primitive, la poésie était dominée par les paroles. Le type de musique était généralement associé aux noms des grands maîtres comme Migog, Buangu-Bu-Bedji, Koumbe, Nding mais ces types étaient développés avec certaines restrictions par d’autres musiciens, sans perdre son profil de base mélodique pragmatique. Il y avait plusieurs minongu : les chants mythiques; les chants pathétiques; le pleur conté; l'instrumental le disimb ; les chants récitatifs ; les proverbes ; le chant du lignage familial bukulu ; les proverbes. Il y avait aussi des danses qui émergeaient des cercles mysterieux pour devenir par la suite un art d' expression rythmique. De nos jours encore la relation entre la danse et la musique reste très peu expliquée.

3. L'aspect sociologique de la musique.

La musique jouait un rôle important dans le mukuna politique, chaque citoyen devrait être formé dès son enfance, le punu qui ne connaissait pas la musique était considéré comme un sous-homme et non un fumu libre. La pratique de la musique était interdite aux esclaves, la musique étant considérée comme une marque distinctive de la noblesse et de l'éducation pour les  hommes libres fumu. Les anciens pensaient que la musique avait des qualités magiques et curatives, même si souvent ils reléguaient cela au second plan ses qualités magiques et curatives pour une musique d'etho, qui façonne l'esprit et le caractère humain. La musique rythmait les différents aspects de la société punu, il y avait les chants des pleurs, les chants  des plantations, les chants des jumeaux et les chants de réjouissances. Les règles de musique les plus intenses et éthiques se trouvent dans les chroniques de Mutu Mulungi Malongu  le plus grand enseignant de la musique punu de l'antiquité. Mutu Mulungi Malongu voit dans la musique punu une analogie entre les mouvements de l'âme et la progression musicale. Pour Mutu Mulungi Malongu le but de la musique ne pouvait pas être que l'amusement il devrait être l'éducation harmonique, la perfection de l'âme et le calme des passions. Le rôle principal de la musique était pédagogique, ce qui, au sens du monde antique, impliquait l' édification du caractère et de la morale.
Ainsi, chez les Punu, pour éviter la confusion entre les productions de type profane et mystique, les anciens employaient le proverbe suivant: « u wimbil, diàmbu di misambu - u lil, diambu dimàñioñi - ngèngu puv malèngu », le chant est comme une activité de plaintes quotidiennes, pleurer sert à adoucir la souffrance ou la douleur intérieure.  La correspondance supposée existait entre sons-tons, phénomènes cosmiques-saisons de l'année et parties du jour, cycles du soleil et de la lune, croissance et conditions météorologiques, homme et femme, naissance et mort, guérison et réincarnation en rapport avec le tempérament humain. La doctrine ethos qui veut dire le bien, place en effet l'influence de la volonté par la musique  en trois maniere, cela peut inciter à agir, cela peut nuire à l'être tout entier, tout comme cela peut nuire à l'équilibre mental; et enfin, il est capable de suspendre entièrement le pouvoir de volonté normale afin de rendre l'auteur de l'acte inconscient de ses actes.

Comme l'accomplissent en athlétique l'accomplissement en musique était présenté dans l'esprit de compétition  des punu à l'occasion des compétitions ditumba. Ces ditumbas étaient des compétitions de musique, littérature, épiques, poésies, jeux de boules, sango etc,

La bonne musique punu promouvait le bien-être de la communaut
é. La musique était aussi utilisée dans les opérations militaires,  jouant un rôle important dans la bataille des anciens punu.

4. La science de la musique

Les règles qui ont affecté le développement des arts et des lettres punu au cours de la période suivante s’appliquent pleinement à la musique. L'importance des types musicaux étaient le nouveau  type, le style  birangumunu (dithyrambique), représentés par les musiciens-poètes comme Mombo, Kumba. Les correspondances, proportions et improvisations étaient importantes dans la musique punu.
Il y avait aussi le type matanga qui est un mélange de ce qu'on peut appeler aujourd’hui' hui le rap avec le chant des lamentations que le mupunu appelle makingu. (rythme rapide + rythme lent). Les Grecs ne connaissaient pas le principe de la musique à plusieurs voix ou de la polyphonie comme les punu le pratiquaient. La mentalité punu faisait partie d'une philosophie mathématique que dont les Mulungi Mutu Malongistes étaient les précurseurs de Russell, Eddington et Einstein,  censés représenter la matière de la philosophie entière. Autrement dit, on peut dire que la théorie mathématique de l'harmonie faisait partie de leur théorie générale de l'harmonie du cosmos.

Les disciples de  Mulungi Mutu Malongi ont porté cette science de la musique à son apogée.

Plus qu'un physicien, kumba peut être considéré comme le premier psychologue et esthéticien, car il dépasse la question de l'origine du son et explore les problèmes de perception du son par l'oreille humaine. 

  5. La derniers   musiciens classiques

Le changement le plus complet dans la position et l'importance de la musique peut être vu dans le dernier grand genre dramatique de l'antiquité de la danse Ikokou. Ici dans l'ikokou la conception poétique devient distinctement secondaire, tandis que l’importance est transférée à la danse.  Dans le temps l’uniformité dans l'usage des instruments étaient respect
és comme il n’apparaît pas dans notre temp moderne avec le mélange des instruments. Les conservateurs ont vu dans cette confusion sauvage, comme ils l'appelaient, un déclin du noble art. Il faut reconnaître que la musique d'autrefois n'est plus comme celle de maintenant. La musique ethos a cédé le pas à la musique de l'amusement dans certain cas.  À ce stade, nous ne pouvons plus vraiment parler de développement de la musique punu.


Parmi les contemporains artistes il y avait Deplembez et Magul-Nguibi.

No comments :

Post a Comment