L’héritage perdu des punu.

La fabrication des objets en bois.

Il y avait les punu qui fabriquaient des peignes, des ustensiles de cuisine tels que les mortiers de diverses formes (ronds ou longs) selon l'usage voulu, des pilons en bois, des spatules. D'autres produisaient toute la gamme des objets en bois tels que les pétrins, les pirogues, les chaises longues et les tabourets, les lits, les masques, statuettes, les échasses et des portes de renommée.
La formation au métier d'artisan se faisait entre parents, entre frères et beaux-frères pour les petits objets ; entre père et fils ou oncle maternel et neveu (pour les sociétés matrilinéaires), oncle paternel et neveu (pour les sociétés patrilinéaires) pour les instruments de cuisine et les bancs.

  La poterie



Le métier de potier était essentiellement féminin. De part cette activité, elles fabriquaient des marmites et des récipients comme les pots, les cruches, les vases pour la cuisine. Elles se servaient d' argile spéciale de couleur blanche ou ocre qu elles allaient chercher en savane. Celles qui voulaient des récipients en terre cuite allaient chercher sur les bords des rivières l'argile nécessaire et faisaient venir la potière pour le façonnage. Lorsqu elles l'amenaient au village, elles commençaient par la tamiser afin de la débarrasser de tous les petits cailloux qu elle contenait. Puis elles la mélangeaient à l'eau, la pétrissaient, la modelaient et la façonnaient. La forme des récipients de cuisine était surtout remarquable par la régularité de leur forme, et cela par le seul travail de la main. Les dimensions données aux vases dépendaient de la potière elle-même ou lorsqu il s’agissait d une commande passée par une femme du village, d'un modèle fourni par l intéressée.

Ce travail terminé, les potières exposaient les récipients au soleil pour les faire sécher, ensuite elles les mettaient dans un four pour les cuire. Pour rendre les vases imperméables, la potière enduisait son intérieur de résine bouillante qui, en refroidissant devenait du verre. Une fois refroidis, la dernière étape était celle du coloriage.

La vannerie





 Comme la poterie, la vannerie était également une activité féminine. Pour occuper ses loisirs, la femme comblait le temps réel en faisant de la vannerie. Elle fabriquait les objets qu elle utilisait quotidiennement pour le transport (hottes paniers).


 pour le stockage (corbeille, fumoirs), pour la pêche (nasse, épuisette), pour le repos et la maisonnée (nattes). Les objets produits par les vannières intervenaient aussi lors des grandes cérémonies de circoncision, d initiation, de mariage, et des funérailles. Les matières premières utilisées étaient composée de liane de rotin, de tiges des feuilles ou joncs, de fibres séchées d ananas sauvages qui poussaient au bord des marigots. La vannerie fait partie des activités féminines qui n'ont pas disparu, car encore pratiquée de nos jours. «C était une activité importante du fait qu elle apportait des biens, des objets utilitaires dans les ménages.
Il sagissait de la fabrication des objets tels que les corbeilles dans lesquelles on pouvait servir des ignames, du manioc, de la banane.ensuite, la fabrication d'objets de pêche, de chasse, de transport. Il y avait les paniers confectionnés à l'aide des fibres végétales «ndubi», appelés «matomba» et les paniers faits avec les «mikodi».   Ponzi  mikodi c est-à-dire le panier à liane.

 

 Le tissage et le filage. 


Avant l'arrivée des colons, les peuples ignoraient le pagne et se vêtaient d une espèce de tissu obtenu à partir des écorces battues et traitées d un arbre «katu» chez les Punu et d un tissu de raphia «pussu» chez les Duma. Cette activité rentrait aussi dans la vie économique des peuples. A partir de la fibre raphia, le tisserand fabriquait le tissu à raphia utilisé pour l'habillement (toujours sous forme de pagne)  de l'homme et de la femme. Cette forme de production textile était l'une des activités de noblesse et génératrice de large richesse en pays Mbédé, par exemple. Sa considération dans la société atteignait quelquefois celui du forgeron, du devin guérisseur, etc. Lors de son passage dans la région actuelle de la Ngounié, Paul du Chaillu souligna que les peuples habitant cette région étaient d habiles tisserands. Il le dit dans ces termes : «Comme les Ashiras (Gisir), les Aponos (Punu), tisserands, industrieux, savent travailler les plantes textiles qui servent aux vêtements des deux sexes. Leur toile, fabriquée en petits morceaux séparés, garnis de franges et appelés bongo, est quelques fois d une grande beauté.


Quand plusieurs de ces morceaux sont cousus ensemble, cet assemblage s'appelle un ndengi ,

D'après Georges Dupré, le métier à tisser était une des activités qui exigeait un temps de préparation. La matière de base était le raphia Selon lui, les Nzébi avaient emprunté ce métier aux Téké , les punu avaient emprunté au Batsiangi. Les raphia punu étaient de très grande qualité, avant qu'ils abandonnèrent ce métier pour le commerce et les habits européens.

 Les fibres utilisées étaient tirées d une plante de la famille du palmier et séchées au soleil. Puis le tisserand tissait sur une structure verticale et de construction compliquée inventée pour la circonstance. Pour obtenir les étoffes multicolores, très sollicitées sur les marchés traditionnels de l ' époque, le tisserand teignait les fibres avant de les tisser. La couleur noire s'obtenait en faisait bouillir dans une grande marmite des espèces de cailloux d un noir vif que l'on ajoutait aux fruits, feuilles et écorces d un arbuste auxquelles il fallait aussi adjoindre des écorces de noisetier. Le tout était donc pilé, mélangé à l'huile de palme et mis à bouillir dans une marmite remplie d'eau. La couleur rouge par contre, demandait moins d'effort pour sa réalisation. Chaque localité se distinguait par le choix des couleurs et des motifs que par la qualité qui était à peu près la même.

La langue punu

De nos jours beaucoup de punu ne s'intéressent plus à la langue punu.

Le Saviez-Vous?

Le Ndengi est le pagne par excellence de la communauté punu et bajag!

Pour faire un Ndengui (un pagne) on cousait ensemble plusieurs bongo ou carré de toile raphia dont certains échantillons sont tramés de fiches teintées à la poudre de bois rouge ou par décoction d'une graine colorante ou noircies par rouissage ou décoction de feuilles et même d'un métal ferrugineux... Les couleurs obtenues sont : deux sortes de rouge, noir, violet, jaune d'or, que l'on combine à la trame naturelle de la pétiole du palmier raphia en motifs géométriques... Ce tissu servait de pagne, on pouvait également en faire des moustiquaires, il servait également de valeur monétaire.



Comment dire bonjour en langue punu ?

La matinée


MABIK dit: wuma rambuge: bonjour!
(si l'interlocuteur est tout près),
Ou bien wuma rambuga; bonjour!
(si l'interlocuteur est éloigné),
 
BUROBU répond : yi na ndéju: bonjour à toi aussi!
(si l'interlocuteur est tout près),
Ou encore : ya na ndéjwa: bonjour à toi aussi!
(si l'interlocuteur est éloigné),

MABIK dit bonjour à plusieurs personnes :
du marambuge: bonjour à vous!
(si les interlocuteurs sont  tout près),
Ou bien, du marambuga : bonjour à vous!
 (si les interlocuteurs sont éloignés).

Ils répondent: yi na ndéju: oui bonjour à toi!
 (si l'interlocuteur est tout près),
 Ou encore : ya na ndéjwa: oui bonjour à toi!
(si l'interlocuteur est éloigné),

MABIK et KOMBIL disent bonjour à une personne ( Kumb) :
wuma  marambuge: bonjour à toi!
 (si l'interlocuteur est tut près),
Ou bien, wuma rambuga : bonjour à toi!
 (si l'interlocuteur est éloigné)

KUMB répond : yi na jénu: oui bonjour à vous!
 (si l'interlocuteur est tut près),
 Ou encore : ya na jénwa: oui bonjour à vous!
  (si les interlocuteurs sont éloignés).


La Journée


ISANG salue une personne: (BUSUGU):
mbolwè: salut!
(si l'interlocuteur est tout près),
Ou bien encore: mbolwa: salut a toi!.
(si l'interlocuteur est éloigné),
 
BUSUGU répond : yi mbolwè: salut!
(si l'interlocuteur est tout près),
Ou encore : ya mbolwa: salut!
(si l'interlocuteur est éloigné),
MABIK et MISSANU salut à une personne (SIMBU).
mbolwè!: salut à toi!
 (si l'interlocuteur est tout près),
Ou bien, ya mbolwa, salut à toi!
(si l'interlocuteur est éloigné),

SIMBU  repond: yi mbolwanè: salut à vous!
 (si les interlocuteur sont  tout près),
Ou bien ya  mbolwana,: salut à vous!
(si les interlocuteur sont  éloignés),


La soirée


MOMBU dit bonjour à une personne (NDOMBI)
wi mogi : bonsoir!

NDOMBI repond: yi ni mogi : oui bonsoir!
Ou encore : yi na ndéwagu: bonsoir à toi aussi!
 (si l'interlocuteur est tout près),
Ou bien ya wi mogia: bonsoir!
ou encore : ya na ndéwawa
(si l'interlocuteur est éloigné),

MABIK et KOMBIL disent bonsoir à une personne  Kumb:
wi mogi:  bonsoir à toi!
  (si l'interlocuteur est tout près),
 Ou encore  wi mogia: bonsoir à toi!
 (si l' interlocuteur est éloigné),


KUMB répond : yi dwi mogi: bonsoir à vous!
( si les interlocuteurs sont tout près)
ou bien,  ya dwi mogia, bonsoir à vous!
(si les interlocuteurs sont éloignés)


Autres salutations


MABIK dit à MISAMU: i ke ngwalio: au revoir.
MISAMU répond : yi ke ngwalio: oui, aurevoir

MABIK  dit à MISAMU: mukolu boti: bonne nuit.
MISAMU répond : na ndé wandi, mukoli boti: bonne nuit.

MABIK dit à MISAMU: wu tsi tébuge: as tu vu le jour?
MISAMU répond : yi  ni tsi tébuge : oui, j'ai vu le jour.

MBIK dit à MISAMU: wu ji vane : es-tu là?.
MISAMU  répond : yi ni ji vane : oui je suis là .

Le Saviez-Vous?

L'argent chez les punu!

L'argent, c'est-à-dire actuellement le franc C.F.A. , se désigne indifféremment au moyen de trois
noms:
- doli/badoli
- dubôngu /mbôngu
-mupâtu / mipâtu.
Le premier serait un emprunt à dollar. L'unité de compte ainsi désignée vaut cinq francs C.F.A. et
correspond à l'écu de cinq francs. Une pièce de monnaie est désignée par fûre / bafûre.
Avant la colonisation, les punu utilisaient le sel: une cuillerée de sel équivalait à cinq francs; mais
l'unité monétaire était une cortade équivalant à une brasse d'étoffe. Le fer était aussi utilisé dans les échanges commerciaux: le morceau de fer était appelé mutende / mitende.

Le style royale gabonais

Le style royale est au sujet de la glorification des civilisations africaines, celui des grands empires d’Égypte, d’Éthiopie , de Cush et  de la Nubie noire. De Thèbes à Ombos, de  Meroë au Tchad,  du Zimbabwe au Kongo, de la Tanzanie en Afrique du Sud, de l’Afrique du Sud au Gabon.


Ce style est au sujet de la magnificence et la croisée des cultures, elle célèbre les reines de l'ancienne Egypte ,de la  Nubie et Zulu, c'est le trait d'union entre le Nord et le sud du continent. L'exotique africain, les parfums ... Ce style est un réveil des grandes civilisations africaines du passé.
Longue silhouette en forme pyramidale, parfaite exécution, matériel de qualité. Ce style met en avant la beauté  africaine, la gloire, la richesse, le luxe des civilisations passées.Une remémoration des reines africaines : Néfertiti, Makeda,    Majaji, Amanirena,  Nzinga, Bella Below, Nandi, Ravanolova, Bakanle; Kungi; Simbu; Ibasa; Irendi.   .
Le style royale c'est au sujet de la richesse des ornements africain, les bijoux , perles , les coiffures.
C'est une mode qui s’accommode aux grands galas, soirée.

C'est une philosophie de vie , une façon de voir la réalité, un style fait pour ce qui ont la grandeur de l'esprit. Chez les punu l'aigle pêcheur est l’emblème de cette royauté, chez les Lumbu le léopard.


Gourdes Calebasses


Dossier sur la mode punu

Le style punu primitif

Il se définit comme un style simple et appartenant au passé. La qualité du détail  dans ce style fait toute la différence , les perles , les civils bipunu , les fibres naturels bien travaillés et teints , ce style comporte plusieurs tendances.

 

Deux femmes punu sur la photo


Annie flore Batchiellilys

Il existe plusieurs sous-groupes de ce style, le primitif traditionnel punu, le primitif moderne punu et le primitif punu ultra chic.

Le style primitif traditionnel.


Le style primitif traditionnel est un style naturel, dépouillé et décontracté dont la beauté est la seule parure et le seul critere du jugement , elle s'impose elle même.


Hommes bantou portant des écorces de bois

Le primitif moderne punu d'Annie Flore


 
Etre en phase avec soi même et la nature
 
Annie Flore Batchiellilys portant un pagne sur son épaule, shawl

Le style primitif  punu ultra-chic c'est au sujet de la qualité du matériel, du tissu et des accessoires.

Les éléments du style primitif punu:
-les colliers paange
-le pagne sur l’épaulé
-le Ndengi
-les civils bipunu
-le sac Kobi 
-la ceinture
-les sandales

Vannerie punu

La vannerie punu tend à disparaitre en milieu punu. Les vannières et vanniers meurent sans laisser leur savoir.

Le saviez-vous?

Clans et Totems punu


Le totem est l'animal avec lequel les héros fondateurs des clans entretiennent des relations privilégiées et dont la consommation est interdite. L'animal totémique était ainsi le moyen par lequel on reconnaissait un clan. Voici la liste des clans et leurs totems:
-badûmbi
la mangouste
(yitsalâlajbitsalâla)
-bajêngi
le perroquet
(kusujbakusu)
-bujala
la panthère
(mayênajmayêna)
- bumweli
l'aigle blanchard
(mbirajbambira)
-dibâmba kadi
la souris
(nguyajbanguya)
-dijaba
la tortue
(yibongajbibonga)
-dikâ:nda
l'éléphant
(nzayujbanzayu)
-minzûmba
le gorille
(yibûbujbibûbu)
-ndîngi
le crocodile
( ngândujbangându)

Quelques Notes sur la royauté punu






Dans la Nyanga, dans la région Chilongo le clan royal chez les Lumbu est Imondu. Il y a  quatre principaux clans qui se  trouvent dans la carte du sud ouest de la région du Chilongo, du royaume de Loango le clan royal était Imondo dont le totem est le léopard .



Les trois autres  clans  de la royauté de Maloango sont Ukonge le totem  est la perdrix qui représente la première femme position; Bayengi dont le totem est le perroquet représente la seconde femme et Badumbi qui représente  le jeune frère et dont le totem est le colibris.

A l'intérieur du pays punu. 
On trouve le clan royal Bumweli dont le dernier roi connu en 1860s est Mayenge Numbu. L'aigle pêcheur est le symbole du clan royal Bumweli. Un autre roi punu Chiengain en 1864 rencontra du Chaillu.

Le Saviez-Vous?

Bumweli c'est le clan royal punu!

Parmi les Gishira les Bumweli sont appelés "Bumwedi", parmi les Nzebi "Bavonda", parmi les Lunmbou "Imondou" voir Koumba Manfoumbi.

Le Saviez-Vous?


Les punu ont 9 clans!


La première version, collectée à Moabi et Ndendé, parle de la division des clans selon Dibadi, le
guide pygmée, du peuple punu en neuf clans qui sont: bajê:ngi, badû:mbi,
bujale, bumweli, dibâmbe kadi, dijabe, dikâ:nde,minzû:mbe et ndî:ngi.

D'autres chercheurs pensent qu'il y aurait 12 clans.

Selon vous il y a combien de clans?

Style Maghene j Maghene


Mé bujala
Totem la panthère
(
Maghene J Maghene)
Style Bujala.

Assassinat de Doukakas Nziengui Mukwaty


La famille de l’opposant gabonais Doukakas Nziengui Mukwaty, proche de feu Pierre Mamboundou avec qui ils créèrent l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), cherche toujours la vérité sur les circonstances entourant sa mort le 12 décembre 1989 à Libreville.

Notre sélection de livres pour Pâques



Pierre Edgard Moudjegou

Salade de nouilles de riz thaïlandaises épicées.



La salade de nouilles thaïlandaises est une recette de salade de nouilles au riz sain
Ma recherche d'une nouvelle fondation a commencé par accident...

Tsiè-annie flore batchielilys

Les sages punu de la renaissance punu


Mangeli , Mombo, Mueli Milenzi , Mulungi Mutu Malongu, Ndengila , Ngéli-Ilahu.Nguimbi Mubukaghe Massi , SUMA NA MANGUA,Tandu Munang ,Tson Mbumb.