Le général Nazaire Boulingui Koumba


 Né le 3 septembre 1918 à Nyanga-Vembe, dans le district de Tchibanga, le jeune Nazaire Boulingui, au terme d’études primaires moyennes, semble attiré par le métier des armes. En 1938, il a à peine 20 ans, il s’engage dans l’armée coloniale. A l’époque, c’était encore la Fédération des colonies françaises de l’Afrique équatoriale (A.E.F). Il est incorporé et effectue son service militaire au bataillon des tirailleurs du Moyen-Congo puis sert successivement à Pointe-Noire et à Madagascar.
L’homme se distingue rapidement à l’entraînement par sa force, sa détermination et surtout par sa grande capacité au combat. Ses supérieurs l’envoient prendre son premier baptême de feu. Membre du bataillon n°10, le sous-officier Nazaire Boulingui participe de 1940 à 1945 à toutes les campagnes d’Italie et de France et contribue à la libération de la métropole. En 1948, la France engluée dans les rizières de l’Indochine (guerre du Viêt-Nam) expédie le baroudeur sur le théâtre des opérations aux côtés d’autres Africains tel Jean Bédel Bokassa. Malheureusement, il subit en 1954 l’humiliation de la défaite à Dien Bien Phu.
N’ayant pas démérité, Nazaire Boulingui Koumba est décoré de la Croix de guerre puis envoyé en Algérie. Il en a gardé d’ailleurs des souvenirs amers. Une à une, les anciennes colonies d’Afrique noire accèdent en 1960 à l’indépendance. Il est libéré de ses obligations vis-à-vis de l’armée française avec le grade de sous-lieutenant le 1er octobre 1961.
Il est aussitôt versé dans les Forces armées gabonaises pour y assurer les fonctions d’adjoint au commandant du 1er bataillon d’infanterie gabonaise, chargé du recrutement. Nommé directeur de l’office des anciens combattants et victimes de guerre le 1er août 1962, Nazaire Boulingui Koumba est successivement promu lieutenant en 1962, capitaine en 1963 et chef de bataillon en 1966. En 1968, il est nommé chef d’état-major adjoint des Forces armées gabonaises.
Promu colonel en juin 1970, il est fait général un an plus tard et nommé commandant en chef des Forces armées gabonaises en 1973. Il occupe ces fonctions jusqu’en 1976. Détaché en 1978, il est nommé maire de Tchibanga.
Nazaire Boulingui Koumba meurt le 18 mai 1984, à 65 ans, victime d’un tragique accident de la circulation.


No comments :

Post a Comment