La Rennaissance Punu


Le courant de la renaissance punu" C'est une tentative de recréer la période punu appelée l'age d'or punu. Cette période se caractérise par les différents pérégrinations punu qui s’étend du  royaume Kuba au grand Mbundu jusqu'a  la période du dernier grand résistant punu Nyonda Mackita.

Dans le royaume Kuba au bords de la rivière Kassai, le peuple punu a appris l'art de manier le sagaie, "bakuba" veut dire lanceur de couteaux a jets, ensuite le peuple punu s'est dirigé dans le royaume du grand Mbunda, ou ils ont combattu les portugais au cotés des bayoyo contre l'oppresseur portuguais. Ils combattirent le gouverneur portugais Gouvaya, avec l'une de ses plus vaillante reine Nsiengi Nding di Nsola. La reine punu Nsiengi Nding di Nsola était une grande guerrière , stratège militaire et diplomate.


Après leurs immigrations dans le moyen Congo, ils vont devenir maitres des mines du sundu et maitres de la première bourse commerciale, Bukmeal.

Les dernière migrations punu furent vers le Gabon sous la conduite du grand savant, philosophe et géomètre Dibadi qui furent un pygmée,

Après l’ère dibadienne, il y a eut le grand résistant punu qui défit les français plusieurs fois avant de capituler pour la libération de ses frères.

Parmi les œuvres de la renaissance il y a :

Les coiffures de la renaissances:

Les bijoux de la renaissance punu, 

Les bijoux de la renaissance sont faites à base de coquillages qui étaient utilisés comme monnaie dans le royaume du Mbundu.

Les pagnes de la renaissances punu sont:

  •  Le massieli, 
  • Le ngombu,
  • Ndengi

 

 

Les vases de la renaissance

 L'architecture:

 

 

Nyonda Mackita

 

Sur le sentier du valeureux guerrier Mavurulu alias Nyonde Makite.


Djana !
Wane mwane dibale wodji be djulu.
Botié dibondu di Nyonde Makite!
Nzile pangu djike didi.
Siale vave, tsi mwane mugheghi,
Ka mbe Ibanghe, ndendi, miambe,
Yatsi I wele be longi,
Dubanze noghu tsui!
Duvele du wakusu mangondu,
Tsiési i mukatami !
Didungu ranghe matsande.
Isambe ike bué ô mindande,
Mba dubanga ghe gharu u tsighu,
La muru mbale u ma mué bende!
Misase mi tabulu,mbangu dji wari !
Iduke yalu i mipale,
Koku ô kane na miamu,
A fu ne reke.
Tu nzile mbine dji!
Ka mbé mondi,
Makulu mane
Nzile mosi.
Mwe mondi na diele.
Ne mbuenu tsiéni na ghia na ghiari,
Munguli nzime vane usinghe sine.
Du ki tsuni Nyonde Makite,
Nyonde ô va i nghenze.
Dibaku di munu itimbe i mavioghe ;
Mavioghe kumbu disiale ;
Disiale mutu mutsanu pinze ;
Maghe ma ranu ma kambise ba bale pandi.
Duvangu, vengu na vane duvangu !
Mutu kumu é pali ;
Mue ro idjalele !
Duvangu, vane duvangu.
Musase u tabulu, mughele ghu pacu ;
Mukudji a tungu, mbangu dji wari !
Nyonde Makite ô dume tulu ;
Yembi, Bulingi na Mihindu bo si ndungu ;
Ba tsiéngi bobe muranghe.
Sila miamu na mangungu,
Dite di nganghe diya kamughe ;
Kumba diumbe di mirondu,
Kumba nunghi putu,
Nzile u duke, nzile Nyonde Makite.


Maurice Mouckagni Mouckagni (Union est un des mots clé de la devise de la République gabonaise, on peut étudier son applicabilité chez les bajag à partir de l’œuvre d’un homme fédérateur comme Nyonde Makite )

 

 Les savants punu

MULONGI MUTU MALONGU, philosophes mathématiciens.
NZAMBE-BIALE philosophes mathématiciens
MUELI MILENZI, philosophes mathématiciens
DIBADIE,philosophes mathématiciens 
DOMBI philosophes mathématiciens
NDENGILILA des Bavela , philosophes mathématiciens
KOMBILA KOGU, philosophes mathématiciens
MBOUTSOU MOVENGA philosophes mathématiciens
MUVANG PINZ philosophes mathématiciens
YILOWU

 La  philosophie

Les oracles des 100  mythes punu, la philosophie du Mumbwanga, le bukulu , le monsardisme etc..

 La musique

 C'est la musique qui retrace les origines punu, ses exploits.


 

Cette renaissance a été célébré par Mudjiegu,

"Je suis fils de Muvangu-Pinz,
Tribun mort debout
sur les chemins de la connaissances éternel
voyageurs, dont les
enfants s’éparpillèrent au travers des
savanes et des bois
[...]

Pour ma mère je suis descendant,
de Mulungi-mutu-malungu
dont le surnom-devise est Bujal
Bujal matowu, auquel des portes
des maisons et des contrés
étaient ouvertes
moi homme(mwissi)de Dikang
Lemb,Kwangu, Tsangi
Buwulu, homme de Sandu.
Néni, homme (mwissi) de Nding-Bwang
Par mon grand père maternel
Je suis descendant de Bumwéli
(alias dibur simbu)
Par mon grand père j'appartiens au clan
Bagambu, fils de Tson-Mbumb
génie, de Bagambou homme(Mwiss)
de Mangeli, de Yilowu et de Tandu
Munag;
L'on peut pénétrer dans
Mangéli, mais l'on ne peut arriver
à Yilowu,
Homme de Mungol(angola)des
palmiers frileux, homme de la
chaine montagneuse Dinzambu.
Extrait tiré de Ainsi parlait les anciens.
par Moundjegou Magangue

Chanté par Mackjoss:

Mujage wotsu
Arule vala {bis}
Arule botsu {bis}

Wune yari y  kongue le
Konguetu, kaye munevale
Wune  band e zaire
Odiange di neni

Tu ma savuge Zaire
dibandu Mitsingu
Mimbu ma tege  Ndundena-Bilaka
Tu ma sabuge kongu
dibandu Mitsingu
Mambu ma tege Ndundena Bibaka

Mukakunwe uma bile
Mukakune va Divenie(bis)

A bane bake duke  dolo o na Durembu
A babe bake duke Fuari na Misanga
Ba mosi bake duke Nyange na Kumu Mongu
 A bane bake duke majombi ma Mubu

Mukakunwe uma bile
Mukakunu na Diveni(bis)

Refrain

Nding iluyani-iluanyi ama luanyi Bavumbu
na Bakeli na sapadie la ivunde yetu
Nding' iluyani  ka bure ilahu-i-Ndinge
Ilahu-i -Ndinga ka bure Ngeli-Ilahu
Ngeli-Ilahu ka bura yifu Ibana
Yifu yi bane, yi fu i bibandue(bis)


Mueli Ngelie, mwisi Bumueli
Mabunda-ma Ngelie , mwisi Mitsimbe
Ubindu-u-Ngelie, Dibambe-kadie
Mumbitse -Ngelie, mwisi Mitsumbe
Makane-ma-Ngelie, mwiss Dikande
Mutsiegu-Ngeli, mwisi Dijabe
Ilebu-I -Ngeli, mwissi Bujale
Maganine-ma-Ngelie,mwisi Mulubu
 Murali-Ngelie, mwisi Ndingi

Mujambe aguguyi Ndinge?
Bajaga Botsu ba ma Kambe
Ba ma Kambe Usabugu Zaire
Ba ma Kambe Usabugu Kongu
Tate Ndinge, me la Ilebu
Ilebu, Ndinge, me la Bujale,
Bujale, bu jale matogu.
Nga bo matogu mami niuma wale,
Bajage botsu bake vioge,


Tu Sabu Zaire, dibandu bujale
Tu dabuge Kongu O, dibandu bujale
Ndunde na Bibake, Bujale bwe bubu,
ah/Mbe tsi Bujale mbe tu ma guge na  Mitsingue
Du vega  bisi Bujale mambe (bis)

Composition de Makaya-MacJoss

L'heritage perdu du metier à tisser

 Certaines traces indiquent que les premiers tisserands remontent au Paléolithique. Les tisserands du Néolithique nous ont laissé des textiles qui ont été retrouvés, par exemple, en Suisse, dans les vestiges d'habitations sur pilotis, ou dans les fouilles de Fayum, en Égypte.

Les hommes qui étaient  détenteurs de tisser le raphia, ne savent plus manier le métier à tisser. Le travail de tisserands étaient exclusivement réservé aux hommes, avec l’arrivée des  pagnes de blancs, la production du raphia déclinat. Aujourd'hui les hommes punu ne s’intéressent plus a cet art. Autrefois il existait un métier a tisser devant chaque case.


Les textiles punu

Avant l’arrivée des blanc les punu ignoraient les pagnes et se vêtaient  d'un espèce de tissu obtenu a partir des écorces battues et traitées  d'un arbre appelé Katu et d'un tissu de raphia Ngombu car ils étaient  d'habiles artisans, les fibres  étaient tirées d'une plante de la  famille appelée Dyinimba et séchées aux soleil puis les tisserands les  passaient au métiers à tisser vertical et de construction compliqué.



Pour  l'obtention des étoffes multicolores, les tisserands teintaient les  fibres avant de les tisser. la couleur noire s'obtenait en faisant  bouillir dans une grande marmite des espèces d'un cailloux noir vifs  appelés Magogu que l'on ajoutait au fruit, feuilles et écorce d'un  arbuste mumbucini alchorena cordifollia Mull. Arg.) auxquelles il fallait  aussi adjoindre les écorces de noisetiers : mugumunu ( coulus edullis  baill) le tout était pilé, mélangé à  l'huile de palme et mis à bouillir  dans une marmitte d'eau aux trois quart. Lorsque les fibres ont pris  de la  couleur on apportait la marmite  et son contenu à la rivière. Là bas  on procédait au lavage des fibres en frottant avec de la terre glaise  avant de les rincer a grandes eaux. Enfin ils étaient mis à sécher au  soleil avant de les tisser.

La couleur rouge pour autant  demandait moins d'effort de travail car elle était entretenue à partir  des fruits de l'arbuste dénommé ngunci-bamba (bixa-orellena L.) des noix  de palmes mures crues et parfois un morceau de l'arbre de couleur rouge  sang: isugu. le tout mis dans la marmite et bouillie l’opération de  nettoyage était toujours la même sauf qu'on passait directement au  rinçage sans enduire les fibres de terre glaise au préalable.
Les tisserands passaient ensuite au tissage. La pièce d’étoffe tissée:  dibongu; et l’assemblage de plusieurs d'entre elles donnaient ce qu'on  appelait ngombu ; ndengi ou encore massieli. Pour arriver à ce stade l’opération duraient durant plusieurs jours. Les efforts ainsi  produites servaient à la fabrication des vêtements du village ou a être échangées avec celles ethnies voisines.

Chaque localités se distinguait par le choix des couleurs et des  motifs que par la qualité.

Et grâce aux rechanges inter et intra-ethnique, le savoir faire passait  ainsi d'une ethnie à une autre de nos jours , le mode vestimentaire à  bien changé , les quelques ndengi datant d'un siècle  sont jalousement  conservé.



Le  massieli..




LE STYLE TRADITIONNEL PUNU


Le style traditionnel punu est un style qui utilise les symboles propres à la tradition punu.
Le style traditionnel se caractérise dans l'expression de sa culture même, de ses origines, ses mythes, et ses interactions avec différents peuples. C'est un style éclectique qui puise sa vitalité dans les formes de la nature et  les matières naturelles et sensibles tels que le raphia. Il tire sa vitalité  aussi sur l'expression de sa culture plastique, les représentations de la flore ou des animaux totémiques de ses clans, événement de l'histoire.

La coiffure traditionnelle  punu d'autrefois, chignon qu'on peut voir dans les masques punu.



Les différentes appellations de ses pagnes sont : ngombou, ndengui et massieli.Le Ndengui a disparu de la circulation.

La principaux formes du style traditionnel punu sont le losange, octogones, triangles, la ligne brisée, et ondulantes, le x, le triangle.


Les coiffures et tresses punu




Les pagnes en raphia,


Le mini rétro traditionnel,
Deux pièces
 Le style tradi-moderne est un mélange du traditionnele et du moderne.
Trois pièces, avec son pagne Ndengui sur les cuisses.

Le Ttraditionnel une pièce



Le traditionnel deux pièces.


Les bracelets,
Le style contemporaine drapé de Ndengui raphia
Les colliers de perles.
Le style primitive



Style guerrier



Style Gala