Question à un Bajaguist

je suis une badjag , mariée à un Gabonais non bajag , et depuis l'arrivé de ma belle mère dans à mon domicile conjugal le comportement de mon mari a changé il apprécie plus la nourriture de ma belle mère, concombres, pâtes d'arachides que mes plats. De plus sa mère se comporte comme une rivale .

Si il y a une chose que la nature a enseigné au bajag c'est la survie , le bajag don't matter avec la compétition. Mon conseil c'est de toujours traiter ta belle mère avec boutou ( grandeur d'esprit et générosité).

En matière culinaire les bajags ont conservé les secrets gardés de leur cuisine qui font de cette cuisine l'une des plus excellentes du Gabon.

Après un long servage c'est tout à fait normal que ton partenaire ait envie de manger quelques saveurs de chez lui..... il ne faut pas bajiggadier pour cela son hivernage ne va pas durer. Le bajag est toujours confiant. Si impossible n'est pas camerounais et bien abandon n'est pas bajag.

Il faut juste calm down, balle à terre.

Tu dois pouvoir montrer ta force d'adaptation de Bajag à t'adapter aux différents environnements hostiles un peu comme ce bajag qui marchait en plein hiver sur les rues de New York avec son pagne , son tricot et ses babouches mackjoss et paraissait fous pour ses compatriotes.

Il suffit juste aller dans la même direction que ta belle mère, l'opposition ne sert à rien dans ce genre de cas. Il faut aller dans le sens de la vague en attaquant, l'offensive et la meilleur défense. Prépare lui des mets à base de pâtes d'arachides tels que paquets braisés de concombres pimentés doux façon massanga il appréciera, ou le maffé de mouton ou le poulet d' andok dans son lit d'essang aux aubergines soufflées(Poulet au nyambouè à l'oseille) ou cabillaud mademoiselle Mendza (feuilles de manioc avec morue fumé).
S'il demeure bilangoté, alors lance ton joker de bataille : petit duc accompagné de boulettes de bananes château Lafitte (filet de boeuf sauté ).

La bonne cuisine dépend de l'assaisonnement donc n'oublie pas de bien assaisonner tes plats avec les petits oignons du village, piments broyés au citron, le cumunu, le muvendu, la poudre d' itumbu ou l'arôme que les Omyénè appèle syndia kolo. Ses ingrédients de cuisine feront la différence entre ta cuisine et celle de ta belle mère. N'oublie pas que la pâte d'arachide est un composant important du terroir où vient ta belle famille.

"ilambu doueyi a ge nengi dibonu, djabé djabi tsila mugangu...."

Bon courage.

No comments :

Post a Comment