Comment Angélique Ngoma peut sauver la région?

Angélique Ngoma vient de faire une opération de recensement de la main d'œuvre de la Nyanga ce qui est d'ailleurs une bonne chose dans un pays ou les statistiques ne fonctionnent presque pas........

La mission du ministre est louable mais il ne faut pas que cette campagne s’arrête à la Nyanga, car la plus par des techniciens de cette région se trouvent dans d'autres régions telles que l'Estuaire et l'Ogooué Maritime voir aussi l’Étranger. Il faut concevoir et lancer une campagne de valorisation des activités lucratives de la Nyanga visant à ramener les fils de la localité dans l’arrière pays.

Le Grand problème du Sud est lié à son manque d'infrastructures de base qui crée un massif exode rurale dans d'autres régions.

Quel fonctionnaire gabonais aimerait aller travailler à Tchibanga, où il n'y a presque pas d'enseignants, de médecins généralistes ou spécialistes, d’électricité par endroit, des divertissements, des routes ou eau potable?

Angélique Ngoma devra donc commencer par la base: la construction effective des structures nécessaires à l'épanouissement, elle devra combler les besoins élémentaires d'infrastructures de développements.

Il est nécessaire qu'elle revalorise la notion du travail dans le quotidien des Gabonais. Convenons que certains gabonais sont devenus très accrocs à la politique et paresseux. Pour les inciter à se mettre au travail, une réelle sensibilisation s’avère urgente et particulièrement significative. Bien plus, il importe de limiter les nominations des postes politiques, le retour pour certains gabonais dans le secteur privé comme l'agriculture s’avère indispensable.

Le gouvernement devra donner les moyens visant à améliorer les conditions de travail de ceux qui exercent dans des secteurs clés comme l’éducation, la santé, les forces de sécurité. Aujourd'hui, il est inconcevable que nos maîtres d’écoles ne soient pas bien logés et n'usent pas, par exemple, de nouvelles technologies de la communication (internet) dans le cadre de leur mission professionnelle.

Il faudra aussi que l’État encourage les investisseurs nationaux dans la prise des marchés lors des appels d'offres publics.

Angélique Ngoma devra faire en sorte que la formation professionnelle et le développement des infrastructures de base soient les leviers de sa politique du travail.

Il serait souhaitable d'établir un partenariat avec des entreprises pour emplois des jeunes, Ainsi, un jeune peut occuper un poste le samedi et dimanche, ou après ses heures de cours.

Il ne faut surtout pas fonctionner sur le modèle français qui est un échec. Mais fonctionner plutôt sur le type anglophone, plus souple, sans limitation du nombre d'emplois, d'heures et voir d'âge. Si une personne a la force de travailler et bien qu'elle demeure un agent économique actif.

Bien plus, la formation professionnelle à tout âge doit soutenir le dynamisme d'une économie capable de créer de nombreux emplois aux Gabonais...

Il ne faudra surtout pas mettre la charrue avant les bœufs, les agences de l'ONE doivent se consacrer dans leurs missions d'informer mais aussi d'organiser des sessions de formations.


Ce que je recommande à Angélique :


Dans un premier temps le ministère doit avoir un chronogramme avec des objectifs précis, comme créer 2000 emplois par an.

Ensuite créer un site Web où seront listées les différentes offres d'emplois classées par région.

Donner les moyens aux ONE de fonctionner de manière optimale (bureaux, ordinateurs, internet) et recruter des jeunes dynamiques qui peuvent travailler dans ces agences. Ces ONE doivent tenir à jour leurs bases de données.

Avoir une législation flexible en matière de travail , visant à inciter les jeunes entreprises dans l’innovation .

Encourager la politique de création d'usines. Usines = emplois.

Angélique Ngoma devra s'entourer de collaborateurs chevronnés et dynamiques de tous les horizons du Gabon...

La priorité des emplois crées doivent être donnée aux Gabonais.

1 comment :

  1. Oh, Ce n'est pas trop demandé à Mlle Ngoma? C'est quasiment un projet gouvernemental.

    ReplyDelete