Me voici nostalgique,

Afrique
mère
me voici nostalgique
la nuit est mûre
aux obsèques du soleil
défunt
une moitié de mes souffrances
se fait ténèbres
je n’ai pas oublié l’age
des nuits capricieuses
les regards de mon regard
au miroir de tendres rêves
effondrés
l’hymne du tam-tam sur les ondes
profanes
devenu message orphelin
et crispé aux coudes de l’espoir
déraillé
hélas
des hommes ont tenté de couper
mon nombril
pour me séparer de toi
mère
et notre dialogue
depuis le premier matin
de ma vie
est toujours troublé par des parasites.

Moundjegou Edgard Magang-ma-Mbuju Wisi



1 comment :

  1. Si la poésie s'accommode de la mélancolie et s'en enchante, c'est précisément qu'elle n'est pas un savoir de la séparation: elle ne divise pas pour s'approprier mais s'attache plutôt à conjoindre. Ce n'est pas un mode de connaissance analytique, mais un discours métaphorique, un savoir de la configuration, une connaissance par association, globale et synthétique, une co-naissance qui initie au sentiment de la disparition.



    Si la poésie s'accommode de la mélancolie et s'en enchante, c'est précisément qu'elle n'est pas un savoir de la séparation: elle ne divise pas pour s'approprier mais s'attache plutôt à conjoindre. Ce n'est pas un mode de connaissance analytique, mais un discours métaphorique, un savoir de la configuration, une connaissance par association, globale et synthétique, une co-naissance qui initie au sentiment de la disparition.

    Opposée aux clartés de la raison, complice des transports de la poésie, la mélancolie fait figure de contre-savoir. Elle connaît la vanité du savoir. Subversive, elle désorganise la machine de l’apprentissage, met en cause le sens même de la vie, et transforme en contemplateur éperdu celui qui lui abandonne sa conscience.

    Compagne et initiatrice de la poésie, elle ouvre en grand les portes de ce lieu noir qu'est l'écriture, de ce non-lieu, ou de ce "lieu hors de tout lieu", où tout ce qui existe se trouve à la fois défiguré et reconfiguré.

    Jean-Michel Maulpoix
    © Mercure de France, 1996.

    ReplyDelete