L'ECONOMIE DE LA NYANGOU AUTREFOIS

Le Nyangou regroupe deux provinces de la partie méridionale du Gabon. Il s'agit de la région de la Nyanga et celle de la Ngounié. La province de la Ngounié possède de nombreuses villes dont la capitale provinciale est Mouila, les préfectur.es (Fougamou. Mandji. Mimongo, Mbigou, Lébamba et Ndendé) et des sous-préfectures (Yetsou et Malinga). Quant à la province de la Nyanga, elle a pourcapitale Tchibanga appelé ~1asanga par les nabitants de la ville. Elle a des préfectures (Mayumba, Moabi, et Ndindi) et une sous-préfecture Mabanda.

Le Nyangou est une région riche : son marbre est en exploitation, son minerai de fer et ses gisements de pétrole prêts à être exploités, sa forêt et les industries du bois qui peuvent s'y développer offrent au Nyangou des possibilités industrielles et minières. Il convient de souligner que la présence àu fer
a longtemps entretenu l'artisanat de la forge dans la région. En ce qui concerne
l'artisanat dans le Nyangou, il faut remarquer une production originale, les célèbres pierres de Mbigou, pierres sculptées et polies en formes de statuettes, de bustes et àe têtes par des artistes qui, àe père en fils, se sont transmis un


-
15 -
.~
art authentique. Les artisans du Nyangou produisent aussi des poteries, des objets en bois d'ébène, de padouk, en ivoire, en vannerie et des masques blancs de danse. La représentation à face blanche de ces masques appelés parfois improprement masques Mpongwé est un exemple célèbre de l'art plastique du Gabon.
Il faut noter que quatre-vingt cinq pour cent de la population vit de l'agriculture qui est, avec l'élevage, l'atout majeur d'une région qui peut apporter au Gabon les produits vivriers qui lui manquent. Il convient toutefois de distinguer l'élevage traditionnel qui concerne les moutons, chèvres, porcs etvolailles, de l'élevage industriel des bovins pratiqué au ranch de Mongo. En plus
des cultures traditionnelles: bananes(4), flmsa, Musaceae, taros, CoLacasia escJ-
~enta Schor;t.. ananas, Ananas Comosus (L.) Merr, Brome Liaceae, patates douces, ' ,:1
Ipomaea batatas L., ConvoZ.vzûaceae" aubergines, Solar.::..a,; mez'ongena L., Solanaceae~
cannes à sucre, Sacchazoum officir.aI'WTl L., Gramineae, ignames qui ne poussent convenablement qu'en milieu forestier, les paysans du Nyangou cultivent le riz, ~yZa sativa L., ~amineae, le tabac, Nicotiana tabacum L., SoLanaceae, l'arachide, le mais, Zea mais L., Gramineae, le café, Coffea robusta L., Rubiaceae. Dans le Nyangou poussent le palmieràhuile(5)et de nombreux arbres frui-~
tiers dont le manguier, Mangifera in.dica L., Anaccuûiaceae, l'avocatier, Pers~ Ct: gratissima L., Lauraceae, l'oranger, Ci~ûs aurantium L., Rutaceae, le papayer,Carica papaya L., Caricaeae, le  citronnier, Citrus medica L., Rutaceae, le mandarinier,_Ciu-us nobil.is L., R"vltaceae, le goyavier, Psidium sp., M.aotaceae, et l'arbre à pain, Artocarpus sp. , Moraceae.

La chasse au filet, aux pièges, à l'arbalète et au fusil est très active,mais la pêche est encore peu développée.

No comments :

Post a Comment