Le débat traditionnel en cas de deuil première partie.

Remarques préliminaires.
  • Dans la tradition punu, toute personne demeure l'enfant de son père ou de son clan paternel depuis la naissance jusqu'à sa mort. L'âge n'a aucune influence sur cette indépendance morale de la personne vis a vis de son père.

  • Le domicile de l'homme adulte , marié ou célibataire comme celui de la femme adulte non mariée, est considérée comme étant celui de son père. C'est pourquoi le père ou quelqu'un de son clan, y prend le premier la parole en cas de deuil.

  • C'est le père qui est seule habileté de prendre la décision d'inhumer son enfant. C'est au père que la coutume a réservé ce droit moral d'enterrer toute personne issue de son clan.C'est lui dans un certain sens qui donne le passeport pour l'au delà. Pour cela , il met un petit symbole dans la main du défunt sous forme de pièce de monnaie ou autre chose. Au cimetière c'est encore le père qui s'adresse le premier au défunt au moment de la mise en terre.
    L'enfant est issue du père et doit être accompagne par le père jusqu'à sa dernière demeure.

No comments :

Post a Comment