TOURISME

 Visitez le Sud-Ouest Gabon

Mon moment préféré de l'année:  la saison sèche. 

  Commence ta découverte en visitant la cote du Golf, Mayoumba, qui vous offrira un cadre exceptionnel pour vous laver en famille.

Visiter le parc de tortue de Mayumba.

Le Parc protège une zone côtière de près de 960 km2 de nature non développé, ainsi qu’une bande de plage et de végétation d’1 km de large sur 60 km de long. La côte de Mayumba est caractérisée par une longue plage de sable et des vastes étendues lagunaires d’eaux douces, d’eau de mer ou d’eaux saumâtres. Les plages abritent une riche faune de rivage, parmi lesquels : des varans, des genettes, des mangoustes, des crabes fantômes, des oiseaux de vasières. Des buffles, des éléphants et d’autres espèces forestières fréquentent régulièrement la plage et les dunes qui, recouvrent de végétation le long de la côte. Les Mandrills, gorilles, chimpanzés et autres primates peuplent la mosaïque savane/forêt située derrière les dunes.


Hôtel Mbdia Koukou
Hôtel et restaurant de bord de mer, à 3 minutes au nord de l’aéroport, a une vue agréable sur l’océan Atlantique, et son bar est l’endroit idéal pour un cocktail au soleil couchant. Les chambres climatisées sont très propres, avec télévision et DVD, Le service est accueillant et efficace, le restaurant offre des répas sur commande.

Téléphone: 07 69 27 05

Choses pour faire:
  • Manger les huitres 
  • Prendre la pirogue 
  • Voir les baleines

Avec un merveilleux Hôtel Mbdia Koukou
Hôtel et restaurant de bord de mer, à 3 minutes au nord de l’aéroport, a une vue agréable sur l’océan Atlantique, et son bar est l’endroit idéal pour un cocktail au soleil couchant. Les chambres climatisées sont très propres, avec télévision et DVD, Le service est accueillant et efficace, le restaurant offre des répas sur commande.

Téléphone: 07 69 27 05

Mayumba continue de s'améliorer pour devenir une destination sure de qualité.

Impossible de parler de tourisme au Gabon sans parler de Mayumba, une petite ville côtière située au sud du Gabon dans la province de la Nyanga. La ville de Mayumba est réputée pour son histoire coloniale mais aussi pour ses plages aux sables fins.
En effet durant la colonisation Cheikh Amadou Bamba (Serigne Touba), le fondateur du mouridisme persécuté par le colonisateur pour sa foi, a été exilé à Mayumba en 1895. De nombreux écrits témoignent de nombreux miracles qu’il aurait effectué durant son exile forcer.  

Mayumba que le site de réservation. classe parmi les plus belles destinations d’Afrique centrale, est aussi la ville qui à vue naitre en 1959 le roi de l’afro-zouk Oliver Ngoma.

En plus de son côté historique et touristique Mayumba est aussi le site de ponte de tortues luths le plus important au monde. Surnommée Mayes sur mer, cet endroit est idéal pour la baignade, le surf, le canotage et le sport à la voile.

Parc national marin de Mayumba: Incontournable pour toute personne qui visite la ville de Mayumba, le Parc National de Mayumba est dédié à la protection de la vie marine. Mayumba est la « capitale » des tortues luths, chaque année entre octobre et avril, le site abrite la plus forte concentration de tortues luths au monde.
Plus de 550 femelles peuvent monter en une seule nuit sur 80 km entre la ville de Mayumba et la frontière avec le Congo, soit une densité de plus de 20 femelles par km2. On y retrouve également plus de 300 espèces d’oiseaux.
La plage: Petite perle du bout du bout du Gabon, Mayumba  et ses magnifiques plages de sable blanc vous garantissent de véritables sensations de bonheur et de liberté. Pour les amoureux de sport nautique,  de beaux vents sont au rendez-vous. 
La mission catholique: Cet endroit à lui seul vous plonge dans les 5 ans d’éxiles de Cheikh Amadou Bamba à Mayumba (auparavant il a fait 2 ans entre Libreville, Lambaréné, N’Djolé). 


Mandji maison de  Paul Nyonda le père du theatre Gabonais.

Fougamou visitez les chutes de l'imperatrices.

Tournois de Hand Ball Maganga Moussavouu
Edition de la Coupe du Gabon inter clubs  qui voit la participation de des équipes des neuf ligues affiliées à la FEGAHAND.

Mutassou
Ranch Biendi 


Ndendé
Première édition du Festival Culturel et Artistique des Peuples du sud en août prochain à Ndendé
Le programme prévu sur une journée, notamment celle du 17 août comprend, entre autres activités des expositions de masques, de danses traditionnelles en passant par le concours du meilleur batteur de tambour, du meilleur fabricateur du vin de palm … Il est programmé également des visites de sites.

Mimongo
Le hometown de Makaya Mack Joss

Lebamba
 L’héritage de l'artisanat, la capitale du raphia du Sud Ouest Gabon, 


Tchibanga
Festival Massanga concours de danses et musiques

Mighoma festival
 « Les Nuits atypiques de Mighoma », qui s’appelle aujourd’hui : R.I.P.A.M (rencontre internationale des peuples et des arts de Mighoma ).



Mukab résidences hôtelières de Mouila








la Ngounié l’hôtel résidence «Mukab», aménagé dans son ancienne résidence.
L’établissement hôtelier est composé de plusieurs suites, chambres doubles et simples, de villas, d’un bar, d’un restaurant, de terrasses et des jardins de plaisance. Mais le principal atout de la résidence Mukab demeure les prix très attractifs qu’il propose par rapport à la qualité de ses services.

Ce mois  de novembre nous mettrons á l'honneur notre patrimoine culinaire punu:

  • les viandes
  • les poissons
  • les légumes
  • les desserts
  • les sauces
  • les paquets

de nos différentes régions de la Moukalaba, la Dola, Ndolou, Banio etc...

Aussi nos différents chefs et cuisiniers.


Voir aussi nos articles sur:

  • Comment faire la cuisine comme un bajag
  • Les meilleures recettes punu 
  • Comment faire les casse dents

Le général Nazaire Boulingui Koumba


 Né le 3 septembre 1918 à Nyanga-Vembe, dans le district de Tchibanga, le jeune Nazaire Boulingui, au terme d’études primaires moyennes, semble attiré par le métier des armes. En 1938, il a à peine 20 ans, il s’engage dans l’armée coloniale. A l’époque, c’était encore la Fédération des colonies françaises de l’Afrique équatoriale (A.E.F). Il est incorporé et effectue son service militaire au bataillon des tirailleurs du Moyen-Congo puis sert successivement à Pointe-Noire et à Madagascar.
L’homme se distingue rapidement à l’entraînement par sa force, sa détermination et surtout par sa grande capacité au combat. Ses supérieurs l’envoient prendre son premier baptême de feu. Membre du bataillon n°10, le sous-officier Nazaire Boulingui participe de 1940 à 1945 à toutes les campagnes d’Italie et de France et contribue à la libération de la métropole. En 1948, la France engluée dans les rizières de l’Indochine (guerre du Viêt-Nam) expédie le baroudeur sur le théâtre des opérations aux côtés d’autres Africains tel Jean Bédel Bokassa. Malheureusement, il subit en 1954 l’humiliation de la défaite à Dien Bien Phu.
N’ayant pas démérité, Nazaire Boulingui Koumba est décoré de la Croix de guerre puis envoyé en Algérie. Il en a gardé d’ailleurs des souvenirs amers. Une à une, les anciennes colonies d’Afrique noire accèdent en 1960 à l’indépendance. Il est libéré de ses obligations vis-à-vis de l’armée française avec le grade de sous-lieutenant le 1er octobre 1961.
Il est aussitôt versé dans les Forces armées gabonaises pour y assurer les fonctions d’adjoint au commandant du 1er bataillon d’infanterie gabonaise, chargé du recrutement. Nommé directeur de l’office des anciens combattants et victimes de guerre le 1er août 1962, Nazaire Boulingui Koumba est successivement promu lieutenant en 1962, capitaine en 1963 et chef de bataillon en 1966. En 1968, il est nommé chef d’état-major adjoint des Forces armées gabonaises.
Promu colonel en juin 1970, il est fait général un an plus tard et nommé commandant en chef des Forces armées gabonaises en 1973. Il occupe ces fonctions jusqu’en 1976. Détaché en 1978, il est nommé maire de Tchibanga.
Nazaire Boulingui Koumba meurt le 18 mai 1984, à 65 ans, victime d’un tragique accident de la circulation.


Révolution punu en Pays Bajaga 1907


Alors que les Mitsogho luttaient contre les francais, les populations bajag (BAPUNOU, BAVARAMA....) Se soulevèrent a leurs tour sous la conduite de leurs chef  Mavuroulou dit Nyonda Makita celui-ci s'allia au Mitsogho après  et reçu l'appui de Mbombe .Le commandant Le Meillour libéré par la pacification du pays Mitsogho marcha sur eux. De Loukandou à Moabi. la colonne fut attaqué onze fois, les vieillards nostalgiques des époques héroïques encouragèrent les jeunes à résister fermement aux français Les dissidents  ne manifestaient leur autorité  que par des embuscades meurtrières qui épuisèrent la troupe
La deuxième révolte bajaga 1909

Depuis cinq ans existait une situation de guerre larvée entre Bapounou et Mitsogho, l'autorité avait essayé de jouer les cartes des un contres les autres jusqu'au moment redoutant quelques soulèvements Mitsogho après la paix de 1907,  elles prirent résolument position de leurs ancien adversaires contre les PUNU qui s'était toujours opposé  avec obstination a la domination étrangère. Les opérations qui devaient conduire à la reddition du chef influent MAVOUROULOU , préparées de longues dates consistèrent à ramener les populations à la paix par la dissuasion et les bon sentiments.  et en cas d’échec par l'emploi de la méthode de force, afin d'arriver à la pacification complète et garantir les résultats obtenues, par une occupation  effective du territoire jusqu’au retour des rebelles à des bons sentiments


Le  1er juillet 1909 le chef de bataillon SICRE à la tête d'une colonne de 310 fusils assistes de 14 gradés marcha sur MOABI . Les populations révoltées, rompus aux tactiques de la guérilla, évitèrent constamment les affrontement puis s’attaquèrent  avec sang froid à deux détachements

L'ardeur combattif secoua sérieusement le moral des adversaires. Mais l'objectif français était de s'emparer de l’âme de la révolte le chef MAVOUROULOU, celui ci déjoua leurs plans mais ses compagnons tombèrent  dans une embuscade. la résistance était décapitée, les français occupaient militairement la région et une compagnie resta à Sindara jusqu'au début de 1910. En 1911 le chef  Mavurulu qui s’était réfugiè à  GNANGA vers LEBAMBA se rendit de lui même pour mettre fin à l'asservissement de son peuple. Il est mort en prison à  Ndendé en 1911. En 1912  cette région OFOUE-NGOUNIE pacifié fut remise entre les mains d'une administration civile.

Les héros et martyrspunu

 Mavouroulou Na Nzolou Nyonde Makita,  Mueli Mukagny, Manduku-ma -Mukagny, Ntsiengui-Mfudu, Nza Mbadinga, Kas Maviri, Martine Oulabou, Doukagas Nziengui.





Les pères modernes du pays Punu au Gabon

Les pères fondateurs de la nation punu sont:
-MUELI-MILENZI  chef suprême  et notamment  intelligent sur le plan de la guerre.
NZAMBE-BIALE du clan NDINGUI
- MULUNGUI MUTU-MALONGU du clan BUDJALA

A en croire la tradition orale, il a existé deux «MUELl». Le grand fondateur du clan qu'on appelle MUELI-MILENZI DINGUNDU TADJI BANA SUNGU MANGUALA MUBONGU LELE BIKlITA. On l'appelle aussi MUSSODJI-URU-NGUIDJI. NGUIDJI est certainement le nom du territoire d'origine de MUELI. La tradition orale parle aussi que MUELI vient des territoires appelés SIENGU NA MUBOGHE et MUKELI-BAPULI. Ces deux territoires sont situés certainement vers le Zaïre. Le deuxième MUELI c'est MUELI NGUELI, fils de NGUELI ILAHU. D'ailleurs on dit aussi que NGUELI ILAHU est du clan BUMUELI. Notons que le premier chef du clan BUMUELI arrivé dans la région de Tchibanga avant la pénétration européenne s'appelle N'GUIMBI-MAPINDI

A en croire la tradition orale, il a existé deux «MUELl». Le grand fondateur du clan qu'on appelle MUELI-MILENZI DINGUNDU TADJI BANA SUNGU MANGUALA MUBONGU LELE BIKlITA. On l'appelle aussi MUSSODJI-URU-NGUIDJI. NGUIDJI est certainement le nom du territoire d'origine de MUELI. La tradition orale parle aussi que MUELI vient des territoires appelés SIENGU NA MUBOGHE et MUKELI-BAPULI. Ces deux territoires sont situés certainement vers le Zaïre. Le deuxième MUELI c'est MUELI NGUELI, fils de NGUELI ILAHU. D'ailleurs on dit aussi que NGUELI ILAHU est du clan BUMUELI. Notons que le premier chef du clan BUMUELI arrivé dans la région de Tchibanga avant la pénétration européenne s'appelle N'GUIMBI-MAPINDI
Babongu ou barimbe. SUM~-NA-MANGUAL~ étant le premier entré en contact avec le clan Burnueli.

 Les résistants;

  Mavouroulou Na Nzolou Nyonde Makita Mueli Mukagny, Manduku-ma -Mukagny, Ntsiengui-Mfudu, Nza Mbadinga, Kas Maviri, tous ont combattu contre la puissance francaise coloniale

L'histoire officielle de la Nyangou

-1905: Les administrateurs français, MM. Dumonet et Antonin, venus de Mayumba, s'installent près de la mission catholique de Massanga, qui deviendra plus tard Tchibanga. A cette même époque, M. Jules Pierre-Marie Bernard, en qualité de chef de subdivision, s'installe à Tchibanga qui fait partie de la circonscription du Kouilou-Nyanga ayant pour chef-lieu Loango-(Congo).
-1906: La guerre de Mocabe (révolte des tribus Bavéla et Badumbi contre les exactions des miliciens français) entraîne le rattachement de la Nyanga au Gabon, et son chef-lieu est fixé à Nyanga-Vembe
-1906: Le chef de circonscription, M. Marchessou, transfère le chef-lieu à Tchibanga
-1934: La circonscription administrative de la Ngounié-Nyanga devient le département de la Ngounié-Nyanga, avec pour chef-lieu Mouila et pour subdivisions Tchibanga et Mayumba
-1940: La Nyanga est rattachée de nouveau au Congo, puis une nouvelle fois au Gabon, au cours de la même année, à la faveur de la participation du Gabon à la seconde guerre mondiale
-1948: Le département devient la région de la Nyanga avec pour chef-lieu Mayumba 
-1950: Le chef-lieu est transféré à Tchibanga
-1959: Nouvelle organisation, la Nyanga est composée des districts de Tchibanga, Moabi et Mayumba.

Riz aux porcs de feuilles de manioc


Une journée à Moabi







En instituant les fêtes tournantes du 17 août, le président Omar Bongo Ondimba nourrissait un grand dessein, celui de voir développer harmonieusement les provinces du Gabon, grâce à un programme de financement des grands travaux à travers le pays. Au moment où la phase judiciaire des détournements liés aux travaux exécutés ou non est amorcée devant le Tribunal spécial chargé des crimes économiques, les résultats sont attendus avec une impatience accrue. Dans la Nyanga en général et Moabi la capitale provinciale, l’amertume est perceptible dans la population. De toutes les réalisations programmées dans le cadre des fêtes tournantes de 2002 et 2008, rien n’a prospéré. On peut dire que les projets ayant fait l’objet d’un appel d’offres en bonne et due forme sont restés en l’état. Au nombre des projets validés, citons la construction de l’hôtel de ville de la commune de Moabi et l’édification d’une tribune officielle, marchés attribués à une entreprise dirigée par Mme Eyegué ; l’extension du réseau d’adduction d’eau et d’électricité ; la construction d’un plateau sportif — les travaux sont à l’arrêt depuis de nombreuses années — ; la construction d’une halte-garderie par une entreprise, ETOM Construction — travaux à l’arrêt, délai d’exécution fixé à six mois — ; la réalisation de l’hydraulique villageoise, etc. Quelques chiffres apparaissent sur les opérations. Une somme de 45.178.392 francs sur l’imputation budgétaire 2010 du montant de 61.910.236 francs du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et du Développement rural relative à la convention n° 69 portant sur la réhabilitation d’un bâtiment administratif du Secteur agricole de Moabi. Le marché a été confié à l’Atelier 1860. De même, un montant de 20.509.451 francs sur l’imputation budgétaire 2010 du montant de 61.910.245 francs du même ministère de l’Agriculture relative à la convention n° 70 destinés à la réhabilitation d’un logement confié à l’Atelier 1860. L’Atelier 1860 s’est également vu confier un troisième marché, celui de la convention n° 71 du ministère de l’Agriculture. Imputation budgétaire 2010, une enveloppe de 24.515.781 francs du montant de 61.310.224 francs. Objet : réhabilitation de quatre bâtiments de l’Opération zonale intégrée (OZI, ex-AGROGABON) de Moabi. Un gros paquet d’argent ! Comme on le voit, pour la seule fête tournante de 2002, Moabi et la province de la Nyanga ont reçu une enveloppe qui aurait pu impulser le développement infrastructurel local. Nous n‘avons pas pris en compte l’année 2008. Il est aisé de crier à l’injustice, et mettre sur le dos des autorités, président de la République et Premier ministre en tête, les turpitudes des fils du terroir. Dans le cas de la Nyanga, à qui la faute du non-développement ?

Entrecotes d'antilopes au riz Ilemb de Mouila.


Feuilles de manioc au riz illemb


Ce mois  de novembre nous mettrons á l'honneur notre patrimoine culinaire punu:

  • les viandes
  • les poissons
  • les légumes
  • les desserts
  • les sauces
  • les paquets

de nos différentes régions de la Moukalaba, la Dola, Ndolou, Banio etc...

Aussi nos différents chefs et cuisiniers.


Voir aussi nos articles sur:

  • Comment faire la cuisine comme un bajag
  • Les meilleures recettes punu 
  • Comment faire les casse dents

Pamgolin au chocolat


Feuilles de manioc au maquereau fumé et crevettes accompagné de tubercule de manioc cuit a la vapeur

Soupe de teri


Grillades


Les feuilles de manioc

Faire bouillir ses feuilles de manioc 1h ou 2 (40 min a l'autocuiseur) avec de l'ail et un peu de sel. ...
Lorsque vous n'avez plus d'eau dans les légumes rajoutez le maquereau fumé préalablement nettoyé, , le cube saveur, le poivre, le gingembre en poudre.
Dans une poêle faites chauffer de l'huile rouge (huile de palme) avec un peu d'huile de tournesol ( 2/3 - 1/3) jusqu'à ce qu'elle commence a fumer. Mettez alors vos crevettes et vos oignons . Lorsque tout est bien grillé versé tout le contenu de la poêle dans les légumes (y compris l'huile ) mélangez et couvrez a feu doux 15 min . Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire .
Dégustez avec tout ce que vous souhaitez: riz, manioc, plantains, pain, tarot, igname,...



Aubergines et crevettes


Machoirons et yaras fumés dans le nyemboué accompagné de bananes plantains .

Machoirons et yaras fumés dans le nyemboué accompagné de bananes plantains .
Trempez vos pulpe de noix dans de l'eau chaude pendant 5 min et filtrez .
Récupérer le jus et faites le bouillir jusqu'à ce qu'il commence a épaissir. ...
Rajoutez alors vos assaisonnements ( ail, oignons, persil, gingembre et djinsan écrasés) des oignons découpés finement ainsi que quelques feuilles d'épinards découpées grossièrement.
Rajoutez ensuite vos poissons fumés (préalablement debarassés de leurs arrêtes), salez, poivrez , et laissez mijoter un quart d'heure a feu doux .
Retirez l'huile a la surface avec une cuillère avant de servir .

Salade avocat


Le sanglier à l'odika


feuilles de manioc a la mangue au riz Ilimb du Gabon

feuilles de manioc & échine cuisiné à l'huile de coco - accompagné d'un petit achard



Boeuf à la pate d'arrachide au riz ilimb

 – Bœuf à la sauce arachide – pour au moins 10 personnes
_ingrédients_
• 2kg de boeuf (type gîte) + 200g de pâte d’arachide (Dakatine) + 70g de concentré de tomate + 1/4 de chou blanc + 1 poireau + 2 patates douces + 4 carottes + 4 navets + 1 tubercule de manioc + 1 morceau (250g) de potiron + 1 kub’or + huile d’arachide + sel + 20cl d’huile d’arachide
pour le nokos: 2 oignons + 3 gousses d’ail + 3 piments séché + 3 kub’or + 20 grains de poivre noir
_préparation_
> couper la viande en morceaux de taille moyenne, les frotter avec un demi citron et une poignée de gros sel
> plonger les morceaux dans une bassine d’eau, frotter pour bien les rincer et les poser dans un plat – à l’aide d’un torchon propre, les éponger
> faire chauffer l’huile dans une grande cocotte ou marmite, lorsque l’huile est chaude, ajouter les morceaux de viande – les faire dorer 30 minutes
> nettoyer, éplucher et couper tous les légumes en morceaux de taille homogène, sauf le chou – réserver le vert du poireau pour le nokos
> lorsque le boeuf est doré, ajouter le concentré de tomate – remuer
> délayer avec un petit verre d’eau, saler et laisser cuire 2 minutes jusqu’à la reprise de l’ébulition
> ajouter ensuite 1 litre 1/2 d’eau – à la reprise de l’ébullition, ajouter la pâte d’arachide, cuillère par cuillère – il faut que chaque cuillerée soit dissoute avant d’ajouter la suivante
> baisser légèrement le feu et laisser cuire
> préparer le nokos, en mixant tous les ingrédients nécessaires: ail, oignon, piment séché, kub’or & poivre et le vert du poireau
> verser la purée obtenue (le nokos) dans la marmite (ou cocotte)
> ajouter le manioc, les carottes, les navets, le chou et le poireau et laisser cuire 45 minutes
> ajouter ensuite le potiron, les patates douces et le piment – laisser cuire encore 20 minutes
> gouter pour rectifier l’assaisonnement – ajouter un kub’or, si nécessaire
> servir avec du riz

Les champignons

Il nous faut; 500 gr de champi, 50 gr de beurre, 3 cuilléres à soupe de farine, de l'eau, du lait, du sel, du poivre et de la crème fraiche, fastoche non ?


On essuie et coupe les champi en petit morceaux,
on les fait revenir dans une cocote avec du beurre pendant 5 à 10 mn.
Je sale, je poivre.

On ajoute 3 cuilléres à soupe de farine,
on mélange bien et on recouvre d'eau (environ 1L).
On poursuit la cuisson à couvert pendant pendant 15 mn.

On prend son mixeur-plongeur et devinez, oui ! on mixe.
On rectifie le velouté en ajoutant du lait, jusqu'à la consistance voulue.
On rectifie l'assaisonnement,
On prend une louche,
On la plonge dans la cocote,
On la remonte,
On la verse dans son assiette en forme de coeur (indispensable),
On verse quelques gouttes de crème fraîche (encore!!!),
On monte voir sa petite Ninon qui veut son oreiller papillon,
On redescend,
On vérifie que le velouté est toujours chaud-bouillant,
Oui, il est chaud-bouillant, 
On porte délicatement à ses lévres la cuillère,
Et Ô bonheur, on se régale, et on se régale encore.

Feuilles de manioc

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 45 minutes
Ingrédients (pour 8 personnes) : - 2 boites de 400 g de feuilles de manioc
- 2 boites de 400 g de pilchard (poisson)
- 2 cuillères à soupe de pâte d'arachide
- 2 oignons
- 35 cl d'huile

Préparation de la recette :


Ouvrir les boites de feuilles de manioc et vider le jus.

Les mettre dans une casserole anti-adhésive à feu vif et ajouter le pilchard, 1/2 oigon émincé ainsi que la pâte d'arachide.

Faire chauffer jusqu'à évaporation de l'eau en mélangeant régulièrement.

Faire chauffer l'huile dans une poêle et y ajouter le reste des oigons émincés.

Ajouter l'huile et les oignons au reste.

Servir avec du riz, tubercule de manioc ou banane plantain.

Remarques :

Succulent, nos invités ont adoré. Recette de grand-mère provenant de l'afrique profonde. Plat original et exotique, permet un voyage culinaire pas très cher.

Boisson conseillée :

N'importe quel vin

Poissons fumés au Gombo

  • 1 kg de gombo
  • 120 g de gombo en poudre
  • 500 g de poisson frais
  • 250 g de poisson fumé
  • 1 morceau de poisson séché (petit)
  • 1 tomate (moyenne)
  • 3 c. à soupe d'huile de palme
  • 1 bouillon cube
  • 1 pincée de sel
  • piment frais


  • ÉTAPE 1Coupez la tomates en dés. Lavez les gombos, découpez-les en fines rondelles. Dans un petit mortier, pilez l’ail. Pour les gombos, passez-les au mixer. Lavez bien le poisson et le poisson séché. Mettez 2 l d’eau dans la marmite et faites bouillir. Plongez-y les poissons et les dés de tomate. Salez. Ajoutez l’ail, le bouillon-cube et le piment frais. Mélangez bien. Laissez bouillir. Ajoutez les gombos. Laissez la marmite entr’ouverte sur feu moyen, et remuez de temps en temps. Au bout de 20 min de cuisson, retirez à l’aide d’une écumoire la chair de poisson. Malaxez-la et remettez-la dans la marmite. Tout en remuant en même temps, versez peu à peu le gombo en poudre ; évitez que cela ne fasse des bulles. Laissez encore cuire 10 min, puis ajoutez le poisson fumé et l’huile de palme. Si besoin est, salez à nouveau. Retirez du feu et laissez reposer 10 min. Servez du riz en accompagnement.

    Boeuf Biendinoise











    Ndolé à la mode punu



    Ingrédients

    • 1 kg de viande ou de poisson fumé,
    • ½ l d' huile,
    • 150 g d' oignons,
    • 300 g de pâte d' arachide,
    • 2 kg de feuille de ndole,
    • 150g de crevettes séchées,
    • 3 gousses d' ail,
    • 1 piment rouge,
    • 20 g de sel gemme,
    • sel, avec une petite quantité d' eau.

      

    Préparation
    Faire cuire des morceaux de viande (genre viande à ragoûts) dans de l'eau salée ou un bouillon de légumes jusqu'à ce qu'elle soit tendre (1 heure environ), en attendant on peut préparer le reste !

    Prendre les feuilles de N'dolé (1 bouquet) et les faire bouillir dans une grande quantité d'eau additionnée de sel gemme (demander du natron, sel originaire du lac Natron), touiller pendant les 30 minutes environ de cuisson mais couvrir entre les touillages !

    Enlever les feuilles et les laver dans de l'eau plusieurs fois et soigneusement égoutter en pressant entre les doigts.

    Décortiquer une grande assiette d'arachides fraîches, les faire tremper pendant deux heures dans de l'eau puis les écraser au moulin ou au pilon très finement (le mixer est pas mal non plus !).

    Prendre les boules de feuilles égouttées et les hacher très finement au couteaux en fines lamelles, petits morceaux, enfin haché menu quoi !

    Mélanger les épices écrasées (tomate pilée, un peu de concentré de tomates, ail écrasé, oignon émincé, piment et basilic écrasé, sel et cube maggi)

    Dans une grande marmite faire chauffer bien fort de l'huile d'arachides et y jeter toutes les épices précédemment préparées, remuer quelques minutes, puis pour finir environ 1/2 litre d'eau, puis encore un peu plus tard un demi litre d'eau, puis les arachides écrasées et encore un peu en fonction de la consistance du mélange qui doit être très liquide.

    Ajouter la viande cuite, ou le poisson frais ou fumé, crevettes fraîches ou fumées, non cuites et faire chauffer à l'étouffée pendant 30 minutes.

    Ajouter ensuite les feuilles de N'dolé écrasées et mélanger jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène.

    Faire cuire à l'étouffée et remuer régulièrement pour ne pas que ça brûle pendant environ 20 minutes jusqu'à que le mélange s'épaississe par évaporation de l'eau.

    Ajouter du cube Maggi au dernier moment si nécessaire.

    Ø Avant de servir faire chauffer de l'huile d'arachides et y faire frire de l'oignon émincé et verser le mélange sur le N'dolé.

    En savoir plus sur http://www.750g.com/ndole-aux-crevettes-r27566.htm#dY9feQOcLrfuJ4LD.99

    gateaux beignets et riz caillé


    Feuilles de manioc au poulet


    gateaux


    Diumbu di teri

    Ingrédients

    Pour 6 personnes :
    500 g de graines de courges décortiquées (on peut les acheter déjà pilées)
    100 g de poisson fumé (maquereau)
    100 g de crevettes crues ou fumées (facultatif)
    2 feuilles de bananier (ou du papier aluminium)
    1 feuille de laurier
    1 oignon
    1 piment
    sel, poivre

     Préparation

    Préparation : 30 mn
    Cuisson : 1h30

     Description
    Mixez les graines de courges dans un mixer si vous ne les avez pas achetées déjà pilées.
    Préparez un court bouillon en mettant le poisson émietté dans de l’eau, avec l’oignon haché, le piment haché, la feuille de laurier et le sel, et en laissant bouillir quelques minutes. Passez dans une passoire et recueillez le court-bouillon
    Mélangez le mélange poisson-oignon-piment aux graines de courges hachées, et ajoutez un peu de bouillon chaud. Vous devez obtenir une pâte lisse comme pour un gâteau.
    Lavez les feuilles de bananier et passez-les sous un robinet d’eau chaude pour les ramollir (sinon : prenez du papier aluminium). Mettez la pâte sur les feuilles ou le papier aluminium, refermez entièrement et ficelez bien. Si vous utilisez du papier aluminium, enveloppez et ficelez une deuxième fois : le mélange ne doit pas s’échapper.
    Mettez le paquet dans une cocotte-minute vapeur et laissez cuire une heure : les feuilles de bananier doivent avoir perdu leur couleur.
    Retirez le paquet et séchez-le soit sur des braises ou au four pendant un quart d’heure.
    Servez avec du manioc en bâton ou de la banane plantain, entière ou pilée.
    Le conseil d’Afrik : cette recette est assez calorique, mais le goût des graines de courges plaît beaucoup aux enfants. C’est aussi un plat idéal à emmener pour un pique-nique ou un repas à la plage.

    Le court-bouillon


    Des légumes pour le court-bouillonLe court-bouillon doit avoir du goût avant d'y plonger le poisson. C'est pourquoi les aromates et les ingrédients qui le composent devront cuire entre une 1/2 heure et une heure pour produire un court-bouillon digne de ce nom, apte à faire ressortir toutes les saveurs du poisson.
    Dans un grand volume d'eau salée et vinaigrée dans lequel on a plongé un bouquet garni, ajoutez divers ingrédients selon l'humeur, l'imagination, le contenu des placards ou les productions du jardin potager. Voici quelques idées :
    Préparation : 10 min
    Cuisson : 1/2 h à 1 h
    Pour 2 litres d'eau :
    2 cuillères à soupe de gros sel 1 verre de vinaigre (ou 50 cl de vin blanc) 1 bouquet garni 1 cuillère à café de poivre ou 1/2 de piment liquide • 2 oignons • 2 gousses d'ail • 3 carottes coupées en bâtonnets (pour cuire plus vite)
    On pourra y ajouter au choix : céleri en branche fenouil poireau cives citron clou de girofles menthe basilic coriandre curcuma et tellement d'autres saveurs, dans le respect toutefois du goût du poisson.
    Les clés de la réussite
    Le court-bouillon peut servir à confectionner la sauce qui accompagnera votre poisson. Il faudra la réaliser rapidement car le poisson ne doit pas refroidir. On peut cependant le faire attendre un peu en le recouvrant d'une feuille d'aluminium. Le court-bouillon peut également être « recyclé » dans les menus express de tous les jours. Il bonifiera par exemple une soupe de légumes maison ou en sachet. On pourra aussi y cuire du riz ou des pâtes.
    Dernier conseil
    La récupération d'un poisson cuit dans une marmite ronde est vraiment très périlleuse. Investir dans une poissonnière pourvue d'un fond amovible (même trouvée dans un vide-grenier) est gage d'une jolie présentation, le premier contact visuel étant déterminant pour ouvrir l'appétit des convives.

    Gateaux de manioc

     
     
    Ingrédients :
    • 500g de manioc frais râpé
    • 1 pincée de sel
    • 150g de sucre blanc (ou 100g de sucre blanc + 50g de sucre de canne complet ou foncé)
    • 1 oeuf
    • 30g de beurre fondu
    • 30g de farine de tapioca
    • 200g de lait de coco

    Recette :

    Préchauffage du four : 180°c
    1. Éplucher un morceau d'environ 600-650g de manioc, soit l'équivalent d'une racine de taille moyenne. Citronner-le ensuite avec un peu de citron vert (le jaune fera également l'affaire). Puis râper très finement la racine afin d'obtenir au moins 500g de manioc frais râpé.
    2. Afin de faire dégorger le manioc et d'en extraire l'amidon, placer les filaments du tubercule ainsi obtenus, préalablement salé, dans un chinois en veillant à disposer un récipient sous ce dernier. La pincé de sel va permettre au manioc de rendre son eau.
    Après 30 minutes, toujours dans le chinois, presser à l'aide d'une cuillère à soupe le manioc râpé afin d'éliminer l'excédent d'eau.
    4. Dans un saladier, faire blanchir l’œuf avec le sucre au fouet. Ajouter ensuite la farine de tapioca et le beurre fondu. Lorsque l'appareil est bien homogène, incorporer le lait de coco, puis le manioc.
    5. Huiler légèrement un moule à gâteau rond ou carré de taille moyenne. Y-verser la préparation et enfourner pour 45 minutes environ à 180°c. Comme pour un gâteau traditionnel, on peut tester la cuisson au cure-dent, ce dernier doit ressortir sec et le "bánh" doit cependant conserver son fondant.
    En fin de cuisson, mettre le four en "position grill" durant quelques minutes. Cette opération permettra de faire légèrement caraméliser le dessus du Bánh khoai mì nướng.
    6. Une fois cuit, sortir le moule du four. Après refroidissment, il ne reste qu'à démouler et découper le gâteau au manioc en carrés ou en losanges. Ce Bánh khoai mì nướng se déguste aussi bien tiède que froid et se conserve bien durant 4 à 5 jours.
    Conseil : Il est possible de réchauffer légèrement le Bánh au micro-ondes ou à la vapeur, il retrouvera ainsi ,en un éclair, tout son moelleux
    Bon appétit! 
    VILLAGE MOUTASSOU : Un souvenir en perte de vitesse
    Moutassou est un village qui est situé dans le département de la douya onoye dont l’entrée se trouve à Moulandoufouala à quelques kilomètres de Mouila. Sauf que longtemps dans l’histoire des villages, Moutassou restera gravé dans la mémoire des fils et filles de cette contrée qui meure et disparaîtra si rien ne fait. On se demande ce qui s’est réellement passé pour ce village soit abandonné par sa population. Même le ranch Biendi de Maganga de Moussavou n’a pas freiné l’exode rural, puisque les structures du ranch sont aussi en ruine, par manque d’activités.
    Il faut dire que dans l’histoire de mes voyages d’enfance avec mon père, nous avons séjourné dans ce village qui était peuplé de plusieurs habitants de l’ethnie voungou. C’était un centre scolaire où plusieurs enfants venaient des autres contrées pour y apprendre.

    Aujourd’hui, le temps est passé. Ma surprise est de constater un vide immense sur un territoire où vogue plaines et petites broussailles magnifique. Moutassou n’est plus qu’un territoire où vivent que quatre personnes âgées dans des bâtiments de l’école et de l’hôpital. Toutes les autres maisons sont tombées en ruines par manque de ces habitants.
    Plus loin, c’est le ranch Biendi de Maganga Moussavou qui ne reste que nom, puisque toutes les activités n’y sont plus. Toutes les bâtisses en planches toment en ruine. Plus rien pour créer de l’économie dans la zone. Un gardien d’origine étranger qui est là pour veiller sur les installations.
    Il faut trouver une solution au développement des villages du Gabon si nous voulons que nos terroirs ne se vident de sa population comme nous l’avons observé à Moutassou. Il y a de l’économie à valoriser, mais sauf que ceux qui prétendent être députés, maires et président de conseil départemental n’ont aucune vision de développement local. Il faut que la loi sur la décentralisation prennent en compte certaines valeurs et éthiques de ces postes pour arrêter cette course au poste sans résultats sur nos villages.
    Par Stéphane MUNDUNGA

    Riz de côtes de porc ( riz de Mouila ilimb), Paela punu



    Ingrédients pour 4 personnes: 400 gr de riz ilimb de Mouila (à grains ronds) 2 tasses, 5 tasses de jambon de stock, 100 grs de boletus edulis fraîche, 600 grs de porc ibérique côtes coupé en dés, 4 artichauts, 1 oignon, 3 cuillères à soupe de conserve sauce tomate, le sel, l'huile d'olive et un peu de foie. Pour les stock: os de jambon (1,3 kg) et 4 portées de l'eau minérale.

        
    Préparer le jambon stock (2 litres finales): Placez les os et  jambon dans une casserole profonde et couvrir avec de l'eau. Quand il commence à bouillir sortir la mousse blanche et les impuretés. Laisser bouillir pendant 1 1/2 heures. Filtrer et lorsque vous êtes reposé, prendre la graisse au-dessus sur.
        
    Verser un peu d'huile d'olive dans la poêle Paella et saisir la viande, salez à votre goût. Cuire au four à haute température les côtes jusqu'à ce que doré, puis la température et faible
        
    Démarrez le sofrito: peler et couper l'oignon et l'adoucir avec un peu d'huile d'olive dans la poêle Paella, quand ramollir, ajouter les artichauts pelées et coupées en 4 chacun. Laissez caraméliser, lorsque les artichauts soient tendres, ajouter les champignons coupés en tranches, quand ils se ramollissent, ajouter la tomate frite et mélanger tous les ingrédients pour une miute de plus.
        
    Porter le bouillon à ébullition tendues.
        
    Verser le riz dans la poêle à paella et mélanger le tout ensemble, assurez-vous que chaque grain prend contact avec la surface de la paella. Remuez pendant 3 minutes à moyenne / haute température. Ajouter les 5 tasses de jambon de stock, remuer une fois de plus et laisser cuire (5 premières minutes à haute température. La prochaine 13 à moyen / faible. Goûter et ajouter un peu de sel si nécessaire (notez que le jambon de stock sera forte). Lorsque le temps est fini, prendre la casserole Paella en dehors de la chaleur et couvrir avec un couvercle pendant 5 minutes de plus. Si vous avez remarqué qu'il n'y avait pas assez de stock au cours du processus, vous pouvez ajouter un peu plus (toujours bouillante).
        
    Préparer le plat avec un moule rond et placer les copeaux de foie sur le dessus.

    Crêpes de patates douces punu

    Ingrédients / pour 4 personnes
    • 1 kg de patates douces
    • 1 oignon doux
    • 1 botte de ciboulette
    • 1 oeuf
    • farine
    • 10 cl d'huile d'arachide
    • sel, poivre
    Réalisation
    • Difficulté
    • Préparation
    • Cuisson
    • Temps Total
    • Facile
    • 20 mn
    • 40 mn
    • 1 h

    Préparation Croquettes de patates douces

    1 Pelez les patates douces, rincez-les et épongez-les. Faites-les cuire à la vapeur pendant 30 minutes.
    2 Pelez l'oignon, hachez-le très finement. Rincez la ciboulette puis ciselez-la.
    3 Réduisez les patates douces en purée, ajoutez l'oeuf, l'oignon et la ciboulette. Salez, poivrez et mélangez à l'aide d'une fourchette.
    4 Farinez-vous les mains et façonnez des croquettes de la taille d'une grosse noix.
    5 Faites chauffer l'huile dans une grande poêle. Faites-y frire rapidement les croquettes sur feu assez vif. Gardez-les au chaud dans le four jusqu'au moment de servir.

    Pour finir
    Vous pouvez façonner de plus petites croquettes, les piquer sur des cure-dents une fois cuites et les servir à l'apéro avec une sauce à base d'ananas...
    Cuisinez, savourez… puis si vous le souhaitez, partagez (ci-dessous) votre avis sur cette recette.

    Crêpes punu a la farine de manioc


     Liste:
    Bouquette Ninoise
     Bouquetes d'a ma tante Jeanne ou (crêpes de ma tante Jeanne)
     Crêpes "minute"
     Crêpes sucrées (faciles)
     Crêpes flambées
     Crêpes de la Chandeleur
    Crêpes dentelle
     Crêpe Suzette
     Crêpes soufflées
     Double binchoises (crêpes)
    Crêpes des macrales (sorcières)
    Crêpes à la cassonade
     Crêpe au chocolat Crêpes
     Crêpes aux pommes + recette de la sauce caramel
     Aumônières à la crème de marron et pommes poêlées
    Gâteau de crêpes au chocolat

    Gateaux de manioc punu

     
     
     
    Ingrédients
    1 kg de manioc frais
    300 g de sucre
    30 g de beurre
    2 jaunes d'oeufs
    1 sachet de sucre vanillé
    3 c. à soupe de farine de tapioca -
    1 pincée de sel
    1 boîte de lait de coco
     

    préparation
    • Peler et laver le tubercule de manioc. Le frotter avec un citron vert pour qu'il ne noircisse pas.
    • Le râper avec une râpe avec des trous fins comme pour les carottes.
    • L'envelopper dans un torchon propre et solide et presser pour extraire le jus de la pulpe de manioc.
    • Laisser reposer le jus pendant 1 heure jusqu'à ce que l'amidon blanc soit déposé au fond, vider l’eau se trouvant à la surface de l’amidon. Récupérer la farine de manioc ainsi déposée.
    • Préchauffer votre four à 180°C ou au thermostat 6.
    • Mélanger dans un saladier le lait de coco, le sucre et le sucre vanillé. Ajouter 3 c. à soupe de farine de tapioca et une pincée de sel.
    • Incorporer dans un autre saladier le beurre fondu à la farine de manioc. Ajouter les oeufs battus et le mélange précédemment obtenu. Bien mélanger.
    • Beurrer un moule et y verser la pâte.
    cuisson
    • Enfourner et cuire à 180°C pendant 30 min. Vérifier la cuisson en plantant un cure-dent. S'il ressort sec, votre gâteau est cuit.
    dressage
    • Servir chaud ou froid avec une tasse de thé parfumé.