La physionomie d'un village punu

Les villages punu étaient grands ils pouvaient compter une centaine de cases et regrouper plus de milles personnes.  Ils consistaient en une vase cours centrale brodées de deux ranges de cases, séparées les unes aux autres par un espace.

Au bout de la cour se trouve une case : Mulebi réservait aux hommes et servait aux réunions et aux réceptions, c’était presque une propriété du fumu-dimbu qui y passait la plus part due son temps.

Les cases étaient faites en murs d’écorces  ou de bambou soutenus par des piquets. La terre battue remplace l’écorce et les bambous. Les toits étaient recouverts des feuilles puis de pailles (feuilles de palmiers tressés ). Le sol était nu.

La cellule de base était commandée par un système de parenté dont le clan et les lignages étaient les éléments fondamentaux.

 










No comments :

Post a Comment