Si on parlait économie?

Nous avons décidé de mettre sur pied un livre blanc pour le développement de notre région dans les 20 prochaines années, pour l'heure il est question d’examiner les avis des uns et des autres , de piocher ce qui est bien chez les uns et les autres, nous commencerons par le projet de société de Bruno Ben Moubamba.

La région est pauvre pourtant elle a des atouts économiques, intellectuels et culturels. La Ngounié et La Nyanga font partie des provinces les plus pauvres, meurtris, démunis avec une démographie d'à peine 100 000 personnes quel développement pouvons nous espérer?

Voici les extraits du projet de notre frère Bajag Ben Bruno Moubamba.

Développement social
Le développement social concerne le cadre d’activités qui permettent d’améliorer les conditions de vie des personnes à des niveaux supérieurs. Une des conditions qui accablent de nombreux Gabonais est le logement social. Les Gabonaises et les Gabonais vivent dans des maquis : des quartiers difficilement accessibles, pas du tout urbanisés et soumis à des conditions d’intempéries difficiles. Il est évident que le développement du logement social et l’urbanisation des cités est une des premières priorités du projet politique.

Développement économique
Le développement régional empêche le dépeuplement rural, préserve les paysages et protège la future industrie, le tourisme par l’écotourisme. Contrôler les déficits du gouvernement et l’inflation en empruntant sagement sur le marché international, en remboursant les dettes dans un délai raisonnable et en agissant en prévision de nouveaux défis comme la gestion intégrée de l’environnement. Mais le clou de la stratégie est de créer un fonds durable pour les générations à venir avec en grande partie les revenus du pétrole et de certaines matières premières dans des programmes visant à l’amélioration de la croissance et les revenus en régions. Ces programmes doivent comprendre des politiques de planification familiale très strictes, des techniques de multiplication de la banane et du manioc, des projets d’irrigation rurale et d’alphabétisation des adultes. Le Gabon doit s’adapter au nouvel ordre mondial en diversifiant son économie, en développant des infrastructures énergétiques et en faisant du développement durable l’un des objectifs fondamentaux du développement économique du Gabon.

Développement régional
C’est une priorité, avec un accent sur le retour des jeunes gabonais dans leur terroir. Le Gabon va promouvoir les investissements sur tout son territoire, dans toutes les régions, et renforcer la confiance des investisseurs. Les lacunes flagrantes sur le plan des infrastructures constituent l’un des grands obstacles au développement du Gabon. Utiliser des règles principales que le développement durable impose à ses partenaires en ce qui concerne la construction, l’entretien réel routier par exemple, et le développement des infrastructures dans les régions en offrant un environnement de travail stimulant tout en respectant le citoyen. Seront fixées des règles de base à imposer de manière durable à nos partenaires en ce qui concerne la construction et l’entretien réel routier ou le développement des infrastructures dans les régions en offrant un environnement de travail stimulant tout en respectant le citoyen. Ces règles permettront d'attirer des investissements, notamment dans le cadre des programmes de développement d'infrastructure du NEPAD.


L’Agriculture
Elle devra être développée en vue d’une souveraineté alimentaire du Gabon à 10 ans. La part de l’Afrique subsaharienne est passée dans les échanges commerciaux de 2% à 1,6% entre 1990 et 2004. Ce qui est mince et négligeable dans le marché mondial. Le Gabon, pays à faible population active, devra se diriger vers une agriculture forte, avec l’assistance technique et des subventions des pouvoirs publics. Ceci implique la mise en place d’une véritable économie agricole, de formations agraires par des organismes de financement spécialisés du secteur.
Elle devra être développée en vue d’une souveraineté alimentaire du Gabon à 10 ans. La part de l’Afrique subsaharienne est passée dans les échanges commerciaux de 2% à 1,6% entre 1990 et 2004. Ce qui est mince et négligeable dans le marché mondial.
Le Gabon, pays à faible population active, devra se diriger vers une agriculture forte, avec
de son agriculture de subsistance pour se poser en véritable opérateur économique ; outre les cultures déjà
explorées, les agriculteurs modernes pourraient se diriger vers :
- La filière avicole ;
- La pêche industrielle ;
- L’agriculture maraîchère urbaine et périurbaine ;

La Culture et le Sport
Il convient de renforcer l’action culturelle en appuyant les artistes pour qu’ils puissent rayonner à travers le monde et diffuser la spécificité gabonaise : renforcer l’apprentissage des langues gabonaises pour l’épanouissement de notre Nation et de l’Unité Nationale pour la solidarité entre les groupes. La Culture et le Sport constituent en particulier des instruments de promotion sociale individuelle et collective. Ils sont l’une des expressions de cohésion sociale et de promotion les plus puissantes d’un pays. Ils mobilisen le dynamisme de la jeunesse.
La diffusion de la culture et des évènements sportifs entraîne inexorablement un engouement touristique pour le pays ; il convient de créer les différentes structures de renforcement de l’expression culturelle et sportive (Musées, sites historiques, parc à thèmes, salles de spectacles, palais omnisports, salles et centres d’entraînement sportifs, écoles de formation techniques aux métiers de la culture et/ ou du sport). Une politique de la culture et du sport avisée passe par deux centres d’intérêt : l’éducation et les infrastructures. La détection des talents devra s’effectuer dès le plus jeune âge, en protégeant les droits des jeunes et de leurs parents. C’est pourquoi les organismes publics en charge de la culture et du sport devront synchroniser leurs programmes avec ceux de l’éducation nationale. Un effort d’investissements public ainsi que la mise en place de partenariats publics / privés devront également être mis en place pour édifier des infrastructures culturelles et/ou sportives départementales, cantonales, municipales et même villageoises. Il sera impératif d’associer les opérateurs économiques aux politiques de la culture et du sport pour encourager le mécénat et le sponsoring.

Les affaires sociales
Créer des programmes de soutien aux personnes les plus nécessiteuses, les malades, les personnes handicapées et les aînés. Lutter contre la discrimination et la pauvreté. L’accès aux services sociaux tels que l’éducation et la santé est une priorité ainsi que la possibilité pour les ménages d’un logement salubre et sécurisé. Les conditions d’habitat constituent un des indicateurs non financiers de la pauvreté des populations. L’accès à l’eau potable reste préoccupant avec des conséquences graves sur la santé de la population. 66% de la population à accès à l'eau potable: dont 38% directement dans le logement, 21% auprès d'un voisins et 7% à la borne fontaine. Les variations régionales sont cependant très marquées. Quand 80% des ménages de l’Estuaire et 53% de ceux de l’Ogooué Maritime ont accès à l’eau potable, dans les provinces de la Nyanga et de la Ngounié, ces taux se situent à 20%. De la même façon, dans les provinces de l’Ogooué Lolo, du Woleu Ntem,de l’Ogooué Ivindo et de la Ngounié, trois ménages sur cinq s’approvisionnent dans les rivières et les lacs ou les fleuves. 60% des ménages utilisent l’électricité au Gabon.

EN RÉSUMÉ
Diversification des sources de la croissance ; redéfinir le rôle de l’État ; établir les bases de la bonne gouvernance démocratique ; réduire le chômage en développant le secteur privé et en améliorant l’efficacité du système éducatif ; augmenter les revenus des producteurs ruraux ; améliorer la santé fondamentale et l’efficacité du système sanitaire par des politiques de prévention, par la disponibilité et le coût de médicaments abordables ; améliorer l’environnement urbain par les opérations de voirie et d’assainissement ; réorienter les
volets de sécurité et les politiques d’insertion ; et procéder à l’établissement d’un système statistique fiable, permettant de recenser la population, de prévoir et de calculer le taux de croissance, le taux de chômage, l'inflation et bien d'autres éléments.

Son projet vous séduit il? Est-il ambitieux, percutant et réaliste?

No comments :

Post a Comment