Centullo

Il est à signaler que c’est là la première réaction officielle suite aux nombreuses plaintes proférées à l’endroit le président de la République par le patron du groupement Santullo Sericom et ainsi qu’à la lettre lui étant adressée. Le ministère du Budget, à travers un communiqué publié le 28 juillet courant, marque son étonnement sur le mode de communication choisi par l’entreprise, d’une part, et d’autre part, sur l’interpellation directe du président de la République.
Sur le fond, le ministre du Budget estime que Guido Santullo revient sur «les relations contractuelles qui le lient à l’Etat gabonais, en énonçant plusieurs contre-vérités qui portent atteinte à l’image et à la crédibilité de l’Etat». Le fait que l’entrepreneur s’adresse à la presse n’est pas du tout au goût de Christian Magnagna : «pour attaquer et dénigrer l’Etat gabonais, alors même qu’il était attendu sur la table des négociations en vue de finaliser (un) protocole d’accord». Et de condamner cette attitude jugée «peu courtoise, inconséquente et de mauvaise foi». Même si on peut rétorquer que ce n’est pas la première fois que cette situation est mise en public.
Selon le ministre du Budget, le Gabon et la société plaignante ont signé une douzaine de contrats portant essentiellement sur la construction d’ouvrages d’art et d’infrastructures. «La valeur totale de l’ensemble de ces contrats est estimée à 364 milliards de francs», a-t-il indiqué, avant de souligner que devant les difficultés liées à l’exécution de ces chantiers, l’entrepreneur a saisi le président de la République, par lettre datée du 17 janvier 2015, pour réclamer le paiement de près de 158,5 milliards de francs.
En réponse, le gouvernement a été instruit d’examiner cette requête et d’y apporter des «réponses rapides et adaptées». «C’est dans ces conditions qu’une commission technique interministérielle a été mise en place (…) sous l’autorité du ministre du Budget, à l’effet d’examiner avec l’entrepreneur, l’ensemble de ses réclamations».
C’est donc dans ce cadre qu’ont eu lieu à Libreville deux réunions, les 8 et 24 avril dernier, à l’issue desquelles ont été entérinées trois préconisations. La première était ainsi d’estimer le montant dû à ce jour. La deuxième était de solliciter la validation et la certification par le ministère en charge des infrastructures, en sa qualité de maître d’ouvrage, d’un stock de factures émises par le groupement. La dernière, enfin, consistait à obtenir l’accord de Santullo-Sericom pour le lancement d’un audit indépendant de l’ensemble des marchés afin de statuer sur leur régularité sur les plans technique, financier et même structurel, l’objectif ultime étant de parvenir à une conciliation et un règlement à l’amiable.
Une requête à laquelle le ministre du Budget dit avoir répondu favorablement en transmettant à Guido Santullo un protocole d’accord. Or, quelques jours plus tard, l’entrepreneur a adressé une correspondance au président de la République à travers laquelle il annonce, notamment, l’arrêt des chantiers engagés jusqu’ici mais également son intention de s’en remettre «aux instances internationales en vue de recouvrer [sa] créance».
Christian Magnagna s’insurge ainsi contre «les allégations de monsieur Santullo qui tendent à faire passer pour irresponsable le gouvernement», non sans annoncer que le ministère du Budget prendra «toutes les dispositions qui s’imposent en vue de défendre les intérêts de la République gabonaise dans ce litige». Est-ce à dire que l’Etat est prêt à répondre devant les juridictions compétentes ?

Santullo-Sericom et le projet de la route Tchibanga -Mayoumba


Il nous a été confié la route Tchibanga-Mayoumba, dont les Gabonais ont constaté une nette évolution.  A ce sujet, il convient de rappeler que cette route a été traitée à hauteur de 700 millions de francs le kilomètre. Et nous avons traité 108 km. Un autre marché, le pont sur la Banio, a été traité, pour le premier pont à 47 milliards de francs et le second construit pour le chemin de fer a coûté 300 milliards. Et jusqu’à présent nous sommes en attente du reste des 50% de l’argent dû par l’Etat pour ces travaux. De plus, le Groupement Santullo-Sericom a construit l’école de Fougamou qui, à l’époque, nous avait-on fait comprendre, était une urgence du gouvernement. Pourtant, deux ans après sa construction, le bâtiment reste inutilisé et la nature est en passe de reprendre ses droits. Cette école a coûté 27 milliards. Bref. Poursuivons avec les marchés routiers, notamment avec celui de Ndendé-Mouila qu’on a traité à 1 milliard de francs le kilomètre, et dont la fin des travaux est proche, d’autant qu’il ne reste que 8 km à livrer.
Nous avons également été mis en urgence sur le pont de Kango qui s’était effondré. Le chef de l’Etat nous avait alors demandé de doubler, et aussitôt nous avons démarré les travaux. Sauf que par la suite, le ministre du Budget nous a demandé d’arrêter. Ce que nous avons fait, tout comme pour le marché de la route Akiéni-Onga que le gouvernement nous a demandé de geler pour des raisons que nous ignorons jusqu’à ce jour. Tout ceci pour dire que ces deux tours que nous avons construites sont gage de notre sérieux et du fait qu’au Gabon, on sait qui est le Groupement Santullo.

Route Shell Gabon

DIG/ Afin d’apporter une solution pérenne aux difficultés d’accès à la localité de Gamba et ses environs, Shell Gabon, en partenariat avec le ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, et un financement à travers la Provision pour les investissements diversifiés et la Provision pour investissements dans les Hydrocarbures (PID/PIH), a initié la construction de la route Loubomo-Mougagara.
D’une longueur de 53 kilomètres et incluant un pont en béton armé de 53 mètres, l’objectif principal de ce tronçon routier est de désenclaver la région de Gamba et d’impulser le développement social et économique de cette localité, longtemps resté coupée du reste du pays.
D’un montant global de 31 milliards de FCFA, cette route dont la construction s’est effectuée sous la coordination de l’Agence Allemande de Coopération au Développement (GIZ), se connecte au réseau routier national (Route Nationale 6), entre Mayumba et Tchibanga, à partir de Loubomo.
Ce projet a mobilisé 49 opérateurs économiques locaux et créé 500 emplois directs et 240 emplois indirects.
Par ailleurs, la construction de cette route a déjà engendré une augmentation de 280% du trafic routier avec comme corollaire, une réduction du coût de transport, un accroissement de 63% du volume de marchandises et une nette diminution du coût de certains produits de première nécessité ( de – 8 à -23%).
Engagement sociétal* Plusieurs programmes sociaux ont été mis en place en parallèle des travaux de la route Loubomo-Mougagara. Ainsi, de nouveaux logements ont été construits permettant de reloger 21 familles. Les populations locales ont aussi bénéficié d’un dispensaire et d’un accès à l’eau potable ainsi qu’à l’électrification solaire.
« Nous attendons que cette route Loubomo-Mougagara apporte à la commune de Gamba  le développement du transport routier, la fluidité de la circulation entre Gamba et Tchibanga. Mais aussi, facilite, l’implantation des opérateurs économiques dans le secteur de l’écotourisme, l’agriculture, la pêche. L’arrivée de cette route va «booster» l’économie locale en permettant la diversification des activités », a indiqué Adrien Moukabi, le prféet de Ndougou.

La ville de Tchibanga

Projet cacao café

Le directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab), Ismaël Ondias Souna a lancé lundi, à Mouila le chef-lieu de la province de la Ngounié, le projet du programme ’’Un jeune au métier d’entrepreneur dans le secteur café-cacao (JECCA), en présence du gouverneur Benjamin Nzigou, du maire de la commune Pierre Claver Maganga Moussavou et de plusieurs jeunes planteurs. 

Après la brève allocution du maire Maganga Moussavou, le directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation, Ismaël Ondias Souna a indiqué que ’’la cérémonie de Mouila visait à lancer le programme du nouveau projet destiné à former 250 jeunes gabonais et gabonaises sur une période de trois ans au métier d’entrepreneur du secteur café-cacao’’ et intervient après les passages similaires dans les provinces du Woleu-Ntem (nord) et du Haut-Ogooué (sud-est) du pays. 

Dans son élan, il a magnifié le président de la République, Ali Bongo Ondimba pour son soutien ’’à faire de l’agriculture et notamment du café cacao un futur pilier de la diversification de notre économie’’. Et c’est en cela, a-t-il dit, que ’’le projet JECCA s’inscrit dans la continuité des orientations du Plan stratégique Gabon émergent en droite ligne avec l’ambition du chef de l’Etat qui souhaite ardemment le développement du secteur agricole’’. 

Ce projet ’’Jeunes entrepreneurs du café-cacao’’ est innovant du fait qu’il illustre la vision et la stratégie de la Caistab dont les prochaines années seront destinées à impliquer la jeunesse gabonaise dans le monde agricole. En relançant la production gabonaise dans ce secteur, le directeur général s’est dit conscient d’y arriver avec cette population agricole rajeunie et bien formée. 

Pour ce faire, il compte équiper des jeunes gabonais d’une formation théorique et pratique sur les bonnes pratiques agricoles, mais aussi sur la gestion et l’entreprenariat, afin d’en faire des entrepreneurs agricoles prospères et autonomes. 

Contrairement à la dernière décennie, la production de café-cacao au Gabon a connu une chute significative à cause de l’abandon des villages producteurs qui a fait place à l’exode rural, la chute des revenus des planteurs café-cacao, l’aggravation de la pauvreté en milieu rural. 

Selon le responsable de la Caistab, les objectifs du projet JECCA sont basés sur la sédentarisation des jeunes en milieu rural, car ils doivent leur permettre (aux jeunes vivants au village) de gagner leur vie par leur propre moyen, d’améliorer les conditions de vie et lutter contre la pauvreté en milieu rural, tout en rajeunissant la population des exploitants agricoles. Toutefois, il a requis le changement des mentalités de beaucoup de jeunes aujourd’hui qui pensent, à défaut, que le bonheur et la réussite se trouvent en ville. 

Le projet JECCA est destiné à former et accompagner 250 jeunes sur une période de 3 ans dont 50 jeunes pour l’année 2017, 100 en 2018 et 100 autres en 2019. 

Read more at http://www.gabonlibre.com/Le-programme-jeunes-entrepreneurs-du-cafe-cacao-lance-officiellement-a-Mouila_a33910.html#C1odUoZS56KL1gmc.99

Bananes grillées


La recette d'un gateau à la banane a la fois bonne et facile !

île flottante aux goyaves et au porto


Coco rapé à La crème glacée


Gâteau de farine de manioc grillé au jus de cacao


Aubergines grillées au four

Guide de préparation : Aubergines au four

  • 4 Pers.
  • 20 min
  • 15 min
  • 30 min

Ingrédients

  • 4 aubergines
  • 1 tomate
  • 100 g de gruyère
  • persil
  • quelques feuilles de basilic
  • huile d'olive
  • sel, poivre

Préparation


ÉTAPE 1Préchauffez le four th.6 (180ºC).
ÉTAPE 2Lavez et essuyez les aubergines. Coupez-les deux et retirez une partie de la chair de façon à former des barquettes. Saupoudrez-les de gros sel et laissez dégorger les aubergines et la chair retirée, pendant 30 min.
ÉTAPE 3Coupez la chair en dés, ainsi que le gruyère. Pelez la tomate et coupez-la en petits morceaux. Mélangez le tout, salez et poivrez, ajoutez le basilic grossièrement haché.
ÉTAPE 4Remplissez les aubergines de cette farce, rangez-les dans un plat allant au four. Arrosez-les d'huile et faites cuire jusqu'à ce qu'elles soient tendres et dorées.

Le gâteau à la banane



La recette d'un gateau  à la banane a la fois bon et facile !
  • Facile
  • Bon marché
  • 30 min
  • 45 min

Ingrédients (4 personnes)

  • 4 bananes bien mûres
  • Une pincée de sel
  • 1 gousse de vanille (facultatif)
  • 2 œufs
  • 100g de beurre
  • ½ sachet de levure chimique
  • 130g de sucre cassonade
  • 1 citron
  • 200g de farine

Préparation           

Étape 1 :

Beurrer un moule à cake avec 20g de beurre fondu.
Préchauffer le four Th.6 ou 180°C.

Étape 2 :

Râper trés finement un zeste du citron, puis le presser afin d'en extraire son jus.
Travailler le beurre à la fourchette pour le réduire en pommade.

Étape 3 :

Ajouter, au fur et à mesure, le sucre en poudre, le sucre vanillé, le zeste de citron rapé et les oeufs battus en omelette.

Étape 4 :

Peler les bananes et les couper en petites rondelles.
Arroser les bananes de jus de citron, puis les écraser à la fourchette.

Étape 5 :

Ajouter la purée obtenue à la préparation aux oeufs puis la farine et la levure (Vous devez obtenir une pate bien lisse et assez consistante).
Verser celle-ci dans le moule à cake.

Étape 6 :

Enfourner pendant 45 minutes.
Pour vérifier la cuissson du gâteau, piquer le cake avec un couteau avant de le sortir du four : si la lame ressort bien sèche, le gâteau est cuit à coeur.

Étape 7 :

Laisser reposer 5 minutes dans le four éteint avant de le démouler.
Vous pouvez le décorer avec des lamelles de bananes citronnées ou des tranches d'orange ou d'ananas.
A déguster bien froid découpé en tranches fines.

Gateaux beigneits


Le poisson-chat à moustaches,(silures).


Le poisson-chat à moustaches, bien que ce n'est pas une créature attrayante,le gout est excellent lorsqu'il est cuit de cette façon:
4 poisson-chat, pesant 12 onces
1 cuillère à café de poivrons noirs, écrasés.
2 cuillères à soupe de jus de lime fraîchement pressé
1 tasse de pâte d'épices pour les fruits de mer
2 tasses de lait de coco
2 feuilles de salam
1 tige de citronnelle, meurtrie

        Saisir le poisson-chat avec le sel, le poivre et le jus de citron et mariner pendant une quarantaine d'minutes, faire frire le poisson à feu moyen pendant dix minutes jusqu'à ce que la crème frite soit mélangée aux ingrédients restants dans une casserole et porter à ébullition. Réduire la chaleur et laisser mijoter pendant trente minutes jusqu'à ce que le lait de coco se brise et la sauce devient grasse et claire plutôt que crémeuse, Mettez la sauce sur le poisson frit et servir,


Conseil utile:


       Si le poisson-chat n'est pas disponible, remplacez-le par du poisson frais ou suivez la même méthode avec n'importe quel filet désossé.

L'Amère saveur de la liberté





 Pays concerné : Gabon
 Edition : Ndzé
 Pays d’édition : Cameroun
 ISBN : 9 78 2 911464 61 4
 Genre : roman
 Prix : 15.00

 Parution : 02 Mars 2013

Synopsis général : Le héros principal du roman est Mavouroulou, chef de la révolte du Mocabe entre 1904 et 1913. Le narrateur des chapitres est Ulabe, étudiant gabonais en histoire qui vit de nos jours. Entre les chapitres, des intermezzi constitués de dialogues entre les responsables français de la colonisation du Gabon. Ce qu’ils se disent est directement inspiré des rapports de cette époque. Le récit sous-titré « LA RÉVOLTE » couvre la période 1904-1908.

Prologue : Ulabe découvre dans les Archives nationales d’Outre-mer à Aix-en Provence, des milliers de documents originaux qui traitent d’une rébellion dans le Sud-Gabon.

Chapitre 1 : La jeunesse de Mavouroulou (1880-1904). De retour à Moabi où il est né, Ulabe prend contact avec les rares témoins de cette période, ou leurs descendants, et il confronte ses découvertes théoriques avec la tradition orale.

Intermezzo 1 : Les prémices de l’insurrection vus par le colonisateur. Dialogue entre Savorgne, Chef de bataillon des armées du Gabon, et Laborde, Administrateur civil de Tchibanga.

Chapitre 2 : La révolte dans sa première phase (1804-1907). Ulabe se trouve mystiquement transporté auprès de Mavouroulou dont il devient le compagnon et le confident. Rencontre entre Mavouroulou et Bombè, chef Tsogho qui a lancé depuis deux ans une insurrection. Première attaque d’une factorerie à Mourindi.

Intermezzo 2 : Une des deux causes principales de la révolte, l’attitude des société concessionnaires. Altercation entre M. Bonhomme, administrateur de Setté-Cama, et M. Demouzon, directeur de la factorerie.

Chapitre 3 : Le premier grand fait d’arme de Mavouroulou (1908). Le pillage de la factorerie de Mongo- Nyanga.

Intermezzo 3 : La deuxième des causes principales de la révolte, l’impôt de capitation. Dialogue entre le nouveau gouverneur du Gabon, M. Telle et M. Louard son adjoint pour les affaires indigènes.

Chapitre 4 : L’opération de police du lieutenant Chaix chargé de réprimer les révoltés du Mocabe (1908), et la victoire de Mavouroulou sur sa colonne.

La Bataille de Fort-sampic, Malaga et Kembele par nos frères Mitsogho




Les français marchèrent sur l'un des villages Tsogho, Malaga, qu'ils prirent d'assaut et surnomerent fort Sampic avant de reprendre Kembele,. Malgré les promesses et cadeaux les Mitsoghos refusèrent résolument de rentrer en contact avec les francais,

LA bataille des Jagas à San Salvador




En 1636, une, invasion des Jaga (Djaga ou Njagga), peuple de l'intérieur ruina la ville et marqua le terme de la domination portugaise qui ne se maintint qu'en quelques points de la côte (enclave de Cabinda, et Angola

Mocabe-Digayi notre Alamo

Mocabe-Digayi  Nziengui Fundu fut le chef de la contree, il eut une grande bataille entre combattants punu et francais, jusqu'a la derniere forces les guerriers punu combattus contre la france , renforces par des tirailleures senegalais, apres plusieurs tentatives d'assauts , les resistants punu repoussèrent les forces militaires françaises

Souvenez vous que des simples villageois ont résisté à l’occupation coloniale française ? Des hommes et femmes avaient payé le sacrifice de leurs vies pour le recouvrement de notre liberté.
La guerre du district Mocabe à Moabi fut l’un des affrontements les plus sanglants et atroces de la pré-coloniale. Mocabe représente aux yeux des punu leur Alamo. Alamo est une petite cité de San Diego ou les américains résistaient aux mexicains et les arrachaient la moitié de leurs territoires.
Mocabe reste un symbole de fierté et de résistance dans le souvenir des punu et dans l’histoire du Gabon. Mocabe a marqué un tournant important dans les relations franco-gabonais.
La politique de la taxe coloniale appliquée par Emile Gentil et les exactions des gardes coloniaux sénégalais qui torturaient les paysans, violaient les femmes et chicotaient les gens seraient à la base de cette révolte.




Fig. 2 Emile Gentil

Les hostilités débuteront en mai1907 et s’achèveront en 1912. Le capitaine Conrad à la tête de 200 hommes sera attaqué 11 fois par les guerriers punu.

Ne pouvant pas venir à bout d'une armée disciplinée et déterminée, dirigée par son légendaire leader Mavurulu ma Nziengui surnommée Nyondat ma Kita. Les français lancerons une énième campagne en1909 renforcé par un bataillon de Sicre et par une troupe sénégalaise.




Fig. 3 Tirailleurs Sénégalais

Les troupes quittèrent Libreville le 14 juin 1909 et arriva le 1 juillet à Moabi où furent concentrés plus de trois cent dix militaires.

Mavurulu Nyonda fils Nziengui fut un guerrier vaillant, il combattu une armée de plus de quatre cent personnes avec un armemen moins sophistiqué que les autres.

Les troupes de Nyonda résistaient à la brutalité et à la barbarie de la garde coloniale, en opérant dans une tactique de guérilla très efficaces.
Par contre Les français agissaient dans une logique de razzia, brulant les villages et maisons.




Fig.4 village incendié
C’est seulement au bout de cinq ans que les français eurent finalement raison de Mavurulu et de ses troupes grâce aux alliances qu’ils tissaient avec les autres tribus du sud Gabon.
Figure.5 Perte de la garde royale
Notre souveraineté nationale avait commencé à Mocabe..

Nous n'étions pas orphelins.






L'homme punu e, celui qui en qui l’énergie du feu réside combattu âprement les portugais et les français,


L'homme punu  n’était pas seul dans sa lutte contre la puissance coloniale française, Nzambi Pungu les accompagnait.


Comment faire de la farine de manioc?




La farine de manioc est faite de morceaux de manioc qui ont été séchés, puis écrasés. Pour produire de la bonne farine de manioc, le manioc utilisé doit être bon et assez vieux. Le manioc qui a récolté après 6 mois de culture a encore une eau très élevée de sorte que la substance de la farine est seulement un peu. La farine de manioc est couramment utilisé comme ingrédient pour faire de nombreux types d'aliments.

La farine de manioc de haute qualité est une farine de manioc simple non fermentée. Le processus de production de l'IITA minimise les exigences d'investissement en capital pour la production de farine en utilisant l'équipement simple déjà utilisé pour le traitement des gari.
Production de farine de manioc non fermentée de haute qualité
 Au Nigeria.
Cette technique convient pour préparer la farine de manioc des variétés douces et amères.

Les mini-broyeurs ont également été essayés à la place de la râpe mécanique, mais se sont révélés inadéquats pour les variétés amères, car la concentration de glucosides cyanogènes n'a pas été suffisamment réduite pendant le traitement.


Équipement
Râpe
presse
Séchoir
Broyeur
Machine à couper
ou Couteau
Bol ou poêle
Chopper (planche à découper)
Winnowing
Tamis
Pilon (mortier et pilon)

Comment faire la farine de manioc?
Éplucher le manioc, laver et sécher au soleil
Mettez le manioc séché dans le mortier, puis écrasez
Ensuite tamiser avec un tamis fin
Mâchez le reste du tamisage une fois de plus et tamisez le dos jusqu'à consistance lisse
Sécher la farine au soleil. En cas de pluie, le séchage se fait dans une pièce avec chauffage artificiel, tel que l'utilisation de cuisinières ou four.

Dans des conditions optimales (temps sec et ensoleillé pour le séchage au soleil), la technique IITA permet aux petits transformateurs primaires de produire une farine de manioc non fermentée de haute qualité qui répond aux spécifications des utilisateurs industriels en une journée.
Le séchage a été identifié comme l'outil principal pour l'expansion de la transformation du manioc en farine de manioc de haute qualité.
Diverses options ont été envisagées jusqu'ici dans le projet de manioc de l'IITA.

Séchage naturel


 Les transformateurs locaux exposent la purée de manioc sur une feuille de polyéthylène directement au soleil. On parle de "séchage au soleil". Le projet a observé que le séchage aux niveaux rural ou domestique ne peut pas être fait artificiellement en raison des investissements de capital élevés dans l'équipement et l'énergie exigés et donc, le séchage naturel de soleil est fait.

Le séchage au soleil est assailli par plusieurs inconvénients inhérents, tels que la sensibilité aux dommages dus aux intempéries, aux taux de séchage lents et à la contamination. En raison de ces limitations et du coût élevé et de la faible utilisation de séchoirs traditionnels plus efficaces, l'adoption d'un processus de séchage solaire modifié, le séchage solaire, a été envisagé pour sécher HQCF dans les zones rurales.

Séchage artificiel
 Si une source d'énergie contrôlable est utilisée pour les opérations de séchage, le procédé est appelé un séchage artificiel ou mécanique. Il existe une classification supplémentaire dans laquelle l'air utilisé pour le séchage est chauffé, soit par des moyens solaires, soit par des moyens contrôlés tels que l'électricité, les carburants renouvelables ou les combustibles fossiles. Ces procédés sont appelés séchage hybride.

Séchoir rotatif
 L'IITA met en place une coalition de fabricants locaux pour fabriquer en série un séchoir rotatif local déjà mis à l'essai et utilisé par les transformateurs ruraux de farine de manioc de haute qualité. Le séchoir peut être chauffé au charbon de bois ou au gaz et entraîné par un moteur diesel. Le séchoir se compose d'une chambre de séchage isolée (en forme de tambour). La sécheuse est rentable et conviviale.

Séchoir instantané
 IITA a modifié la conception et la fabrication d'un séchoir instantané fabriqué localement avec Peak Products, Abeokuta, Nigeria. Le séchoir éclair (capacité 3 t / jour) est bien isolé avec la surface de contact du produit en acier inoxydable et un alimentateur semi-automatique. Il pourrait être utilisé avec du kérosène combiné / huile usée. Le séchoir est convivial et encouragera une plus grande production de farine de manioc.

Usages de la farine de manioc


Industries alimentaires
Les industries alimentaires sont l'un des plus gros consommateurs d'amidon et de produits amylacés. En outre, de grandes quantités d'amidon sont vendues sous forme de produits vendus en petits emballages pour la cuisson domestique. Le manioc, le sagou et d'autres amidons tropicaux ont été largement utilisés pour la nourriture avant la Seconde Guerre mondiale, mais leur volume a diminué en raison de la perturbation du commerce mondial causée par la guerre. Des tentatives ont été faites pour développer du maïs cireux en remplacement des amidons non céréaliers normaux; Mais la production d'amidon de manioc a considérablement augmenté ces dernières années.

L'amidon non modifié, l'amidon modifié et le glucose sont utilisés dans l'industrie alimentaire pour un ou plusieurs des objectifs suivants:
A) directement sous forme d'aliments cuits à l'amidon, de crème anglaise et d'autres formes;
(B) un épaississant utilisant les propriétés pâteuses de l'amidon (soupes, aliments pour bébés, sauces et sauces, etc.);
(C) une charge contribuant à la teneur en solides des soupes, des pilules et des comprimés et d'autres produits pharmaceutiques, la crème d'honoraires, etc .;
D) liant, pour consolider la masse et l'empêcher de se dessécher pendant la cuisson (saucisses et viandes transformées);
(E) un stabilisant, en raison de la grande capacité d'absorption de l'eau de l'amidon (par exemple, en crème de prix).

L'industrie du glucose
Selon Whistler et Paschell, Abu

Queue de boeuf du ranch de Moutassou au tubercules doux de Mouila.



TOtal Durée 1 h 30 min
Ingredients

2 KG de queue de bœuf (demandez à votre boucher de le préparer)
1 KG de manioc
1 gros oignon
4 gousses d'ail
Céleri au goût (facultatif)
2 feuilles de laurier
1-2 L de bon bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe d'huile d'olive
Sel et poivre noir au goût

Instructions
-Prenez votre grand cocote marmite, ajoutez l'huile d'olive et mettez-le à feu vif.
-Ajouter la queue de bœuf, laisser les morceaux cuire pendant un moment, tournez-les donc jusqu'a ce que le côté devient doré. Obtenez une bonne couleur car cela aidera avec la saveur.
- 5-10 min de cuisson.
-Ajouter les oignons hachés, l'ail et le céleri, faire cuire assez longtemps pour ramollir les oignons,
-Ajouter 1 1/2 L du bouillon de boeuf.
-Mettre le couvercle et laisser cuire pendant 45 min à 1 heure sur la cocote-marmite.
- Vous aurez à vérifier que les plus gros morceaux prendra plus de temps à cuire.
-La cuisson doit être douce.
Si vous faites cuire avec la cocote marmiter, après 45 min à 1 heure de cuisson, retirez-le de la chaleur, laissez la vapeur s'échapper (faites-la passer sous un robinet froid) et vérifiez la viande.
 Il devrait être doux et sortir de l'os, sinon cuire pour 10 minutes supplémentaires et  continuer à vérifier.
Ajouter le cassoulet et le manioc coupé à la poêle
Ajouter le reste 1/2 L de stock
remettre le couvercle sur et cuire encore 15 minutes.
Mettez  la chaleur, laissez la vapeur, vérifiez le manioc il devrait être très doux.
J'aime mon ragoût de boeuf très épais, alors je vais  le cuire a fru doux pendant encore 15 min sans le couvercle
vérifier l'assaisonnement, le sel et le poivre noir.

Remarques:
Marmite standard: jusqu'à 3 heures de cuisson
La procédure est la même, juste le temps de cuisson change.
Cuire la queue de boeuf pendant 2 à 3 heures, en vérifiant la rencontre toutes les 30 min, la cuisson doit être douce et sortir de l'os. Vous devrez recharger le stock de temps en temps.
Ajouter la tibercule épluché et haché dans la casserole et faire cuire encore 30 minutes, vérifier la tiberculedevrait être très doux et le liquide dans la casserole devrait être épais.
Par Andre Queiroz

Il est conseillé d'utiliser un autocuiseur pour cela, sinon il faudra jusqu'à 3 heures jusqu'à ce que la queu soit doux.

Gateau au gari punu



 Avec une texture douce et spongieuse, parfumée de noix de coco et de lait condensé, puis recouverte d'une crème à la vanille crémeuse - vos papilles vont danser avec joie à chaque morsure de cette délicatesse philippine préférée.

 Ingrédients
Beurre pour graisser la casserole
1 lb de manioc râpé (s'il est congelé, décongeler d'abord)
1 laiton condensé sucré de 14 oz 1
14 oz de lait de coco
 2 gros oeufs 1/4
- 1/8 cuillère à café de terre Cardamome (en option mais fortement recommandé)
 Pour la crème glacée 1/2 a 14 oz de lait condensé
1/4 tasse demi-n-demi (crème simple)
2 gros oeufs
1 cuillère à café d'extrait pur de vanille
 1-2 cuillères à soupe de sucre brun

 Instructions 

Préchauffer le four à 350 F.
Graisser généreusement le fond et les côtés d'un plat de cuisson (9x9 ou 8x11).
Dans un grand bol, fouetter ensemble le manioc râpé, le lait condensé, le lait de coco, les œufs et la cardamome moulue (s'il est utilisé) jusqu'à ce qu'ils soient bien mélangés. Verser dans la casserole préparée.

 Cuire au four pendant 50 minutes ou jusqu'à ce que presque entièrement réglé. Retirer du four et verser la sauce à la crème sur le dessus en inclinant la poêle doucement pour s'assurer que la sauce a réparti uniformément.

 Cuire au four pendant 20 minutes ou jusqu'à ce que la crème a pris. Retirer la casserole du four et mettre le four à griller. Saupoudrer de sucre brun sur le dessus. Placer sous le gril pendant environ 2 minutes ou jusqu'à ce que le dessus soit bien doré et caramélisé ou utiliser une torche de flamme pour obtenir le même résultat. Refroidir complètement avant de trancher.

 Je promets que c'est une tranche de ciel!
Part: 12-16 tranches


Préparation: 5 minutes Temps de cuisson: 1 heure 10 minutes Temps total: 1 heure 15 minutes

 Nous aimerions avoir de vos nouvelles. Partagez vos commentaires ou commentaires sur l'une de nos recettes. Si vous aimez ce que vous voyez et que vous souhaitez recevoir de nouvelles mises à jour de recettes, nous aimerions vous abonner à nos messages ou rejoindre notre site. Comme nous sur Facebook  PUNU DUNGANDZI  où vous pouvez obtenir plus de recettes et de mises à jour. Merci et bonne navigation!

Glace punu au coco



 Ingrédients 

3 cuillères à soupe de Coco 1
1/2 tasse de sucre 2
2 cuillères à thé de vanille 3
 300 Millilitre de lait de coco
3 jaunes d’œufs
 1 cuillère à thé de gélatine
 300 Millilitre Crème
 1 tasse de noix de coco

Instructions 

Tamiser le cacao. Mélangez-le avec du sucre, de la gélatine, des jaunes d'œufs, de la vanille, du lait de coco et de la crème, dans une poêle, sur une double bouilloire. Placer sur l'eau mijotante. Remuer constamment jusqu'à ce que le mélange soit épaissi. Verser dans une casserole peu profonde. Refroidir, incorporer la noix de coco et congeler. Lorsque la moitié se. Le sortir, mélanger dans un mixeur jusqu'à ce que la crème glacée soit lisse et crémeuse. Remettre dans le bac et congeler.

Salade de fruits au lait de coco.

La chimie de nos mamans punu



 Ingrédients 
pour 4 personnes
 • 300 g de fraises
• 2 kiwis
• 8 litchis au sirop
• 40 g de sucre en poudre
 • 30 g d’amandes effilées
• 40 cl de lait de noix de coco
 • 1 cuil. à café de quatre-épices
• 1 cuil. à café de cannelle en poudre
• 3 belles noix de coco
• 3 brins de menthe

Calories = Moyen

Etapes de préparation
1 Rincez, épongez et émincez les fraises en lamelles épaisses. Pelez et coupez les kiwis en rondelles. Egouttez les litchis et coupez-les en morceaux.
 2 Faites légèrement dorer les amandes effilées à sec dans une poêle antiadhésive. Réservez.
3 Versez dans un saladier le lait de coco et mélangez-le avec le sucre, la cannelle et le quatre-épices. Ajoutez les fruits et les amandes effilées. Mélangez délicatement. Réservez au frais jusqu’au moment de servir.
4 Dégustez dans des noix de coco coupées en deux ou dans des coupes parsemées de noix de coco râpée. Décorez de menthe

Le caïman dan sa zone de contrôle

 

Ingrédients
Bois d'oigons indigène
ail
2 Citrons
jus de citrons

Préparation
 Simple et facile.après que les hommes aient finit de dépecé le crocodile.

Prendre les morceaux et bien nettoyer dans l'eau chaude,dans une passoire égoutté la viande,ajouté selon la quantité, un ou deux citron,bien imprégné les morceaux avec le jus de citron pour tué l'odeur forte.

Dans une casserole mettre le tout,salé,un petit morceau de bois d'oignon indigène, l'oignon coupé,l'ail pilé,ou écrasé, trois gros piment vert reconnu pour l'odeur agréable qu'elle distille.un peu d'huile.fermé la marmite au feu de bois ou gazinière. laisser le jus de la viande sortir,jusqu'à ce que son jus tarisse,après cette étape rajouter maintenant un peu d'eau et laisser cuire toujours la marmite fermé pendant 30 et plus selon la quantité. Bon appétit. On peut aussi cuisiné dans le niemboué ,mais c'est une autre recette. Pour les femmes qui aiment le cube je vous conseil le Maggie poulet pour son goût unique.
Recette de Gabrielle Moussavou

Meilleure clip punu 2016

Crabe farcis A la Gabonaise


Ingrédients :

– 4, beaux et gros, crabes
– 250g de crevette, déjà décortiquées ce sera plus simple
– 1 oignon
– 2 tomates
– 2 gousses d’ail
– 1 piment
– 1 citron, ou tout du moins le jus d’un citron
– 2 cuillères à soupe de persil haché
– 2 cuillères à soupe d’huile
– une pincée de safran, si vous en avez sous la main
– Sel et poivree

Préparation :

1. Commencez par faire cuire vos crabes, dans une grosse marmite d’eau bouillante, pendant environ 15 minutes, puis vous les retirez, les égouttez, et les laissez refroidir
2. Alors vient ce qui est peut-être la partie la plus ennuyante… ou la plus amusante, c’est à vous de voir : décortiquez les crabes ! Mais faites tout de même attention à ne pas trop endommager les carapaces, elles nous resserviront plus tard.
3. Mondez vos tomates… il s’agit de les plonger brièvement dans de l’eau bouillante, afin de pouvoir les peler plus facilement, puis hachez-les. Hachez également les crevettes, l’oignon, l’ail, le piment, et le persil.
4. Il s’agit maintenant de mélanger tout ce que vous venez de hacher (tomates, oignon, crevettes, persil, ail, piment) avec le jus du citron, le safran, l’huile, le sel et le poivre. Vous avez maintenant votre farce.
5. Qui dit farce, dit farcir, récupérez donc vos carapaces que vous aviez mises de coté, et… farcissez ! Vous pouvez également allumer votre four, pour le faire préchauffer à 180°C (thermostat6).
6. Il ne reste plus qu’à enfourner vos crabes farcis, à la gabonaise, et c’est parti pour 15 minutes de cuisson. Puis servez bien chaud !!
7. Envoyez-nous les photos de vos créations, nous les publierons !!

Bon Appétit !!


Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur la recette du crabes farcis, à la gabonaise, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime »

L'histoire des jagas

Le terme Bajaga par lequel on désigne le groupe ethnique constitué par
les Bakunyi, Balumbu, Bangubi, Banzebi, Bapunu, Batsangi, Bavarama, Bavili, Bavungu,
Gisira et Masangu, est le nom originel de cette entité ethnique.
Maganga ma Buju et Mbumba Bwasa (Les Bajaga du Gabon, 1974, pp. 6-10),
déclarent qu'il semble que des motivations obscures ont amené des administrateurs
coloniaux à écarter la dénomination de Bajaga chargée de sens au profit de noms
de clans ou de devises guerrières. Cette politique tendait à effacer de la mémoire
des hommes un nom qui incarne l'attachement à l'indépendance nationale,
la résistance à l'oppression et à l'exploitation. Elle cherchait à diviser, puis
à opposer les populations les unes aux autres pour essayer de mieux les dominer et Oleux les exploiter. Certes, il n'existe plus des Bajaga purs de tout mélange
; d'ailleurs, les Bajaga ont toujours incorporé à leurs familles, les femmes
et les enfants des tribus vaincues. C'est bien de ce mélange que sont nés les
Bajaga de nos jours. Cette constatation n'a pu empêcher certains auteurs de réduire
l'appellation de Bajaga à quelques groupes comme les Bayaka de SibitiKomono
ou les Bajaga de Ndendé, Mwabi et Tchibanga. Ces derniers sont de plus
en plus appelés Bapunu. Cette tendance restrictive se remarque souvent chez
les missionnaires et les sociologues. Ainsi Raponda Walker (1967, p. 63) affirme
à propos des Bapunu que "le nom Bayaka, sous lequel on les désigne-parfois,
donnerait à penser qu'ils sont des descendants des féroces jaga d'au-delà du
Congo, qui terrorisèrent longtemps la contrée aux siècles passés. Leur humeùr
batailleuse semblerait confirmer cette hypothèse, d'autant plus qu'eux-mêmes
s'inti tulent bcftù èd. d!béf.di "gens de guerre". Par ailleurs, il affirme (1962,
p. 15) que "les Bayaka de la Chute Labo à Mouila sont appelés Bapunu".
si pour Raponda Walker l'identification des Bapunu aux Bayaka relève
de l'hypothèse, le R.P. Bonneau pense autrement. Dans la préface à sa Grammaire
Pounou.e, il écrit notamment : "Les Pounous ou Ya\:.as habitent les régions de la
Nyanga'et de la Ngounié au Gabon; les districts de Divenié et de }~ssendjo au
Moyen-Congo", (1956, p. 7). Commentant un ouvrage de l'abbé Proyat (un missionnaire
du XVllè siècle), il ajoute que les Bajaga s'enfuirent du Congo après
avoir été battus par le général portugais Gouveia qui leur infligea de grandes
pertes. "Une partie de la tribu retourna alors dans la région du Kassal. ; les
autres qui nous intéressent spécialement (c'est-à-dire les Bapunu) mettant le
Congo entre eux et leurs ennemis remontèrent vers le Nord et s'enfoncèrent dans
la forêt équatoriale. De là, ils se répandirent dans les régions qu'ils occupent
actuellement. Plus tard, ils prirent le surnom de Pounou qui signifie "les tueurs"
(1956, p.7)~ Les rapports militaires et politiques ayant trait à la résistance
des Bayaka du Gabon contre la pénétration française de 1906 à 1,913, ,ne désignent
sous ce vocable que les populations de Mwabi-Tchibanga (Nasanga) , alors
que celle de Mouila sont appelées Bapunu.
Le commandant Le Testu, qui n'abuse pas de cette appellation, identifie
aussi les Bayaka aux Bapunu ; il en va de même de Balandier. En somme, comme
l'écrit Deschamps "seuls les Bapunu de ~10ssendjo, Divenié, Ndendé, Hoabi et
Tchibanga sont considérés généralement co~e d'authentiques Bajaga"; les
autres groupes à savoir Balumbu, Batsangi, Bavungu, Banzebi, Bavili, Bakunyi,
Bangubi, Bavarama, Gisira et l·lasangu, à l'exception des Bayaka de Sibiti-
Komono, ne sont plus désignés que ?ar leurs surnoms ou le nom du clan dominant.
Gênés par l'importance et le dynamisme du groupe, certains ont
crée de micro-groupes ethniques. Ainsi Raponda Walker (1962, p. 29) place
les Batsangi et les Banzebi dans un groupe qu'il appelle ~fuédé. Le Service
National de la Statistique du Gabon a pour sa part inventé un groupe
Banzebi dans lequel il inclut les Batsangi, Banzebi, Bakinini et Bawandji.
Binet rapporte que certains observateurs évoquent un groupe mérié qui réunirait
Banzebi, Bawumbu, Batsangi, avec les Bawungu, Gisira èt éventuellement
les tiasangu. Bouquet, dans son étude sur les féticheurs et la médecine
traditionnelle dans la République Populaire du Congo, considère les Bavili,
Bakunyi et Bayombe comme un sous-groupe Kongo ; quant aux Bayaka de Sibiti-
Komono, il les rattache aux Batékés et pense que Balumbu, Bapunu et Babwisi (3)
fotment un groupe autonome qu'il dénonnue PlJNU.
Cette classification fondée uniquement sur la pharmacopée et
l'habitat ne rend pas compte des données historiques, ethnologiques et linguistiques
des groupes considérés. Il faut noter aussi que la parenté des
Batéké et des Bayaka est une parenté de voisinage. Déjà, à la fin du XVllè
siècle, rapporte Avelot, Drapper avait de la peine à distinguer les Bayaka
des aborigènes Batéké. Sautter estime, quant à lui, que les Banzebi, Batsangi,
}Massangu et Gisira sont semi-autochtones du }Massif du Chaillu, alors que tous
les autres groupes viennent; àu Congo et sont apparentés aux Bajaga. Ainsi les
Gisira, Masangu, Batsangi et Banzebi ne seraient pas 1es Bajaga. Ce qui paraît
curieux, c'est que par ailleurs le même auteur, sans voir qu'il se contredit,
rapproche comme par hasard les Bavungu des Gisira et des Bapunu.
Une autre tendance qu'on relève chez les auteurs qui se sont interessés
à l'ethnie jaga consiste à vouloir remplacer le nom Bajaga par des dénominations
issues de leur imagination. C'est pourquoi on refuse de ménager les
s'.lsceptibilités "micro-ethnistes" en rejetant certaines dénominations pour le
moins ridicules connue les termes "Fiottes, Nérié" par lesquelles on désigne
vulgairement des éléments du groupe jaga. L'un des premiers termes fut le mot
"Fiotte" déjà employé pour désigner les Bavili, les Baloango et les Bayombe.
Face à l'identité d'orgar.isat:on classique et donc sociale et politique des
peuples du Sud-Gabon et du Loango, Le Testu (193ü, p. 13) se demande si ces
peuples ne constituent pas une entité ethnique: "Ne faut-il pas voir là, dit-

Les Babwisi ne constituent pas un sous-groupe en SOI comme on veut nous le
faire croire ; ce sone des riverains du fleuve Bwisi constit~és tous par
des éléments des sous-groupes Bapunu et Balumbu.


En 1636, une, invasion des Jaga (Djaga ou Njagga), peuple de l'intérieur ruina la ville et marqua le terme de la domination portugaise qui ne se maintint qu'en quelques points de la côte (enclave de Cabinda, et Angola

image


MOUSSE AVOCAT ET AUX MANGUES DE LA MUKALABA



INGRÉDIENTS
MOUSSE AVOCAT ET MANGUE

2 avocats
4 mangues
12 crevettes roses cuites
le jus de 2 citrons verts
le jus de 1 citron jaune
30 cl de crème liquide très froide
2 feuilles de gélatine (2 x 2 g)
2 cuil. à soupe de graines de sésame
6 feuilles de basilic
sel poivre

ÉTAPES

MOUSSE AVOCAT ET MANGUE
1. Pelez et dénoyautez les avocats.
2. Mixez la chair avec le jus de citron vert, salez et poivrez.
3. Versez cette purée dans une jatte.
4. Fouettez la crème liquide très froide en chantilly.
5. Salez et poivrez-la et incorporez-en la moitié à la purée d’avocat.
6. Réservez au frais.

7. Faites ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide.
8. Epluchez les mangues, éliminez les noyaux fibreux et mixez la chair.
9. Versez cette purée dans un saladier.
10. Faites chauffer le jus de citron jaune.

11. Hors du feu, faites-y fondre en fouettant la gélatine essorée entre vos mains.
12. Versez dans la purée de mangue. Incorporez délicatement le reste de chantilly.
13. Répartissez un peu de mousse de mangue dans le fond de 6 verres hauts.
14. Placez au frais 10 min puis versez par-dessus la mousse d’avocat.
15. Remettez au frais 10 min.

16. Terminez ensuite de remplir les verres avec la mousse de mangue.
17. Décortiquez les crevettes et répartissez-les sur les mousses.
18. Poivrez, parsemez de graines de sésame et décorez d’une feuille de basilic.

19. Mettez au frais jusqu’au moment de servir.

Taro et Tapioca au lait de coco : Musulu malangue




Taro et Tapioca au lait de coco (Serves 8-12)

Ingrédients:

1 sachet (16 oz). Frozen pelées morceaux de taro, ou 1 lb taro frais (trouver sur les marchés asiatiques)
3/4 tasse de mini-tapioca sec
2 boîtes (14 oz. Chaque) de lait de coco non sucré (pas de crème de la crème de noix de coco ou de noix de coco)
1/2 tasse de sucre granulé ou sucre de roche
Facultatif: haché frais ou conserves de fruits
Indications:

1. Porter une casserole d'eau à ébullition et ajouter le taro congelé à ébullition pendant 5-7 minutes, jusqu'à ce que, tendre (20 minutes si vous utilisez taro frais). Les égoutter et les écraser légèrement, laissant de nombreux morceaux de bouchées Comme souhaité.

2. Entre-temps, dans une casserole, porter l'eau à ébullition et ajouter le tapioca et faire bouillir pendant 5-6 minutes, puis un éteindre pot de chaleur et de la couverture, lui permettant de se reposer pendant 10 à 15 minutes. Le tapioca est prêt quand il est complètement translucide. Égoutter l'excès d'eau et rincer rapidement sous l'eau froide. Assurez-vous d'utiliser un grand pot assez, comme le tapioca élargira un peu après l'ébullition.

3. Au cours de moyenne à feu moyen-bas, lait de coco chaud avec le sucre candi, en remuant pour aider à dissoudre la faq fréquemment sucre. Ne laissez pas manger du lait de coco à ébullition. Quand le sucre est complètement dissous, le goût du lait de noix de coco pour la douceur, et d'ajuster si nécessaire. Il devrait être plus doux que votre résultat final désiré.

4. Ajoutez le tapioca et le taro dans le lait de noix de coco et bien mélanger pour se fondre ensemble. Ajouter plus de lait / lait de coco et d'ajuster la douceur si nécessaire pour une plus grande cohérence et la saveur atteindre souhaité.

5. Laisser reposer au réfrigérateur avant de servir, et ajoutez haché de ajouter des fruits FACULTATIVEMENT (comme jacquier, litchis, kumquats, ou mangue).

Glace punu fruit à la passion



Ingrédients

2 onces de lait condensé
13 onces d'ananas
3 onces de jus d'orange
2 onces de pâte fruit de la passion
  1/2 tasse d'eau
8 onces de sucre
8 onces de glace
Une pincée de sel
mesures

 Étape 1

Mélanger tous les ingrédients sauf la glace

  Étape2
Quand tout est liquéfié, ajouter de la glace et mélanger à nouveau jusqu'à ce que le mélange soit crémeux

  Etape 3
Verser le mélange dans un récipient rectangulaire au milieu et d mettre dans le congélateur

  Etape 4
Au bout de deux heures, bien mélanger à nouveau et remettre à nouveau dans le congélateur

  Etape 5
Trois heures plus tard, encore une fois sorti du congélateur et encore bien mélanger

  Etape 6
Vous verrez que le mélange commence à prendre la consistance

  Step7
Deposer dans le congélateur pendant deux heures et refaire la même procédure

Gâteau de manioc Biale , le Roi en Yipunu


Préparation : 20 min
cuisson: 1h05
12 personnes


Ingrédients
900 g (2 lb) de manioc râpé
3 oeufs
440 g (15½ oz / 2 tasses) de sucre en poudre (superfin)
190 ml (6 ½ fl oz / ¾ tasse) de lait évaporé
310 ml (10½ fl oz / 1¼ tasse) de lait de coco
60 g (2 oz) de beurre non salé fondu
Garniture de caramel de noix de coco

2 c. Une pe de farine tout usage
400 g (14 oz) de lait condensé
80 ml (2½ fl oz / ⅓ tasse) de lait de coco
2 jaunes d'oeufs


Instructions

Préchauffer le four à 180 ° C (350 ° F / Gaz 4). Graisser légèrement un plat allant au four de 22 cm (8¾ pouces) d'environ 7 cm (2¾ inch) de profondeur.

Pour faire le gâteau, placez tous les ingrédients dans un bol. À l'aide d'un mélangeur électrique, battre jusqu'à bien combiné. Verser dans le plat préparé et cuire au four pendant 1 heure, ou jusqu'à ce que ferme au centre. Retirer du four et laisser refroidir légèrement.

Pendant ce temps, pour faire la garniture de caramel de noix de coco, placez la farine et la moitié du lait condensé dans une casserole et remuez pour combiner. Ajouter le lait de coco et le lait condensé restant, et cuire à feu doux pendant 10-15 minutes, en remuant constamment jusqu'à épaissir à une consistance de confiture. Retirer du feu. Battre légèrement les jaunes d’œufs dans un bol, puis mélanger dans le mélange de lait condensé jusqu'à bien combiné.

Verser la garniture sur le gâteau et répartir uniformément. Utilisez un chalumeau de cuisine pour cuire la garniture jusqu'à ce que légèrement caramélisé. Alternativement, faire cuire sous un grill chaud préchauffé (poulet à griller) pendant 3-5 minutes; Soyez prudent car il is se carmelise rapidement. Mettre de côté à température ambiante jusqu'à ce que la garniture est réglée et le gâteau est complètement frais, puis tourner le gâteau pour servir.