Poisson braisé de Mayoumba

Tsietsi dji gokhu

Madjagh

Ba niam ba mamb na matsi ma ngatsi

Préparation:15mn cuisson: environ 40mn

Ingrédients:
  • Ingrédients pour 6 à 8 personnes
  • 500g de poisson fumé
  • 1 boîte de 400g de niembwè (de préférence d'origine de moabi)
  • Prendre la boîte de niembwè comme mesure pour la quantité d'eau à rajouter
  • 100g de gombos
  • 100g d'épinards
  • 100g d'aubergines africaines
  • Poireau
  • Oignon
  • Sel, poivre, persil, eau

Préparation:
Dans une casserole verser le Niembwè, rajouter de l'eau (une fois et demi la boite de Niembwè), ainsi que les légumes préalablement nettoyés et découpés, laisser mijoter à feu moyen. Pendant ce temps, laver le poisson, et réserver.

Lorsque les légumes sont cuits, verser le poisson et laisser mijoter à feu doux pendant 20 minutes.

Glossaire de la cuisine punu

bukulu: 1/ Oseille de guinée ou roselle (Hibiscus sabdariffa, RWS, a74, 7). Plante bisannuelle cultivée. Les fruits mucilagineux sont préparés comme les gombos ; bukulu bu banzabi / bukulu bubenga, variété à feuilles rouges ; bukulu buvema, variété à feuilles vert clair ; bukulu bu ilotu, variété à grandes feuilles. Bukulu bulava, Hibiscus surattensis (RWS, a75, 10). Oseille sauvage sarmenteuse souvent piquante. Bukulu bu babongu, bukulu bu barimba, Cissus producta, oseille des pygmées (RWS ?). Remplace l'oseille cultivée. Entre dans la composition du plat que l'on sert aux initiants du Bwiti après ingestion de l'iboga. Bukulu bu dijombi, oseille de gorille (Begonia auriculata, RWS, 100, 1). Plante herbacée poussant sur les troncs abattus. succédané de l'oseille. Les gorilles et chimpanzés en sont gourmands.

difubu: Pandanus candelabrum (RWS, u4a, 1). plante arborescente de terrain humide. Le tronc cylindrique est soutenu par des racines adventives. Les branches en candélabre lui donnent un silhouette bizarre. Le bois évidé sert à confectionner des piéges à machoirons posés sur le fond. Les feuilles longues, dentées et épineuses
digari di bangola, couronne de petits silures séchés et fumés ou de deux silures un peu plus gros.
dilanga difubu: Ananas (diláangadifubu) à cause de la ressemblance des feuilles des deux plantes et de leurs usages textiles. (v. dufubu)#u/ Ourlet d'un vêtement.


dilanga: 1- Taro, Colocasia esculentum (RWS, 9u, 8) (v. gonga) (v. ndiba) (v. tsanga) Plante cultivée pour ses tubercules et turions. Pousses mangées en épinards. Feuilles crues comme poison de pêche : diláaãngadi kira, taro rouge ; diláaãngadivema, taro blanc. (v. i$ira)#a/ diláaãngadikodu, nuque. (v. kodu).

dilengi: . Cucurbita maxima, courge ou citrouille indigène (RWS, 141, 8). Très gros fruit allongé à chair jaune. La pulpe est mangée cuite à l'eau, frite, en purées et potages.


dilolu: Papaye, fruit du papayer (v. mulolu) : dilolu dimabola, la papaye est pourrie.

dimboiu: Très gros piments rouges.

duguba: Fruit de l'érable d'afrique (poga oleosa). L'amande fournit une huile comestible comparable à l'huile d'olive ou d'arachide. Selon RWS, c'est l'un des meilleurs condiments de la cuisine gabonaise. (v. muguba)

dunungu / nungu 1 Piment.Fruit du capsicum frutescens (v. munungu) . Se mange écrasé avec du sel, cuit dans les sauces, séché et réduit en poudre, conservé dans du jus de citron : atsibáoãngamusáagi na nuãngu, il prit du sel et du piment. #a/ dunuãngu-du-mbáala, gingembre (zingiber officinale, RWS, 4u1, 18) : atsifutabisyemu na nungu tsi mbala, il cracha le mélange aromatique (v. bisyáemu) et du gingembre. Les rhizomes stimulants renferment une essence aromatique à saveur brélante utilisée contre la toux. #u/ dunungu-du-tsisa, poivre de guinée, malaguette (Afromomum melegueta, RWS, 4a8, 5). Plante de 0m 50 à 1m. Les graines sont un succédanné du poivre et du piment : condiment, infusion, friction, mastication. Stimulant sexuel. 4/ dunungu-du-nzawu, Aframomum stipulatum (RWS, 4a8, 8), plante de sous-bois ressemblant à la malaguette mais stimulant et tonique plus fort.

dutunga. batunga 11 Variété d'aubergine amère, moyenne (Solanum aethiopicum, RWS, 404, 11). Fruit rouge de la taille d'une chevrotine, mangé cuit. (v. duboluongu).

duioki pl. baioki ;Variété de très petits poissons de couleur noire, pêchés au barage ou en vidant les étangs.

dufuli/ bafuli Variété de poisson long comme la main, noir tirant sur le violet, à peau très lisse et très recherché. Péché au barrage ou à la ligne.
dyali, mali: Agrume : dyalisagu, citron ; dyali di dwáegi, orange douce.

igonyu / bigonyu : koku igonyu, poule de la race à cou pelé.

mipala: Bananes: constitues de petites et grosses : didungu, Bake, mulembu et biri, isieluku, tabe, cas-lange,creyi


muvoia. Persea gratissima, avocatier (RWS, a14, 6). Bel arbre toujours vert introduit de longue date.

mbala, bambala 1- Igname ailée, Dioscorea alata RWS, 150, 1). On consomme les tubercules. On en cultive plusieurs variétés (v. diiamba) : mbala bungungu, à chair blanche, sucrée et tendre ; mbala malungu, à chair rose ; mbalan gombi, à chair jaune et amère ; mbala pumbu, comme la variété : bungungu, mais plus petit ; mbáaladivandi, à chair jaune et sucrée, etc...dunungu du mbáala; nungu tsi mbáala, gingembre (v. dunungu)

malamu: Vin de palme : malamu ma tsamba, malamu ma julu, malamu ma myenga, vin d'en haut, récolté sur un palmier non abattu en incisant la base de la fleur male ; malamu ma dingiba, vin de palme récolté sur un palmier abattu en incisant le tronc. #a/ Boisson alcoolisée quelconque : malamu ma benga, vin rouge ; malamu ma mbari, vin de palme. #u/ malamu ma nzwuengi, Leonotis africana (RWS, a10, 5).

muguba, miguba: Feuilles de taro, colocasia esculenta (RWS, 9u, 8) on les mange cuites en épinards : migubami bakira, feuilles de taros rouges ; migubami bagonga, feuilles de taros blancs. (v. diláanga)

mugume: Baton de manioc (terme utilisé surtout à Tchibanga) (v. mulemba) (v. ikwáanga) : mugwetu amatungamiguma, la femme a enveloppé les bâtons de manioc (dans des feuilles).

muianda- Palmier asperge, palmier grimpant, Ancistrophyllum secundiflorum, (RWS, ua4, u). Liane à tronc épineux. Le pétiole des feuilles se prolonge par un long fouet garni de crochets. Le cœur se mange comme le chou palmiste. Les jeunes pousses se mangent en asperge. La sève peut se boire. Les pygmées utilisent cette liane pour faire l'armature de leurs cases. Sert aussi pour les ponts de lianes.

mumbungu / mimbungu: Variété de petits poissons d'eau douce, gros comme le petit doigt, de couleur violette. On les pèche au barrage et on les mange en petits paquets cuits à la vapeur.

muresi / miresi: Oryza sativa, riz (RWS, 190, u1). De l'anglais "rice" par l'intermédiaire d'une langue du groupe myènè o le préfixe de cl. u est o- ; mais on trouve parfois murési). Deux variétés étaient autrefois cultivées au Gabon, de marécage et de montagne.

Mwali: Bigaradier ou oranger amer, Citrus aurantium (RWS, u79, 5). On mange ses oranges avec du sel et du piment. #a/ Tout arbre produisant des agrumes : mwalisagu, citronnier, Citrus limonum (RWS, u80, 7) ; mwali ibaãmba, oranger, Citrus sinensis (RWS, u81, 10).

usari : ( usaãri / tsaãri): Variété d'aubergine, Solanum nudiflorum (RWS, 155, 18), petits fruits rouges comme de gros grains de chapelet, très amers. On les mange souvent mélangés à des feuilles de mzanioc. (v. duboluongu) (v. dutáuãnga) (v. muneia). Tsari-tsi-Nyambi, aubergine du diable, Solanum torvum (RWS, 406, 19). Arbuste portant des baies de la grosseur d'un gros plomb de chasse et no comestibles. On peut greffer dessus de groses aubergines.

ilungu , bilungu :1- Patate douce (v. benga) ilungu yi mbala, igname sucré.
muianda: Palmier asperge, palmier grimpant, Ancistrophyllum secundiflorum, (RWS, ua4, u). Liane à tronc épineux. Le pétiole des feuilles se prolonge par un long fouet garni de crochets. Le cœur se mange comme le chou palmiste. Les jeunes pousses se mangent en asperge. La sève peut se boire. Les pygmées utilisent cette liane pour faire l'armature de leurs cases. Sert aussi pour les ponts de lianes.

mubodi : Sorte de baton de pâte aigrelette provenant d'amandes écrasées de noyeaux de mangues sauvages (v. mwiba) qui sert à préparer des sauces. Appelé autrefois "chocolat indigène" par les colons à cause de sa couleur brune.

Murume: Manioc: munyevu, musavu, mutombi, simbu, mombi, dipandu, kuate, ditadi de saveur douce et kunge, kombila, ndombi et ibambe qui se dintinguent par leur gouts amer.
mudika: Pate brunatre à base d'amandes de mangues sauvages, fruits de différents irvingia (v. mwiba) (v. muvaju), que l'on fait sécher pour la conserver. elle sert à préparer des sauces. appelée autrefois chocolat indigène par les colons européens à cause de sa couleur et de sa consistance, ou pain d'odika d'après la forme mpongwée de son nom.

mupogu: Légume en général : mipogu mi malanga, feuilles de taro cuites comme légume. (v. muguba) (v. dilanga).

téva- Desbordesia oblonga, alep (RWS, a07, a). Arbre très élevé avec contreforts très développés. Fait d'excellent charbon de bois pour la cuisine. Les graines ébouillantées et pilées fournissent une sorte de pain comme celles des mangues sauvages. (v. mudika)

tsamba: vin de palme qu'on récolte sur un palmier non abattu. Ce vin a pour caractéristique d'être très sucré. Il faut noter qu'il est utilisé au cours de la bénédiction nuptiale: le père de la mariée met ce vin dans sa bouche et en rejète sur les mariés.
D'autre part, le tsamba s'oppose au dingiba qui est le vin de palme qu'on récolte sur un palmier abattu et dans lequel on fait macérer l'écorce du wali, Garcinia klaineana petit arbre à suc résineux jaune, pour le faire fermenter.

Kémbi Variété de poisson de mer, en provenance de Mayumba, de même forme et taille que les plus gros silures et appelés localement "machoirons" (Clarias walieri).


mbasi Silures noirs. (lm)

ngotu . Variété de poisson d'eau douce qui peut atteindre un mètre de long, de couleur noire. Se pêche à la ligne dans la Ngounié. Les plus gros s'appellent : ndumi ;bandumi. Classés localement parmi les silures. (v. ngola)

dusombi ; tsombi 1 Larve du charançon du palmier à huile, qui se présente comme un gros ver blanc très gras. Certains le mangent.

les sauces et les soupes font la splendeur et la beauté de la cuisine punu . Si tu maîtrises les sauces tu peux t'en sortir dans la cuisine punu. Les principales sauces sont:
Yamba :
terme générique pour designer les sauces.


Yamba yi gatsi : sauce à la pulpe de noix de palme

Yamba yi matsi ma pinda: sauce à l'huile d'arachide.

yamba yi mudike: sauce au chocolat indigène.

ugéga, uiamusu: réduire par cuisson, sauce réduite.

ugwanduga Fondre : matsigwanduga, la graisse à fondu.

yamba y iiali
: Sauce graine :

yamba y ntuga, sauce de la cuillère. sauce veloutee.

téri. Graine de courgette, Cucumeropsis edulis (RWS, 140, 5). Une fois séchées on pile les graines pour faire une pâté qui sert à préparer des sauces.

utiba: (d'un liquide) épaissir, s'épaissir, être épais : yamba yitiba, sauce épaisse.

yamba yi iali,sauce de noix de palme très salée.

tsaga: Feuilles de manioc écrasées cuites dans une sauce à l'huile de palme.

poga: sauce résultant d'une amende très dure
du fruit du panda oleosa (v. muvoga)

L'igname blanche, jeaune et violette, ainsi que les tarots occupaient l'alimentation de bases des punu.

taro rouge : kira,

Taro blanc: dilange dibe

Taro violet: Ibumine et mudangi

Banane : mupale


aubergines: Mbolongu

Les fruits : mivoge, niduke, mavoyi ramasses en toute saison et se mange crus.
migiembi et Kasu recevaient un traitement particulier.

Les condiments
Certaines feuilles etbourgeons de durare et certains fourgeres , les feuilles de Bukulu bu Dijombi (begonna auriculate hook) feuilles dAdd Imagee calambi (cesolia laxa schum thonn)

la poudre extraite à partir d' itumbu (pistia stratiotes) séchés et encirées servaient a relever le en guise de sel avant l'introduction du sel marin gout a ces feuilles il faut ajouter

les champignons: Masaga, bugungu, busili, tambala, cinde, ngungu

tous ses produits participaient à 90% des sauces et soupes. Les fruits des diverses safoutier ( pachilobus edulis) cafu et masigu...magange (pachilobus ferruginea) fruits qu'on mageaient crus ou cuits.

Tous ses produits de cueillettes tenaient une placde importante dans le régime alimentaire des punu.

Est-ce que le Sud Ouest atteindra son potentiel de croissance à long terme?

DANS le Rapport du dernier trimestre 2010, On observe un boom économique dans le Sud Ouest et en particulier dans la province de la Ngounié, avec Dijob et sa plantaion de riz, les vergers des Solneronds et quelques autres initiatives agricoles, notament dans les services tels que les transports avec les compagnies de transport Maganga, la Molvinoise, mais aussi la restauration Moukab, le soleil, les banques Bicig et Poste.
Mais cela semble encore insignifiant. Car les services ont besoin de s'arrimer à la production et l'innovation etau développement touristique.

Du point de vue fondamental, les perspectives de poursuite de la croissance économique forte semblent favorables. En théorie, Le Sud Ouest devrait continuer à réaliser une forte croissance économique au cours de la prochaine décennie ou deux.

En réalité, toutefois, le sud ouest a un certain nombre de défis importants qu'il faudra surmonter pour réaliser son plein potentiel de croissance. l'insuffisance des infrastructures dans le SUD Ouest risque de limiter à long terme le taux de croissance économique. En outre, le faible niveau d'éducation que reçoit la plupart des citoyens, la corruption endémique du Gabon,l' excessive coûts de productions, le faible taux d’épargnes des ménages, les coûts de transports sont tant de facteurs problématiques pour faire des affaires dans le Sud Ouest. Le transfert de technologie qui l'accompagne est aussi crucial et reste bien en deçà des autres villes du Gabon à Mouila il n'existe que deux cyber-café.

Le Congo qui est la principale frontière n'est pas pour l'instant un partenaire fiable comme c'est le cas dans le Nord avec la Guinée Équatoriale et le Cameroun.

Les défis auxquels font face le Sud Ouest sont importants, mais ils ne sont pas insurmontables, et par dessus dépendent énormément de la décision du politique. Le pays s'est engagé dans la voie de la réforme avec Ali Bongo , mais il reste encore beaucoup à faire. Le potentiel pour devenir une région d'une grande importance économique est possible, mais son succès n'est pas assuré.

Je propose le modèle de croissance néo-classique workhouse de la croissance économique à long terme qui a été développé plus de 50 ans auparavant par le prix Nobel Robert Solow. Selon le modèle de croissance néo-classique, les input du travail et le capital doivent être transformés par la technologie en production.

Par conséquent, à long terme la croissance économique dépendra de l'évolution de la main-d'œuvre, qui est largement tributaire de la croissance démographique qui fait défaut , et des investissements de l'état dans les infrastructures. Les améliorations dans la technologie conduira à une augmentation de la production, toutes choses étant égales.
Jean Nguimbi Manola

sondage

Où voulez vous passer votre retraite:

  • Doussala
  • Mouila
  • Ndendé
  • Lebamba
  • Tchibanga
  • Fougamou
  • Mandji
  • Mayoumba
  • Ndindi
  • Iléka
  • Doutsila
  • Moabi
  • Libreville
  • Port-Gentil

Annonce emplois pour la Nyangou

Architectes
Techniciens
Macon
Charpentier
Électricien
Plombier
Peintres
IT
commerçants
hommes d'affaires
Maîtres d’hôtel
ingénieur agronome
ouvrier agricole
restaurateurs
artistes
architectes
boucher
charcutiers
Éleveurs
cuisiniers
biologistes
Transport
Chauffeur de camions
Mécaniciens
Libraire
Artistes
Musiciens
couturiers
Dockers
Chaudronnier

Jeunesse on a besoin de vous!!
Faites vous connaitre à:
mujabitsi@hotmail.com

Rapport du conseil des ministres à Tchibanga 27 Janvier, 2011

- Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a estimé « positive » l’expérience - qui se poursuivra au-delà de 2011- des Conseils de ministres décentralisés inaugurée le 4 mars dernier à Port-Gentil ,enchainée avec Oyem avant Tchibanga(sud), jeudi.

« Il y a un impact positif dans la tenue de ces Conseils des ministres à l’intérieur du pays » pour coller au mieux à la proximité et c’est une « expérience à renouveler », a précisé le président de la République lors d’une conférence de presse clôturant ce tour de table gouvernementale, le second depuis le remaniement intervenu le 14 janvier denier.

Parmi les grandes annonces sur les plan socio-économique, du point de vue de la province de la Nyanga dont le chef lieu est Tchibanga, l’on note la mise à disposition prochainement de plus de 500 parcelles à travers deux sites différents, la détermination à conduire jusqu’à son terme le projet du port de Mayumba, l’électrification, l’amélioration du réseau électrique, la relance du secteur agricole et industriel.

‘’GRAND SUD’’

Cette ambition allant dans le sens de l’érection d’un ‘’Grand sud’’ passe également, a-t-il dit, par la combinaison des facteurs (route, chemin de fer, port, énergie) avant d’amorcer l’exploitation des potentialités qui meublent le sol et sous-sol de la Nyanga telles que le marbre, la baryte, le talc, le calcaire. Dans d'autres sites, on fait état des forages pétroliers qui ont révélé dans la zone de la Banio, la présence de champs de pétrole et de gaz naturels ainsi que d'importantes couches salifères qui comporteraient une inestimable proportion de sels potassiques.

Une telle plateforme devrait participer aussi bien d’une nette amélioration des conditions de vie des populations locales avec un « signal fort » caractérisé par la décision de créer un «Institut national des mines » à l’instar de celui du pétrole( Port-Gentil) dont les avancées sont palpables, que par le souci de transformer l’avenir du peuple gabonais en l’’ avenir en confiance’’ , a soutenu le président Ali Bongo Ondimba, citant le projet de société par lequelil fut élu le 30aout 2010.

Mais, encore faudrait-il que l’environnement des affaires soit renfoncé afin d’attirer le maximum d’investisseurs souvent frileux devant le peu d’intérêt accorder souvent à la protection de leur patrimoine.

A ce titre, Le chef de l’Etat a instruit le gouvernement à préparer un projet de loi visant à renforcer le cadre institutionnel pour la promotion d’un partenariat public/privé performant.

Déjà, avec l’appui d’Olam , multinationale basée à Singapour en charge du développement de la Zone économique spéciale de Nkok (située à 27 kilomètres à l’est de Libreville), une palmeraie verra très prochainement le jour dans la Nyanga ( en plein zone de savanes) pour faire du Gabon un acteur majeur dans le secteur au niveau mondial avec, en prime, l’émergence d’un entreprenariat local. Autrement dit, 30% de la superficie des plantations seront détenues par près de 3000 entrepreneurs gabonais qui seront assistés par un programme de formation spécifique à la gestion d’une palmeraie.

Au chapitre encore des annonces, à noter le rétablissement de la radio et la télévision sur l’ensemble de la province de la Nyanga sevrée depuis belle lurette des programmes irriguées par la chaine nationale faute de relais, sans omettre le renforcement des capacités opérationnelles de l’administration.

A cela s’ajoute, à précisé Ali Bongo Ondimba, l’institution au niveau national d’une structure de microcrédits fort des éclairages de la première dame, Sylvia Bongo Ondimba, qui n’a eu de cesse de relayer les messages de ses compatriotes désireuses d’entreprendre, faute de moyens.

Si le chef de l’Etat a rejeté, d’emblée, la comparaison entre un Conseil des ministres en dehors de Libreville et un conseil provincial, il a néanmoins reconnu que le déplacement de l’équipe ministérielle à travers le territoire national favorisait des contacts plus approfondis en termes de proximité et qu’il s’agissait d’une « expérience à renouveler ».

Le numéro gabonais a également révélé que de nouvelles orientations étaient attendues dans les chantiers liés à l’organisation par le Gabon conjointement avec la Guinée Equatoriale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football 2012.

Une certitude. Des annonces encore plus fortes sont attendues au cours de cette année 2011 où le taux de croissance devrait être supérieur au double de celui de 2010, a-t-il révélé.

« Nous progression assez rapidement », a-t-il reconnu, grâce aux investissements étrangers qui se sont élevés à près de 4 milliards de dollars et des négociations se poursuivent avec d’autres opérateurs extérieurs ».

« Ce qui explique l’attractivité du Gabon », devait ajouter le président estimant que « c’est une bonne chose et un bel instrument de mesure ».

Lettre à ALi Bongo dans la Nyanga

Les gabonais attendent un signal fort de ce conseil de ministre, aussi, Monsieur le Presiedent, nous ne voulons plus des slogans ou déclarations laconiques, des promesses non tenues comme le gouvernement l'a fait dans le passé.

Je prendrais un exemple tiré de votre discours développement agricole, qu'es-ce que ses termes signifient pour votre gouvernement? Quelle est la politique qui se cache derrière ce terme de développement agricole que vous aviez évoqué dans votre discours ?

Il serait souhaitable que ce plan débouche sur des actions concrètes sur le terrain tels que modernisation des modes de production et des circuits de distribution, l’amélioration de l’accès aux marchés de gros et aux abattoirs. L'accompagnement et évaluation des politiques agricoles. L'élaboration aussi des programmes visant à promouvoir un retour des jeunes dans l'agriculture, une fiscalité adaptée selon les conditions économique des régions et enfin une subvention agricole pour les fermiers et éleveurs.

Il serait souhaitable que des études sérieuses et des aménagements soient faits par des experts en la matière.

Qu’on propose des filières industrielles par zone de provinces.

Le ministère de l'agriculture au Gabon doit se doter de moyen de communication tel qu’ un website cela permettra aux agriculteurs de la Nyanga d'avoir accès aux informations.

Organiser et développer un partenariat technique à long terme avec les organismes internationaux tout en gagnant leur confiance par le sérieux, c'est ainsi que les Nynois peuvent s’attendent à voir dans les prochains mois les délégation de vos amis marocains, chinois, Israéliens etc...Le regroupement en coopérative des paysans. L’État ne doit plus aider les paresseux.

Nous espéreront que quelque chiffres soient communiqués comme :
dans les 28 Milliards du ministère de l’agriculture quelle sera la part allouée au développement agricole Nyanga? Quel sera le nombre d’emplois directs crée dans la province ?

De plus en matière de routes, quel sera le nombre de kilomètres entendiez vous bitumer?
Le nombre de Megawatts entendez-vous donner à la Nyanga comme vous l’avez fait dans d’autres provinces?

Un ou deux grands services de l'administration peuvent être déployés dans la Nyanga comme c’est le cas aux USA ou toutes les administrations ne sont pas à Washington mais cela va demander des études aux préalables cela aura pour avantage de développer les villes de l'intérieure.

Monsieur le Président, prenez le temps de bien ajuster votre action par des cahiers de charges bien précis car nous ne souhaitons plus que les projets se fassent dans l'improvisation et la précipitation comme ce fut le cas des dernières fêtes tournantes de l’indépendance.

Je terminerais en disant que le laisser aller dans le détournement des crédits de l’État doit prendre fin, l’heure est à la transparence.

Jean Manola

Politique / Ali Bongo à Tchibanga: « l’absence d’électricité ne sera plus qu’un mauvais souvenir »



Libreville, 25 janvier (GABONEWS) – A son arrivée à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga (sud) dans le cadre d’un séjour de quatre jours, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, répondant aux allocutions du maire de la ville, Jérôme Kwenzi Mikala et du député Beni Ngouah Mbina, a reconnu que la province exprime de réelles attentes en matière de réseau routier, d’électrification, d’éducation, entre autres.

L’intervention du numéro un gabonais entre dans le cadre du Conseil des ministres délocalisés, le troisième du genre, après Port-Gentil, Oyem, qui a lieu cette fois à Tchibanga et de la visite des différentes localités du pays pour s’imprégner, de près, des conditions de vie de la population.

Ici comme dans les deux précédentes villes, Ali Bongo a reconnu la pléthore de problèmes à résoudre et a promis d’y remédier.

« J’ai pleinement conscience des difficultés qui sont les vôtres et j’ai parfaitement connaissance de vos attentes en matière de réseau routier, d’électrification ou de développement agropastoral, ainsi que de décentralisation de l’Etat. Vous savez, la place qu’occupe la route en particulier et toutes les autres infrastructures en général », a déclaré le président Ali Bongo Ondimba.

Dès lors, le chef de l’Etat a précisé que « c’est autour de ces projets d’infrastructures et des équipements structurant que nous bâtiront le pays dit émergent que nous appelons de tous nos vœux ».

Il s’est ainsi engagé à œuvrer sans relâche à la satisfaction des infrastructures et d’équipements collectifs.

C’est à titre qu’il a relevé que « bientôt l’absence d’électricité ne sera plus qu’un mauvais souvenir pour les habitants de Tchibanga et de la Nyanga ».

En attendant le Conseil des ministres qui devrait annoncer de grandes décisions, l’on observe que cette délocalisation permet au numéro un gabonais et au gouvernement de la République de se rapprocher des populations et d’être à l’écoute des maux qui minent leur existence aux fins d’apporter des solutions progressives, mais adéquates.

Politique / Ali Bongo à Tchibanga: « l’absence d’électricité ne sera plus qu’un mauvais souvenir »



Libreville, 25 janvier (GABONEWS) – A son arrivée à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga (sud) dans le cadre d’un séjour de quatre jours, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, répondant aux allocutions du maire de la ville, Jérôme Kwenzi Mikala et du député Beni Ngouah Mbina, a reconnu que la province exprime de réelles attentes en matière de réseau routier, d’électrification, d’éducation, entre autres.

L’intervention du numéro un gabonais entre dans le cadre du Conseil des ministres délocalisés, le troisième du genre, après Port-Gentil, Oyem, qui a lieu cette fois à Tchibanga et de la visite des différentes localités du pays pour s’imprégner, de près, des conditions de vie de la population.

Ici comme dans les deux précédentes villes, Ali Bongo a reconnu la pléthore de problèmes à résoudre et a promis d’y remédier.

« J’ai pleinement conscience des difficultés qui sont les vôtres et j’ai parfaitement connaissance de vos attentes en matière de réseau routier, d’électrification ou de développement agropastoral, ainsi que de décentralisation de l’Etat. Vous savez, la place qu’occupe la route en particulier et toutes les autres infrastructures en général », a déclaré le président Ali Bongo Ondimba.

Dès lors, le chef de l’Etat a précisé que « c’est autour de ces projets d’infrastructures et des équipements structurant que nous bâtiront le pays dit émergent que nous appelons de tous nos vœux ».

Il s’est ainsi engagé à œuvrer sans relâche à la satisfaction des infrastructures et d’équipements collectifs.

C’est à titre qu’il a relevé que « bientôt l’absence d’électricité ne sera plus qu’un mauvais souvenir pour les habitants de Tchibanga et de la Nyanga ».

En attendant le Conseil des ministres qui devrait annoncer de grandes décisions, l’on observe que cette délocalisation permet au numéro un gabonais et au gouvernement de la République de se rapprocher des populations et d’être à l’écoute des maux qui minent leur existence aux fins d’apporter des solutions progressives, mais adéquates.

A quoi les Nynois peuvent-il attendre de ce conseil de ministre?

La mise en valeur des ressources minières de la Nyanga comme inscris dans le projet de société d'Ali Ben Bongo Odimba.

De plus la promesse d'une autoroute moderne reliant la capitale et Mayoumba.

La création d'un environnement commercial favorisant le développement de la pêche industrielle et de zones marines de plaisance.

La route qui est un autre pilier de son programme politique.

L'internet haute connexion aussi fait partie de son projet le Gabon des services.

La construction des stations d’eau potable et l'électricité à Mayoumba et à Tchibanga.

Le projet du port de Matoumba en eau profonde financé par un partenariat public-privé comprennant trois composantes, à savoir : le port et les services associés, une autoroute reliant la région de Nyanga à la mer et un pont sur la lagune banio menant au port.

L'exploitation et la transformation d'une partie du talc de la Nyanga qui est un minerai rare qui conduirait à la création des unités de peintures, caoutchouc, céramique, cosmétique et pharmacologie.

L'aménagement des circuits touristiques .

Une école supérieur agricole en vue de freiner l'exode rurale.

L' aménagement des parcs de la Moukalaba Doudou et parc de Mayoumba.

Les Nynois disent qu'ils ne peuvent pas voir leurs ressources exploitées comme du temps de la la coloniale sans que cela puissent participer au développement de leur région et du Gabon dans son ensemble.

Mes 10 propositions au Président Ali Bongo pour le prochain conseil des ministres.

Le prochain conseil des ministres se tiendra dans une province privée de tout.







  1. Pour que ce conseil des ministres ait un sens, une valeur ajoutée je souhaiterais que le service du protocole n’emmène aucun produit de Libreville, comme cela se faisait du temps du président Omar Bongo ou on transportait même la vaisselle de Libreville. Nous voulons que les achats soient directs auprès des commerçants gabonais à Tchibanga. C'est une bonne manière de faire profiter les commerçants et petits opérateurs qui se battent difficilement sur le terrain. Que la délégation soit logée dans les différents hôtels de la province.
  2. Que Monsieur le Président fasse une visite surprise dans les établissements scolaires de la capitale, il trouvera encore des écoles sans bancs, ni craies et ni manuels scolaires.
  3. Qu'une autre visite surprise soit effectuée à l’hôpital général pour juger du désastre des lieux, du manque des médicaments et des spécialistes. Des pauvres citoyens sont obligés d’être évacués vers l’hôpital de Lébamba ou certains malades meurent en route due au mauvais état de la route.
  4. Qu’un vrai programme contre la maladie du Sida soit élaboré lors de ce conseil de ministres, car cette maladie endeuille de jours en jours des familles gabonaises.
  5. Qu'une stratégie sur la sécurité à nos frontière soit discutée et proposée, Monsieur le Président pourra faire un tour éclair à la frontière pour voir qu'il n' y a peut être qu'un ou deux éléments de gendarmerie et que nos frontières sont devenues des passoires. Comment expliquer cela quand on sait qu'il y a tant de gradés à Libreville sans travail?
  6. Que le Président voyage en voiture de Libreville à Tchibanga pour se rendre compte des avancées des travaux de la route.
  7. Le lancement des travaux du port en eau profonde avec des débouchés sur l’arrière du pays. La première pierre de ce projet fut posée en 1984 par feuprésident Omar Bongo Ondimba. La première étude date de 1976.
  8. Au lieu de construire des logements que l’Etat construise d’abord des usines, comment allons nous payer ses logements si on a pas de travail? Une industrie dans chaque province.( je ne parle pas de scieries en bois).Une ou deux usines industrielles à Tchibanga résoudraient le problème du chômage dans la province car la population n’est pas nombreuse.
  9. Qu'un plan véritable développement économique et touristique soit élaboré pour la province car la Nyanga possède des atouts touristiques importants. Nous voulons des solutions pérennes au développement et non des effets d’annonce par exemple une agriculture industrialisée qui peut contribuer à lutter efficacement contre l’exode rurale.
  10. Vous allez vous rendre compte Monsieur le Président que l'ennui vous attrape facilement à Tchibanga un ou deux cybercafés et quand ça existe la connexion est trop lente, aucune activité culturelle, pas de musée, de parcs, les clubs de la capitale ne participent plus au championnat nationale.
Comme disent les punu "les paroles ne remplissent pas le panier" nous voulons de véritable programme de développement et non des actions sporadiques et mal contrôlées.

Je sais que vous auriez un programme très chargé , au lieu de critiquer j'ai choisi Monsieur le Président de vous faire part de ses propositions.

Nous ne voulons pas que vous vous éparpilliez mais nous voulons qu'un vrai cahier de charges de développement soit suivi et évalué.

Votre Père a fait la politique, vous faites l’économie.

Pour ma part je vous souhaite bonne arrivée à Tchibanga.

Cacao: Ngounié classée dernière

Grâces aux techniques modernes transmises aux planteurs, la filière café est passée de 142 500 plants occupant 95 ha, en 2007, à 1 095 240 plants occupant 730,16 ha, en 2010. L’année écoulée a permis une production totale de 226,2 tonnes de café. L’objectif étant d’atteindre une production de 1325,9 tonnes en 2014 sur une surface de 4548 ha.

Pour ce qui est du cacao, 650,1 tonnes ont été produites en 2010 sur une surface de 2040 ha. On a noté au cours de l’exposé de Mathias Otounga que la province du Woleu-Ntem a produit l’essentiel de ce tonnage, avec 589,5 t. Elle est suivie de l’Ogooué-Ivindo (35 t), l’Ogooué-Lolo (25 t) et la Ngounié (0,6 t). Les objectifs pour 2014 concernant la filière cacao sont de porter les surfaces cultivées à 5585 ha et la production à 1983 t.

Où trouve-t-on les champs?

Actuellement, la délégation provinciale de la CAISATAB, l’un des plus actives sur le terrain pour la promotion globale de l’agriculture, gère 5 hectares à Sindara et 10 à Mandilou, pour le compte des plantations expérimentales.

Aussi, ce sont 7 et 2 hectares de café, respectivement à Moalo et à Mokabo (Mouila) et un hectare de cacaoyers qui devront régulièrement être entretenus par les soins de la CAISATAB dans la région.

Outre ces quelques missions, la délégation provinciale de la Ngounié, comme toutes les autres délégations, ont le devoir d’aider la population (planteurs) désireuse de se lancer dans la production agricole en leur fournissant des plants sélectionnées et en leur assurant le suivie sur le terrain.

Ce matériel vient donc renforcer l’existant et permettra aux agents de cette province de travailler dans des conditions optimales de rentabilité.

Le prix des produits?

-Le prix du kilogramme de café est passé de 400 à 450 FCFA
-Le prix du kilogramme cacao est désormais à 650 au lieu de 600 FCFA.

Qui contacter?

La délégation provinciale de la CAISATAB.

A cheval
Se dit d'une position à la fois à la vente et à l'achat sur une même valeur.
AEX
Amsterdam Exchange Index. Indice des 25 plus fortes capitalisations de la bourse d'Amsterdam aux Pays Bas.
A cours limité
c'est le nom de l'ordre de bourse le plus utilisé. Dans ce type l'ordre, l'investisseur fixe précisément son cours d'achat ou de vente. Si on passe un ordre d'achat à cours limité 15 euros, l'action ne sera pas achetée à plus de 15 euros. Avec cet ordre on maîtrise très précisément son prix.
Agence de notation
entreprise dont le métier est de "noter" les autres entreprises, collectivités, Etats, etc. La notation porte notamment sur la solvabilité de ces entités. Plus la solvabilité d'une entreprise est bonne, mieux elle peut emprunter, une bonne notation est donc importante. Moody's ou Standard & Poor's sont les plus célèbres agences de notation.
A la monnaie (at the money)
Se dit d'un warrant (ou d'une option) dont le prix d'exercice est voisin du cours du sous-jacent. Dans ce cas, le warrant (ou l'option) a une valeur intrinsèque nulle ou proche de zéro.
Agiotage
spéculation boursière frauduleuse souvent liée à la manipulation de cours.
A l'américaine
se dit d'une option ou d'un warrant qui peut s'exercer à tout moment jusqu'a sa date d'échéance.
Agrément AMF
Autorisation accordée par l'Autorité des Marchés Financiers à certaines opérations financières telles que les introductions ou les OPA...
A l'européenne
Se dit d'un warrant qui s'exerce uniquement à sa date d'échéance.
Ajustement de cours
lorsqu'une opération financière est réalisée sur une action (division du nominal par exemple), le cours des actions s'ajuste pour tenir compte de cette opération.
A.D.P
Action à Dividende Prioritaire. Très peu utilisée. Il s'agit en fait d'actions dépourvues de droit de vote, qui ont droit en contrepartie à un dividende supérieur aux actions classiques. En cas de liquidation judiciaire, les propriétaires d'A.D.P. sont remboursés avant les propriétaires d'actions classiques. L' A.D.P. permet aux sociétés de profiter des avantages des augmentations de capital (rentrée de cash), sans les inconvénients (perte de contrôle de l'actionnariat d'origine).
AK
abréviation fréquemment rencontrée sur Internet et qui désigne une « augmentation de capital ».
A/R
Aller / Retour. Vous faites un allez retour quand vous achetez et revendez une valeur dans la même semaine, voire le même jour. C'est une stratégie de court terme.
Alléger
vendre une partie des actions que l'on détient.
AAA
notation financière la plus élevée pour une entreprise ou un état. Cette note, délivrée par les agences de notation financière permet de juger de la solvabilité de l'agent économique concerné.
Aller / retour
se dit d'une opération rapide d'achat et de vente sur une valeur, au cours de la même journée ou en quelques minutes d'intervalle seulement.
Abandon
Décision de l'acheteur du contrat d'option de ne pas exercer son option à la date d'expiration du contrat.
Allocation de titres
Décision qui consiste à décider de la part de chaque titre dans la composition d'un portefeuille de produits financiers.
Abattement Fiscal
C'est un crédit d'impôt (exonération) accordé aux investisseurs sur les bénéfices résultant d'opérations boursières. Il y a notamment un abattement fiscal sur les revenus de dividendes d'actions.
Alpha
cette grandeur mathématique désigne la performance d'un titre comparé au marché.
ABS
Asset Backed Security. Ce sont des titres adossés à des prêts regroupés sous la forme d'un pool.
Alternext
compartiment du marché boursier Euronext, dédié aux PME. Ce marché leur permet de s'introduire facilement en bourse avec des contraintes et des coûts réduits.
ABS (2)
Abus de Biens Sociaux. C'est le fait de faire usage des biens, du crédit d'une société ou des pouvoirs possédés par les dirigeants à des fins personnelles et contraires aux intérêts de la société.
AMEX
Désigne l'American stock exchange. C'est le marché boursier américain qui constitue l'antichambre du NYSE.
ABSA
Action à Bon de Souscription d'Action.
AMF
Autorité des Marchés Financiers. Organisme de tutelle de la bourse de Paris qui assure la sécurité de l'épargne et réglemente les marchés. Cet organisme a remplacé la COB et d'autres organismes de contrôle boursier en 2004.
Abseane
Action à bons de souscription et/ou d'acquisition d'actions nouvelles ou existantes. Ce type d'action donne la possibilité d'acheter des titres à un cours déterminé lors de l'émission, souvent dans des conditions avantageuses.
Amorçage
c'est le capital investi à l'origine d'une société pour son lancement. On parle de fonds d'amorçage.
ABSO
Action à Bon de Souscription d'Obligation.
Amortissement
cette notion comptable permet de prendre en compte dans un bilan l'usure et la vétusté des matériels, locaux, usines, etc. Les actifs qui ont vocation à être amortis ne sont pas comptabilisés en charge par la société pour leur intégralité mais cette déduction est effectuée sur une durée variable en fonction de l'actif concerné.
Absolute player
Société dont l'essentiel de l'activité est liée à Internet et qui ne possède donc pas de stock, d'entrepôt ou d'usine. Ainsi, Google ou Yahoo peuvent être qualifiés d'Absolute players.
ANAF
Association Nationale des Actionnaires de France : association qui permet aux actionnaires minoritaires à défendre leurs intérêts.
Accords de Bâle 2
Signés en 2004 par les gouverneurs des banques centrales, ils sont entrés en vigueur le 1er janvier 2008. Ces accords fixent une réglementation bancaire imposant des normes prudentielles afin de limiter les risques de faillites bancaires. Ils ont permis la mise en place de ratios, comme le ratio McDonough destiné à remplacer celui de Cooke, qui limite le montant des prêts accordés par un établissement bancaire en fonction du niveau des capitaux propres.
Analyse Fondamentale (ou financière)
Analyse boursière fondée sur des paramètres politiques, économiques et financiers. Est également appelée analyse financière. Elle se base notamment sur l'étude des bilans et des comptes de résultat de l'entreprise.
Accumulation Swing Index
indicateur d'analyse technique permettant de faire du suivi de tendances.
Analyse quantitative
Gestion de portefeuille utilisant des modèles économiques d'allocation d'actifs et de gestion de portefeuille. La sélection des valeurs découle des résultats obtenus grâce au modèle et non de choix personnels du gestionnaire. Le gestionnaire vérifie la cohérence des résultats obtenus et la validité des données entrées dans le modèle.
Accumuler
acheter des actions en plusieurs fois d'une même société, en augmentant sa position au fur et à mesure.
Analyse technique (ou chartiste)
C'est l'ensemble des méthodes graphiques et mathématiques utilisées pour anticiper l'évolution des marchés financiers. Analyse historique de l'évolution du cours d'une valeur mobilière ou d'un indice qui s'appuie sur l'observation de graphiques et sur la reconnaissance de figures ayant tendance à se répéter au fil du temps.
Achat à découvert
achat sur le marché SRD sans avoir les fonds pour régler comptant. Le règlement et la livraison des titres n'ont lieu qu'en fin de mois. Une couverture en espèces ou en titres est néanmoins exigée. Toute position initiée peut être dénouée au plus tard le jour de liquidation. Si le prix de vente est supérieur (inférieur) au prix d'achat, l'initiateur de l'opération est crédité (débité) en fin de mois. On peut aussi faire reporter la position.
ANR
voir Actif Net Réévalué
Acheté/Vendu
Cette technique boursière est une méthode d'optimisation fiscale. Elle permet de matérialiser des moins-values latentes en fin d'année afin de diminuer sa facture fiscale sur les plus-values. Elle consiste à vendre les titres sur lesquels vous perdez de l'argent et à les racheter le lendemain. Ainsi, votre portefeuille n'est pas modifié mais aux yeux du fisc vous avez matérialisé une moins value qui viendra en déduction de vos plus-values pour la détermination de votre impôt.
APE
Le code APE (Activité Principale Exercée) est attribué par l'INSEE à toutes les sociétés et désigne leur activité principale.
Acompte sur dividende
parfois, les sociétés versent leur dividende en plusieurs fois et notamment font un premier versement partiel du dividende sous forme d'acompte en anticipant ainsi le dividende futur. Dans le cas d'un versement fractionné du dividende, les sociétés le versent en 2 ou 3 acomptes au maximum.
Appel de couverture
Montant requis pour couvrir les risques liés aux positions vendeur en option ; ce montant est versé par l'intermédiaire adhérant auprès de la chambre de compensation et par le client donneur d'ordres auprès de son intermédiaire.
Actif amortissable
se dit d'un actif d'une entreprise qui permet de la valeur au fil du temps (cas d'une machine-outil par exemple).
Appel de marge
Les résultats de toute position sur les produits dérivés (marché des options par exemple) sont concrétisés immédiatement, au jour le jour par le mécanisme des appels de marge. Cet appel peut être négatif ou positif. Dans un cas, l'opérateur doit payer cash la variation défavorable de la valeur de sa position du jour. Dans l'autre cas, le montant de l'amélioration de sa position lui est crédité.
Actif circulant
terme comptable désignant une catégorie d'actifs d'une entreprise qui ont vocation à ne pas rester durablement en son sein : créances clients, stocks, disponibilités, etc.
Appel de marge (margin call)
(=margin call) demande de la part du courtier d'ajout de fonds ou de garanties utilisés pour couvrir l'exposition à une position ouverte perdante.
Actif corporel
ce terme utilisé en comptabilité désigne les actifs d'une société qui ont une existence physique comme par exemple des stocks de matériel ou du mobilier.
Application
Cession entre deux grands investisseurs d'un paquet de titres qui peut s'effectuer en dehors du marché mais dans la fourchette des cours cotés en bourse le jour de la transaction. Il s'agit de l'application d'un ordre d'achat à un ordre de vente, les deux ayant été mis en harmonie au préalable.
Actif immobilisé
à la différence de l'actif circulant, ces actifs sont des biens durables de l'entreprise : immobilier par exemple.
Apport en numéraire
C'est l'apport en liquidités de plusieurs investisseurs lors de la création ou du développement d'une entreprise. Dans le deuxième cas, l'apport en numéraire constitue une augmentation de capital.
Actif incorporel
à la différence des actifs corporels, cette classe d'actif n'a pas d'existence physique. Exemples : brevets, marques, etc.
Arbitrage
Achat et vente simultané d'un même actif sur deux marchés différents afin de profiter d'un décalage momentané de cotation. Un arbitrage peut être également réalisé par l'achat d'un actif simultanément à la vente d'un autre actif fortement corrélé afin de profiter d'un décalage momentané de la corrélation entre les deux actifs.
Actif Net Comptable (ANC)
Valeur comptable de la société, bien différente de sa valeur réelle. On calcule l'ANC en retranchant de l'actif d'une entreprise, l'ensemble des dettes.
Arbitrage
Vendre une action pour en acheter une autre avec un potentiel de plus-value logiquement plus élevé. Cela désigne la mise en place d'une stratégie d'achats sur un marché contre des ventes équivalentes sur un marché qui lui est très lié. Cette stratégie repose sur la relation entre les prix jugée anormale sur les deux marchés.
Actif Net par Action
valeur de l'actif net divisé par le nombre d'actions de la société.
Arrêté de comptes
C'est la date à laquelle la comptabilité des sociétés clôturent leurs comptent annuellement, le plus souvent le 31 Décembre.
Actif Net Réévalué
Diffère sensiblement de l'actif net comptable. L'actif net réévalué tient compte des plus-values potentielles (immeubles, participations, ...). Il ne se base pas sur une valeur comptable, comme l'ANC, mais sur une valeur réelle.
Ask
Désigne la demande, c'est à dire le nombre de titres que les investisseurs souhaitent acheter. (l'offre se dit "bid").
Actif réalisable
si un actif de la société est cessible facilement et si sa durée de détention est inférieure à un an, ont dit alors qu'il est réalisable.
Ask (demande)
Prix auquel il est possible d'acheter un actif.
Actif sans risque
Actif ne présentant pas de risque de non-remboursement, à la rentabilité garantie. Il s'agit par exemple des emprunts d'Etat à long terme.
Assemblée Générale Mixte
Réunion comprenant une assemblée générale ordinaire suivie d'une assemblée générale extraordinaire.
Actif sous-jacent / Actif Support
Actif (action, obligation, indice boursier... ) pouvant être acheté (dans le cas d'une option d'achat) ou vendu (dans le cas d'une option de vente) par le détenteur qui exerce son option. Il indique le produit financier sur lequel porte le produit dérivé (option, warrant, tracker, etc.) Si on parle d'un warrant sur le CAC 40, alors ont dit que l'indice CAC 40 est l'actif sous-jacent.
Assemblée Générale Ordinaire
Réunion annuelle des actionnaires d'une entreprise, leur permettant d'approuver des décisions d'ordres générales comme les comptes.
Action
titre de propriété représentant une fraction du capital d'une entreprise et donnant à son porteur droit de vote aux assemblées, droit aux bénéfices et droit à l'information.
Asset management
dans la langue de Molière, ce terme anglo-saxon désigne simplement la gestion d'actifs (SICAV, fonds d'investissement, etc.).
Action à dividende prioritaire
ce type d'action verse un dividende supérieur à une action ordinaire à son détenteur, par contre elle n'offre pas de droit de vote.
Assiette
C'est la base sur laquelle l'impôt sera calculé. L'assiette n'est pas équivalente au total des revenus, car diverses exonérations peuvent l'abaisser.
Action à droit de vote double
ce type d'action détient 2 droits de vote au lieu d'un seul. En contrepartie l'actionnaire s'est engagé à conserver le titre plus longtemps, il est donc récompensé pour sa fidélité.
Assurance-vie
ce placement très prisé des Français est une enveloppe fiscale qui permet une certaine défiscalisation de ses placements. Elle vise notamment à se constituer un capital pour la retraite et facilite la transmission à des enfants.
Action au porteur
c'est le nom de l'action classique. On lui oppose l'action au nominatif (rare).
ASX
Australian Securities Exchange . C'est la principale bourse australienne.
Action gratuite
actions données gratuitement aux actionnaires dans le cadre d'opérations financières menées par une société. Les actions gratuites ne modifient pas la richesse de l'actionnaire car les autres actions baissent d'autant pour refléter cette distribution. Généralement cette distribution a pour but d'améliorer la liquidité du titre.
Attribution gratuite
Ce terme s'utilise en général pour la distribution d'actions gratuites aux actionnaires.
Action nantie
Titre dont la cession ne peut intervenir qu'avec l'autorisation de la personne qui détient le nantissement. Ce type d'action peut ainsi garantir un prêt.
ATX
Austrian Traded Index. Indice autrichien qui regroupe 22 valeurs de la bourse de Vienne.
Action nominative
Action inscrite dans le livres de la société, qui connaît ainsi l'identité exacte du détenteur de l'action.
Audit
Procédure de vérification des comptes d’une société ou de l’un de ses services afin de s’assurer qu’ils ont correctement été établis.
Action nouvelle
se dit des actions crées lors d'une augmentation de capital.
Augmentation de capital
Moyen de financement des entreprises afin notamment de favoriser leur croissance. Les augmentations de capital des sociétés cotées sont le plus souvent ouvertes à tous les investisseurs.
Action reflet (ou traçante)
ce type d'action ne prend pas la valeur de l'ensemble d'une entreprise ou d'un groupe, mais uniquement d'une division de cette entreprise. Cela a été utilisé par certaines multinationales pour coter certaines de leurs filiales importantes.
Augmentation de capital réservée
L'augmentation de capital est ici réservée à une catégorie particulière d'actionnaires, ou à un investisseur ou un pool d'investisseurs particuliers. Ce type d'opérations s'explique le plus souvent par une volonté de contrôler strictement le capital d'une société.
Actionnaire
se dit d'une personne qui possède des actions d'une société.
Autocontrôle
Situation dans laquelle une société est directement ou indirectement son propre actionnaire. Depuis juillet 1991, les actions ainsi détenues n'ont plus de droit de vote aux assemblées.
Actionnaire de référence
se dit d'actionnaires qui détiennent une fraction importante du capital d'une société leur permettant ainsi d'avoir un certain poids dans les décisions.
Autodétention
Désigne le fait pour une société de détenir ses propres actions, dans le but de les supprimer ou de les distribuer aux salariés. Elles peuvent également servir à alimenter un plan de stock options.
Actionnaire minoritaire
désigne les petits actionnaires particuliers dont la voix ne pèse pas lourd compte tenu de l'infime fraction du capital qu'ils détiennent.
Autorité de marché
l'AMF joue ce rôle en France, c'est-à-dire l'organisme qui surveille et contrôle le bon fonctionnement des marchés financiers et de ses acteurs.
Actions auto-contrôlées ou auto-détenues
ce sont les titres que détient une société directement (auto détenues) ou par le biais d'une filiale (autocontrôle) de son propre capital.
Autorité de régulation
organisme chargé de surveiller et d'administrer un secteur, un marché, etc.
Actuaire
c'est une personne dont le métier consiste en l'évaluation de nombreux domaines de la finance de l'économie (taux d'intérêts, risques dans le cadre des assurances, etc.)
Autorité des marchés financiers
représenté par l'acronyme AMF. Voir la définition de "AMF" sur cette page.
Actuariel (taux)
taux réel d'un placement en obligations.
Average True Range
indicateur techniques qui permet de mesurer la pression exercée par les vendeurs et des acheteurs sur une action ou un marché.
ADAM
Association de Défense des Actionnaires Minoritaires.
Avertissement sur les résultats
("profit warning" en anglais) : désigne le fait par une entreprise, d'avertir le marché qu'elle n'atteindra pas ses objectifs ou qu'elle fera des pertes importantes. Cela entraîne souvent une très forte chute du cours.
Administrateur
membre du conseil d'administration d'une société.
Avis d'opéré
A chaque opération (achat, vente) que vous effectuez sur des valeurs mobilières, vous recevez quelques jours plus tard un avis d'opéré qui récapitule l'ensemble des caractéristiques de l'ordre qui a été exécuté. En cas de réclamation, vous avez le plus souvent 30 jours pour faire valoir vos droits.
ADR
"american deposit receipt" dans la langue de shakespeare. Nom données aux actions émises aux Etats-Unis par les sociétés étrangères qui désirent s'y faire coter.
Avoir fiscal
L'actionnaire a le droit aux bénéfices de la société. Ces bénéfices sont reversés sous forme de dividende. L'actionnaire perçoit donc des dividendes qu'il devra déclarer comme tout autre revenu. Mais afin d'éviter une double imposition sur ces bénéfices (taxation au niveau de la société par l'impôt sur les sociétés et au niveau de l'actionnaire par l'impôt sur le revenu) le fisc a décidé d'adjoindre à chaque dividende d'origine française un avoir fiscal qui permet de diminuer la pression fiscale.

Au Gabon, la moindre goutte de pétrole compte

Ali Bongo Ondimba (à g.) et le PDG de Shell Gabon Adrian Drewett (au c.) à Koula, le 10 décembre. Ali Bongo Ondimba (à g.) et le PDG de Shell Gabon Adrian Drewett (au c.) à Koula, le 10 décembre. © Kalembe/Presse présidentielle

Les autorités gabonaises parient sur la mise en valeur des champs marginaux – mais aussi sur d’éventuelles découvertes offshore – pour retrouver le niveau de production pétrolière d’antan.

À Koula, petit village du département de Ndolou (province de Ngounié, dans le sud du Gabon), ce vendredi 10 décembre est un grand jour. Après plusieurs reports, l’inauguration officielle par Ali Bongo Ondimba d’un nouveau champ pétrolier a finalement lieu. Dans les rangs des salariés du site flambant neuf opéré par Shell Gabon, Sinopec et Addax Petroleum Gabon (filiale à 100 % de Sinopec), on se félicite de la venue du président et d’une partie du gouvernement. Du côté des autorités, on affirme que le déplacement du chef de l’État pour inaugurer un champ dont les réserves sont pourtant assez modestes (41 millions de barils récupérables sur 80 millions) est une preuve de son soutien aux acteurs d’une industrie vitale pour l’économie du pays.

Maintenir la production

Il faut dire que la production pétrolière du Gabon stagne depuis quelques années. De 371 000 barils par jour (b/j) en 1997, elle a progressivement baissé pour s’établir à 243 000 b/j en 2007. Depuis, elle tourne autour de 250 000 b/j, selon les statistiques officielles. À défaut d’une découverte majeure qui permettrait de relancer significativement le secteur, les mots d’ordre du secteur pétrolier gabonais restent pour l’heure la mise en valeur des champs marginaux et l’utilisation de nouvelles technologies pour accroître la production des champs matures.

« Nous avons initié une politique fiscale particulièrement incitative en direction des entreprises juniors pour favoriser le développement des champs marginaux. Et c’est cette politique qui nous permet aujourd’hui de maintenir le niveau de la production. Car, parfois, les majors se désintéressent de ces champs qu’elles estiment peu rentables », explique Julien Nkoghé Békalé, le ministre gabonais des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures.

Le développement de petits gisements est donc plus que bienvenu pour le Gabon, autrefois troisième producteur d’Afrique subsaharienne, et aujourd’hui sixième. « Des pays comme le Nigeria demeurent des puissances pétrolières parce qu’ils mettent en valeur tous les gisements, aussi petits soient-ils », affirme un cadre de Sinopec. S’il tient ses promesses et si les autres champs en exploitation dans le pays maintiennent leur niveau de production, Koula (25 000 b/j à terme), qui a nécessité un investissement de plus de 250 millions de dollars sur cinq ans (plus de 190 millions d’euros), permettrait au Gabon d’accroître l’ensemble de sa production quotidienne d’environ 10 %.

Shell et Total très actifs

À quelques kilomètres de ce nouveau champ, un autre « petit gisement, à Damier, de 3 millions à 4 millions de barils, pourrait également entrer en production dans les cinq prochaines années », affirme Francis Shaw, directeur technique de Shell Gabon. Le groupe anglo-néerlandais, deuxième opérateur du pays avec une production journalière de 65 000 b/j, entend ainsi redevenir le numéro un, devant Total Gabon (environ 71 000 b/j).

Le Gabon entend donc optimiser la production des gisements déjà mis au jour. Et si la dernière découverte majeure dans le pays a été réalisée en terre par Shell Gabon en 1985 (le champ de Rabi-Kounga, avec plus de 1,2 milliard de barils), les autorités espèrent que la prochaine se fera en eau profonde et très profonde. « D’ici à fin 2011, il y aura certainement les premiers forages sur les blocs BC9 et BCD10 de Shell et sur le permis Diaba de Total », avance un ingénieur de la direction générale des Hydrocarbures. Les deux opérateurs ont annoncé d’importants investissements pour accroître les réserves du pays. En juillet, le français Total a ainsi indiqué qu’il allait débourser 1,4 milliard d’euros pour pérenniser ses installations et accéder à de nouvelles ressources sur le champ d’Anguille (offshore), situé au large de Port-Gentil.

Cap sur l'offshore

Par ailleurs, un appel d’offres a été lancé début 2010 pour la vente de 42 blocs du domaine pétrolier sous-marin, avant d’être finalement annulé au profit d’un marché de gré à gré. Au gouvernement, on parle de « changement de stratégie ». Selon Julien Nkoghé Békalé, « l’exploration en mer profonde et très profonde demande de grands investissements, avec un niveau de risque élevé. Nous avons souhaité discuter directement avec les sociétés intéressées pour qu’elles apprécient librement ces risques avant de s’engager ».

Mais certains observateurs du secteur affirment que le Gabon a dû faire machine arrière parce que les opérateurs seraient plutôt attirés par les gisements déjà découverts, notamment au large de la côte ouest-africaine. Cette analyse est contestée par un géophysicien gabonais pour qui « la géologie de l’offshore profond et très profond du Gabon présente les mêmes caractéristiques que celle de la Guinée équatoriale. Conséquence : les chances d’une importante découverte sont grandes ». Le pays de Teodoro Obiang Nguema, avec près de 350 000 barils produits quotidiennement, est en effet devenu le quatrième producteur d’or noir en Afrique subsaharienne, devant le Gabon et derrière le Nigeria, l’Angola et le Soudan, grâce à ses gisements sous-marins.

De sources officielles, outre Total et Shell, plusieurs autres majors, parmi lesquelles Petrobras, Statoil, Exxon Mobil et Chevron, ont également manifesté leur intérêt pour les blocs offshore gabonais. D’ailleurs, « trois blocs en mer profonde baptisés “Gryphon” ont déjà trouvé preneurs et le contrat d’exploration et de partage de production ne devrait pas tarder à être signé », affirme Alilat Antseleve-Oyima, responsable de la direction des hydrocarbures, qui ne souhaite toutefois pas communiquer les noms des acquéreurs.

Autre argument avancé pour expliquer le « changement de stratégie » dans le processus de cession des blocs d’exploration sous-marins : le code minier en cours d’élaboration. « Nous ne pouvons pas faire appel aux investisseurs sans leur fournir les contours exacts du cadre dans lequel ils vont exercer leurs activités », explique le ministre Julien Nkoghé Békalé. Le code minier actuellement en vigueur a été élaboré en 1962 et ne régit que les activités d’exploration et de production en onshore et en offshore conventionnel. Le nouveau devrait notamment prendre en compte l’offshore­ non conventionnel.


Source: Jeune Afrique