Quand Moubamba se fache

Chers compatriotes, à travers le départ vers « l’éternité de nos ancêtres » de M. Pierre Mamboundou dans la nuit du 15 au 16 aout 2011, le Peuple Gabonais a peut-être perdu son «Nelson Mandéla », comme l’a affirmé une haute personnalité française, il y a quelques heures. L’Histoire le dira ! Nous sommes dans le temps du deuil et il est souhaitable que la politique politicienne ne reprenne « ses droits » qu’après les funérailles de l’illustre défunt.


Obsèques de Pierre Mamboundou au Gabon - Nous demandons plus de discrétion au Pouvoir Gabonais !
Obsèques de Pierre Mamboundou au Gabon - Nous demandons plus de discrétion au Pouvoir Gabonais !

La famille de l’illustre défunt a appelé solennellement les uns et les autres, à ne pas se livrer à la moindre récupération politique de cette tragédie en ces jours douloureux. La plupart des Gabonais du monde entier respecte cette demande et il est souhaitable que le « Pouvoir Gabonais » cesse de se livrer à des manœuvres de récupération de la mémoire de celui qui a combattu le Système PDG jusqu’à son dernier souffle et ce, pendant plus de 20 ans.

Il est normal que l’Assemblée Nationale et les « autorités gabonaises » rendent un hommage à l’ancien député-maire de Ndendé et à l’ancien Candidat aux Présidentielles Gabonaises à Libreville siège du pouvoir dans notre pays. Mais doivent-elles se rendre sur les terres sacrées de nos ancêtres pour la mise en terre du « Père politique » de toute une génération, en ces jours douloureux ? Je pense que « non » et j’espère qu’elles feront preuve de sagesse et de discernement en ne s’y rendant pas.

Au vu des souffrances imposées à Pierre Mamboundou pendant des décennies, les détenteurs de l’autorité institutionnelle doivent faire preuve de retenue et de discrétion dans le déroulement des obsèques à venir. Nous savons que les funérailles de M. Mamboundou doivent avoir lieu en milieu de semaine prochaine (nous communiquerons sur le sujet dès jeudi 20 octobre 2011 et notamment en ce qui concerne le programme en France) mais cette «génération » que l’opposant de toujours a formé plus de deux décennies, n’acceptera pas en son for-intérieur une récupération jusque sur le sol sacré de nos ancêtres au Sud-Ouest du Gabon.

NOTRE MALHEUR ET NOTRE COLÈRE

Souhaitons que ceux qui gouvernent le Gabon, auront la décence de ne pas oublier la signification du combat de M. Mamboundou. Le contentieux entre le « Pouvoir Gabonais » et toute notre génération est si profond, que de lui-même, il devrait comprendre qu’on ne doit pas nous provoquer davantage. Ce serait sous-estimer inutilement l’intensité de notre malheur et de notre colère.

Le « Pouvoir Gabonais » a le droit de penser ce qu’il veut et même de croire qu’il a déjà remporté la partie avec l’aide de ses complices et de ses alliés avérés et cachés. Qu’il le pense si cela peut le rassurer mais qu’il ne sous-estime pas le poids de notre détermination, pour l’honneur, l’Histoire et la terre de nos ancêtres. Tout le monde n’a pas l’esprit du sacrifice et du martyr.

No comments :

Post a Comment