Conte : Boukandou du panier (Français et Punu)


Boukandou du panier au village de la tribu des Fumu Tsi Mbatsi était une jeune femme paresseuse qui grandissait avec ce vilain défaut qu’est la paresse. Elle n’aimait pas aller en brousse mais aimait par contre manger et se pavaner dans tout le village. Son père et sa mère lui disaient souvent qu’une femme n’est pas paresseuse mais elle ne voulait rien entendre à ce sujet et personne ne pouvait lui faire changer d’avis. Quand sa maman allait en brousse elle disait à Boukandou : ma fille je vais en brousse mais je voudrais qu’à mon absence, tu prennes le pressoir à canne à sucre afin de presser les cannes à sucre que j’ai ramenées hier de la plantation. Après le départ de sa mère en brousse, Boukandou ignorait complètement les taches que lui avait confiées sa mère. Après avoir mangé elle ne prenait pas la peine de faire la vaisselle. Son père et sa mère lui disaient souvent ceci : Boukandou notre fille adorée, quand nous ne serions plus de ce monde que deviendras-tu ? Je ferais moi-même mes plantations répondait Boukandou à ses parents. Nous sommes encore vivants et tu refuses d’allé en brousse pour que je t’apprenne à planter, désherber et tous ce qui te sera très utiles plus tard. Ma fille tu ne t’en prendras qu’à toi-même disait la maman de Boukandou à sa fille.
Après des années écroulées les parents de Boukandou quittèrent le monde visible pour l’invisible. Comprenez la provenance du nom (Boukandou du panier) dans ce qui suit.


Papa et maman ne sont plus là comment vais-je faire pour me nourrir toute seule sans parent dans le village, s’interrogeait Boukandou. Soudainement elle eut une idée de paresseuse, elle prit l’un des paniers de sa mère avec une machette à l’intérieur. Quand les autres membres du village se dirigeaient vers la brousse Boukandou faisait le contraire. Elle connaissait l'heure exacte que les autres villageois revenaient de la brousse, de la plantation, de la pêche et de la chasse. Quand les autres allaient et revenaient de la brousse Boukandou était dans sa maison, elle portait son panier 30 minutes après l’arrivée des autres de la brousse. Elle se dirigea chez l’une de ses amies avec l’attitude d’une femme qui revenait de la plantation très épuisée. D’où viens-tu très épuisé avec ton panier, disait son amie à Boukandou ? Je reviens de la plantation, j’ai travaillé toute la journée et j’ai même oublié de fouiller quelques tubercules en rentrant. Je n’ai rien à manger ce soir. Attends un moment j’ai apporté des tubercules de ma plantation aujourd’hui et J’ai préparé des silures dans le niembwè, je vais te donner ta part. Après cela Boukandou retourna chez elle avec sa nourriture dans le panier.
Le jour suivant elle prit son panier toujours avec une machette à l’intérieur et répéta le même scénario chez une autre amie. Boukandou était très rusée, elle allait chez ses amis aux heures auxquels les autres membres du village revenaient de la brousse afin qu’on pense qu’elle y revenait aussi. Arrivée chez son amie elle lui dit bonsoir et demanda de l’eau à boire. J’ai très soif s’il te plaît donnes moi de l’eau à boire, disait Boukandou à son amie. Mais décharges toi d’abord de ton panier et assieds-toi sur ce tabouret tu es chez toi ici, je t’apporte de l’eau disait son amie à Boukandou. Après avoir bue de l’eau elle dit à son amie, j’ai passé toute la journée aux sarclages et c’est maintenant que je rentre et j’ai très mal au corps mais ma sœur qu’as-tu préparée ? J’ai préparé une marmite de feuilles de manioc dans la sardine fumée mais patiente un peu la marmite de bananes est encore au feu. Après la cuisson de la banane Boukandou retourna chez elle avec sa nourriture dans le panier.
Des semaines plus tard Boukandou était déjà démasqué par tous les membres du village pour sa ruse et on la surnomma Boukandou du panier. Plus personne ne le lui donnait, elle était désespérée et ne savait plus quoi faire pour se nourrir. Un jour elle mit le panier dehors et dit, s’il te plaît donnes moi à manger. Elle entendue soudainement le panier chanter. Boukandou du panier soulève-moi et allons en brousse, Boukandou du panier soulève-moi et allons en brousse. Quand nous serons en brousse, je te donnerais tout ce que tu veux comme nourriture. Boukandou souleva le panier et prit le chemin de la brousse, après une bonne heure de marche elle arriva en plein milieu de forêt. Nous sommes arrivés en plein milieu de forêt alors donnes moi ce que tu m’as promis, disait Boukandou au panier. Le panier dit à Boukandou pose-moi et compte en touchant ses arbres, dix arbres à épines et 20 arbres Okoumé après les avoir comptés tu trouveras la nourriture dans le panier. Boukandou du panier après avoir touché en comptant ses trente arbres elle était mouillée de transpiration, elle trouva dans le panier un régime de bananes et des tubercules. C’est tout ce que tu me donnes il n'y a même pas un poisson ? dit Boukandou au panier, si tu veux des poissons allons à la rivière je t’en donnerais.
Arrivé à la rivière le panier dit à Boukandou, pose moi contre ce tronc d’arbre, ensuite plonge dans la rivière et comptes dix carpes et six silures, quand tu auras terminé tu trouveras du poison dans le panier. Boukandou n’avait pas le choix alors elle plongea dans la rivière. Ses yeux étaient devenus rouges parce que c’était une épreuve vraiment difficile pour celle qui ne voulait absolument rien faire du vivant de ses parents mais elle finit par braver l’épreuve. Elle trouva des poissons dans le panier et retourna au village. Après avoir préparé et manger, Boukandou dit au panier : C’est ce que tu me feras subir à chaque fois que je te demanderai à manger. Le panier dit à Boukandou, tu n’as absolument rien vu aujourd’hui mais il faut que tu saches que la prochaine fois que tu me demanderas la nourriture, tu compteras 10000 arbres à épines, 7000 arbres Okoumé. Et au sujet des poissons tu en compteras 1500 silures, et 4000 carpes et il faudra les toucher en les comptants. Boukandou dit au panier plus que c’est ainsi je préfère faire les plantations et apprendre la pêche.
Hugues Mariatchi Nziengui : Kumbuami dibal di range di ghane mwinzi o murime bé ghéli bé dokmini.
HULUANU ILOMBI Y MUISI FUMU TSI MBATSI
Bukandu bu Ponzi va dimbu di Fumu Tsi Mbatsi Mughètu u ma bangughe na bu tsoritsi, mba assa ma rondange uwende o mussiru. Yandi issalu ike vane mubake no vaghe bunumbe va dimbu, tadji na ngudji bo lèmbu no mu vaghe iri mughètu aghé bi na bu tsoritsi nane mwane. Djandi pa a ma range iri diandi la diandi va gha mutu u bènze mu sanzisse ma tasse. Ngudji pa é wendi o musiru ake tsingul Bukandu iri mè o mussiru ni wèndi, tumbe massighe nzi bèghe missungu mighubu kabohu, u bonge ighamunu y missungu u ke ghame missungu. O nzime Bukandu ike vane mubakandi mba pa a ma mane udji ususse bi pèle via, Ngudji ta tadji bake kambulile na munongu mwane u vu na mune bu tsoritsi. Tadji na Ngundji ba ma tsiengulange Bukandu iri, mwanetu ilumbu na mune mosi djètu tsibighe missu tsiè u vale na bu tsoritsi buahu? Bukandu djandiri niu vaghe manungi mé bè, u vaghe manungi ndébéni vane djétu tu kivu mognu u ghé rondi wende o mussuru nga ulasse nane bé varili, usahule na upape miaghe. Ndé béni u be na munu ba. Après Boukandou
Bilime bi no vioghe tadji na ngudji bake nienge, bake tighe o ying yi ndongu. Du hulu dibandu Bukandu a ma véghulu dine di Bukandu bu Ponzi. Tate na mame ba satsi, ka ike tsié nga vale wami pinze va dimbu ngane manungi mba biwudji o manungi ma mame bi ma suke. Bukandu suke dile mua diele di ba tsoritsi, u bonge ponzi ngudjandi ake vaghe dipoti mune. Batu botsu pa bé nanguli ma ponzi bé bongi nzile mussiru tumbe bukandu djandi ubonge nzile mandahu ma ba mbatsi. A no tole o mbu ba mbatsi, mbatsi djandiri ndé u ka urughi na ponzi? Ni rughi o upape miaghe vane u ndabi nzi libene ufule mua timbe nga lambe. Mbatsi djandiri ka u kèle nga u vèghe mua timbe nzi bèghe nzi massighe. Bukandu djandiri ka yambe yi u tsi lambe mwame mame? Nzi lambe ba ngole ba ghumughe mu yambe yi ngatsi tu ma wabe na ba mbatsi ndé u sa ma be, u kèle nga ukabul diahu di kabu. Bukandu bu Ponzi djandi hune akne batimbe na ba ngole mu yambe yi ngatsi mu ponzi.
É toli on ndahu ulambe batimbe bandi bi no vi ake dji, itsingu mè wo ni vossi. Muse mosi u no tébugha Bukandu bu Ponzi ake mwè bonge ponziandi na dipoti mune, mba Bukandu bueni mune ulubugha. A ma wendange o mbu batu mawèru mo batu botsu ba ma rugilange o mussiru mba bake tassri djawandi o mussiru é rughili. É toli o mbu mbatsi mosi djandiri, u moghia? Ine u ma rugha? Bukandu bu Ponzi djandiri péghi mua mabe ni ma kibu na pili mambe, ka lé tsané nga u vèghe mambe u ke bangange matéli ndéri yi mwèni u vu tsia u dji va ndawahu. Mbatsi suke mu vèghe mambe ake nu. Bukandu bu Ponzi djandi djandiri mwane mame vane u ndabi o usaghule ni rughili kédi kédi magnuru ike mbake na buali. Ngé djabi ayi ni dji na nyangu. Dine tsi diambu nzi lambe duengu du tsaghe mu ba mbéri, mipale mi ki va mudji kabohu kélise mua pessu nga u vèghe diahu dikabu. Mipale mi no vi, mbatsi ake mu kabule biwudji mba Bukandu bu Ponzi djandi ake ghabusile o ndawandi.
Bukandu bu Ponzi mbé a ma djabunu mu dimbu diotsu mu diel diandi diu vonde batu biwudji. Batu botsu ba sa ma mwè mu vèghange biwudji, ake kambe na dio o vaghe. Mwa ilumbu a ma palise ponzi na dipoti va kane, djandiri ponzi mpéghi biwudi kokolu. Ake sunde no hulu ponzi uwinbile iri : Bukandu bu Ponzié nangul ménu tuèndi o mussirué, Bukandu bu Ponzié nangul ménu tuèndi o mussirué, pa tu ma tole o mussiru ni u vège biwudji, biotsu u tsuni ni u vèghe. Bukandu ake nangul ponzi ake sungme o mussiru nangul bédji tsi makulu ake tole va ghari mussiru.
Bukandu ake vaghe ponzi iri, tu ke va ghari mussiru tsié péghi biwudji. Ponzi djandiri sunze mè mba yé bèmbe dihumi di miri di mabale na mahumi ma bédji ma mitsietsiendi mba nga uvèghe biwudji. Bukandu djandi hune ake yari na yari no bèmbe no tale mitsietseindi na mabale dirugheme ike nononu, mu dugnuru duotsu. Bukandu a no mane ubèmbe no tale miri a rassunu mu ponzi, dighodi di mipala na ba timbe. Ka bine u ma pèghe ni dji kunia vagha mua nyame? Ponzi djandiri pa wi rondi ba nyambe twendi va itsibe.
A no tole va itsibe, ponzi djandiri sunzi va dirahu di mwiri. Puteme mu itsibe u ke tale dihumi di malulu na ba ngole ba siamunu. Bukandu mu itsibe missu ike ubènge no tale ba ngole na malulu. A no mane ake yi rassunu ba nyame mu ponzi mba ake ghabusile na dimbu. A no mane ulambe no dji ake vaghe ponzi iri : Bilumbu biotsu a nane u palanga vo ni u tsuninange biwudji ? Ponzi djandiri na nyangu u gha vaghe isalu yi néni tumbe ilumbu u mwè tsune biwudji : U tale tosini bédji tsi mitsietsiendi na kame isambwali tsi milombe. Mu ba nyame u tale kame iriéru tsi ba ngole na kame inane tsi malulu mba u ba bèmbe mune u ba talilange. Bukandu djandiri avri nane, ni vaghe wa ma nungioooo.
Hugues Mariatchi Nziengui : Kumbuami dibal di range di ghane mwinzi o murime bé ghéli bé dokmini.

No comments :

Post a Comment