Mussaghe

mu mussaghe bè vari pindè, batimbè, mwa malanghè. na nionghu tsiotsu tsi bukulu, mba tuguia libnanu duguanghe, muganghe ba tsibitsi à tsi dji miumbu. Autrefois chaque punu avait son mumbu (pluriel miumbu) placé généralement en savanes non loin des villages et son petit jardin, on y plantait dans le mumbu les cultures de potager: bukulu (oseille) cannes a sucres (misungu), les piments (nungu), aubergines(Mbolongu) et derrières les cases il y avait les petits jardins de bananes et certaines boutures pour les grandes plantations. Pourquoi aujourd'hui les punu négligent le travail du jardin derrière les maisons dans la mesure cela peut être une source de revenus supplémentaire ?

Mumbu , c'est en fait un potager (pluriel : miumbu) où poussent les petites plantes vivrières, notamment l'arachide et les légumes ou le maīs. Cela peut se trouver plus ou moins près des habitations. En revanche nungi (pluriel : manungi) est une plantation de belle dimension dans la forêt où on plante en exclusivité ou en association des bananiers, du manioc,des tarots, des ignares, des patates, des cannes à sucre, etc. Qu'on se rassure, miumbu existent encore. Au début des Indépendances, le Pdt Léon Mba avait exigé par note de service que chaque agent de l'État dispose d'un potager derrière sa maison. Ladite note est tombée en désuétude, mais, c'est un fait, on ne devrait pas acheter l'oseille, l'aubergine, le piment, le folong ou les épinards. Dine wa' diambu !


 N'oublions pas ITSUARI, une petite plantation sommaire.
Jean Manola , Kassa Bonaventure 

No comments :

Post a Comment