Les temps anciens partie 2

Hair styles/style de coiffures punu

Les coupes varient énormément en taille, le volume et la longueur, avec des tresses plates et chignons.
Le explorateurs enregistraient le rôle primordial de la coiffure chez les femmes gabonaises, «un chef-d'œuvre de patience», selon J.-F. Payeur-Didelot: «Ils enduisent leur tête avec de l'huile de palme, de pommade ou si elles en ont, pour rendre les cheveux crépus, plus facile à gérer, puis ils l'attacher gentiment en longues crêtes parallèles, avec des séparations nettes aux intersections. Il faut plusieurs jours pour organiser une telle coiffure avec habileté, mais une fois qu'il est fait elle dure deux ou trois mois "(Payeur-Didelot 1899: 123).

Les bijoux sont une partie importante de leurs plus beaux atouts, boucles d'oreilles, colliers, bracelets et anneaux de cheville. Payeur-Didelot a signalé que Punu, Shira et les femmes Galwa étaient très prisés comme épouses et ont fréquemment été enlevé (ibid.: 144).

Comme dans l'ancien temps, les femmes Punu faisait du jardinage: « le sarclage et la récolte sont le travail des femmes tandis que les hommes défrichent la terre, abattre des arbres et les brûler sur le site pour y être plantés." (Mbot 1997:48).

Encore aujourd'hui, les femmes du village peuvent être vu avec des machettes sur leurs épaules, pour passer une journée dans les plantations où ils cultivent des légumes-racines, légumes-feuilles, des arachides et des bananes. De retour dans l'après-midi, ils portent des paniers d'osier sur le dos lourdement chargés de leur récolte
et bois de chauffage pour la cuisson, tenue par une lanière en raphia tressé à travers leurs fronts. Les plantations sont parfois loin de leur village, ce qu'ils ont à traverser des ponts de fortune sur des ruisseaux ou pagaie même à travers la rivière Ngounié en canots.

l'artisanat

Dans les temps anciens, les femmes Punu étaient bien connus pour leurs poteries, rendant chaudrons et des cruches d'eau en terre cuite décorée de motifs géométriques, ils commercent avec les Lumbu ou Tsogo; selon Deschamps (1962: 28) Ils ont également fait "pots .. . et des vases », et d'après M. KoumbaManfoumbi (1987: 230)", cruches, pots et chaudrons avec une couche spéciale blanc ou rouge argile qu'ils récupérés "dans des lieux spéciaux dans la savane appelée mbilu (Koumba-Manfoumbi 1987: 230 ). L'argile a été tamisée pour enlever impurités et de petits cailloux puis mélangé à l'eau pour faire une pâte assez fluide prêt pour la modélisation. Les pots finis ont été mises à sécher près d'un feu de joie. Elles étaient parfois peints et décorés avant leur utilisation. Les femmes punu font aussi les paniers en osier, en utilisant une liane appelée Mambe ainsi que des roseaux: paniers de stockage (maponci), cuisine (bacanci) et la pêche (mica et bkriszta), et des nattes (matogu) tissé à partir de roseaux (Ndubi), (ibid. : 234). Ces jours-ci peu de femmes sont potières, mais ils font encore la vannerie, car aucun des ustensiles modernes se sont avérées aussi pratique pour le transport et la pêche.

Société sécrète de femmes
Les femmes ont été et sont encore, regroupés en sociétés, en particulier la Ndjembe ou Nzembe, d'origine Eshiras selon A. Raponda Walker et commun à tous les groupes dans le sud du Gabon (Walker et Sillans 1962:259). L'organisation est assez similaire à celle de la Mwiri qui est réservée pour les hommes. L'initiation a eu lieu dans la brousse où les filles du même groupe d'âge, vêtu de feuilles, ont été séquestrés dans une cabane isolée. Ils ont eu à subir les épreuves physiques, qui sont trouvés dans toutes les initiations secrètes, en particulier la sensation de brûlure persistante d'une sève irritante jeté dans leurs yeux. Le lancement a été orchestré par la «mère de la Ndjembe ', qui avait hérité de ce pouvoir de sa propre mère [fig. 6]. Elle était vêtue de nappes blanches et brandit une épée en bois. Les initiés sont évidemment tenus au secret. Le Ndjembe existe toujours dans Mayumba et Murindi.


Les hommes et le commerce
Dans l'ancien temps, après la période primitive où ils portaient des vêtements faits à partir d'écorce battue (Katu), les Punu et leurs voisins du Sud Gabon Rafia vélin (dinyimba) en longueurs de tissu mesurant environ 100 par 80 centimètres. Ces «carreaux» de «raphia étaient cousus ensemble dans des pagnes ou des toges et décoré de perles de verre importées (misangd). Artisanat Punu incluent la sculpture des masques en bois (bitengi), des statues (Kosi) et des selles (mboluku).
La tradition orale veut que les Punu et les Lumbu avaient des esclaves. Ils étaient soit des prisonniers de guerre ou de délinquants (les adultères, les meurtriers, les gens qui n'avaient pas payé les amendes rituel, etc) condamné par les sociétés secrètes ou les chefs.

No comments :

Post a Comment