Chronicles bajag

Chronicles bajag: le médium du bajag


Une chose que le bajaguiste chéri c'est son transitor FM/AM, touche tout mais ne touche pas à sa radio et à ses piles wonders, car le bajag isolé dans l'immense nature , affectionne son ritual repetia-se ocasionalmente d' écouter en silence, la voix rauque de Rogombé faisant les communiqués dans la rubrique nécrologie, avec un arrière plan musicale pathétique , écoutant la fameuse formule des avis et communiqués: "les familles.....ont la profonde douleur d'annoncer parents et amis de Massanga, Nzakoumenga, Moulandou Fouala, Moussa-Moukougou, Fourplace, Mouila, Lambaréné, Port-gentil, Libreville la disparition .......". Il écoute en silence et car le proverbe punu dit"ditudji agha inombu", l'oreille n'admet pas de compagnon.


Il digestibilade ouaté le brouhaha de fréquences dans un concerto d'interférences et un gargouillis de bruits parasites. Mais le bajaguiste ne se laisse pas abattre par ceux qu'il écoute. Il sait que le devoir l'attend toujours, il sait qu'il doit travailler pour laisser quelques choses aux générations futures. Bien qu'il communie sa douleur avec les familles éprouvées.…Le bajag poursuit sa route.Le média de John Cage est devenu sa fenêtre au monde.


Parmi ses collections il y a Grunding, sony, panasonic, Blaupunkt "Sultan" mais la plus précieuse de sa collection est certainement un Grundig "2066 PX" 1958-1959, AM/FM/SW avec touche de piano et l'allemande telefunken "Bajazzo Sport"1964.

«

No comments :

Post a Comment